21 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


19/03/2001 • 17h25

Clicktown, le web fast-food à la française

Après Easyeverything, Paris accueille le cybercafé de la marque concurrente Clicktown. Moins branché, pas vraiment clinquant, Clicktown se montre aussi moins ambitieux que son concurrent.


Walter Bouvais
Deux mois après le débarquement en fanfare de la marque Easyeverything, un cybercafé géant concurrent ouvre ses portes à Paris. Ni couleurs criardes, ni tapage publicitaire métropolitain, " Clicktown " - le premier cybercafé du groupe PPR Interactive - joue plutôt profil bas. Plantée face à la gare Saint-Lazare, l’enseigne bleue et jaune passerait d’ailleurs presque inaperçue. A l’intérieur, surprise, c’est le monde du silence. L’ambiance résolument studieuse contraste avec la " masse " agglutinée autour des postes de consultation, une cinquantaine d’internautes installés au rez-de-chaussée. L’âge des hôtes du lieu - cela n’est pas une surprise - oscille autour de 20-25 ans. " On pense que 75% de nos clients seront âgés de 18 à 35 ans, prévoit d’ailleurs Amaury Eloy, le président de Clicktown. Pour autant, nous ne sommes pas exclusivement destinés à un public branché. Ici on peut aussi faire autre chose que du mail, on peut découvrir et s’initier au Net ". Mais les séances de formation " généralistes " sont payantes, 250 francs pour deux heures de cours.

Tête de gondole interactive


Walter Bouvais
Le site propose également des initiations à la banque en ligne, à la Bourse en ligne, à l’achat en ligne. Ces prestations sont en fait assurées gratuitement par les partenaires commerciaux de Clicktown (Selftrade, Plantes-et-Jardins, AlloCine, la Fnac). Ceux-ci louent un poste à Clicktown et se chargent de son animation. " Ça fonctionne un peu comme une tête de gondole en supermarché ", explique Amaury Eloy. Pour le reste, le groupe PPRI applique ici les recettes qui ont fait leurs preuves ailleurs. Le " yield management ", méthode de gestion qui permet d’adapter en temps réel les prix aux coûts, constitue la clé de voûte de l’ensemble. Concrètement, l’internaute peut - pour une " mise " de 10 francs - naviguer jusqu’à 300 minutes en heures creuses et seulement 20 minutes en heures pleines. Cette gestion au plus près permet à Clicktown d’annoncer la rentabilité de son concept à partir de 3300 clients par jour. Un chiffre ambitieux, mais les 320 postes du cybercafé demeurent accessibles jour et nuit, toute l’année.

« Laboratoire »


Walter Bouvais
Le pari semble d’ailleurs avoir été relevé par le concurrent Easyeverything. Ouvert il y a deux mois dans le quartier parisien de Sébastopol, le cybercafé aux couleurs orange vif revendique déjà la rentabilité grâce à une moyenne de 4000 clients par jour. " Ce sont essentiellement des 18-25 ans, avec une grosse affluence entre 16 heures et 20 heures, analyse Julien Sausset, le directeur du marketing. Ils viennent avant tout pour le courrier électronique, pour le " chat " et pour faire des recherches ". Fort de ce succès, Julien Sausset confirme l’ouverture " cet été " d’un deuxième cybercafé géant dans le quartier hautement touristique de Saint-Michel. Et, surtout, annonce l’ouverture d’un autre magasin au premier semestre 2002, sur les non moins touristiques Champs-Elysées. Le patron de Clicktown se montre, lui , bien plus réservé. " Notre cybercafé de la gare Saint-Lazare est pour l’instant un laboratoire, assure-t-il. Nous en tirerons les enseignements. Si le concept est rentable, alors on continuera - partout en France. Mais l’objectif n’est pas forcément d’ouvrir 30 centres dans les années qui viennent ".


Walter Bouvais

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse