21 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/07/2001 • 19h54

C’est quoi ce iBazar ?

Semaine tumultueuse pour le site français d’enchères. Deux mystérieux policiers armés s’en sont pris à des grévistes de l’entreprise. Des poursuites sont engagées. Et, pendant l’enquête, le plan social continue.

Simone, l’égérie du site d’enchères iBazar, vit un été plutôt agité. Lundi dernier, quelques salariés de la société - en cours d’absorption par le géant mondial des enchères, l’américain eBay - organisent un sit-in pacifique devant les locaux d’iBazar, dans le XIXe arrondissement de Paris. Leur but est de faire entendre à la direction leur désaccord sur les conditions de la fusion avec le site eBay. Ils semblent s’orienter vers une grève illimitée. Une première ou presque dans le monde de la nouvelle économie française. Des syndicalistes du mouvement Cesial (Confédération européenne des syndicats indépendants, autonomes et libres) se joignent à la manifestation. "Vers 14 h 15, raconte un salarié présent sur les lieux, deux hommes armés jusqu’aux dents ont fait irruption. Ils avaient des matraques, des couteaux de plongée, des chaînes. Le premier s’est "contenté" de violences verbales. Mais le second nous a frappés et aspergés de gaz lacrymogène." Les salariés parviennent à diriger les intrus vers l’entrée du bâtiment et à les bloquer à l’intérieur. Appelée en renfort, les policiers du XIXe arrondissement débarquent et interpellent les deux hommes qui, entre-temps, se sont débarrassés de leurs armes.

Explications confuses

Et là, surprise. Les deux individus s’avèrent être... des policiers. Les salariés déposent plainte auprès de l’Inspection générale des services (IGS) de la police nationale, qui ouvre aussitôt une enquête. Une enquête judiciaire a également été ouverte. Pendant ce temps, la direction de l’entreprise iBazar s’emmêle les pinceaux. "Il fallait bien envoyer des gardes, il y a des gens qui travaillent dans les locaux, et ils les empêchent de sortir", justifie dans un premier temps le directeur général Grégory Boutté auprès de nos confrères de 01Net. Avant de revenir sur sa version : "Nos propos ont été déformés, se défend aujourd’hui Esther Ohayon, responsable de la communication. Ces deux personnes sont extérieures à la société et n’ont jamais été appelées par la direction. Elles ont pris une initiative personnelle." Et de poursuivre, "nous avons d’ailleurs porté plainte auprès de l’IGS". Cette information a été confirmée par une personne proche de l’enquête.

Réduction des effectifs de moitié

Quelle que soit l’issue de cette dernière, les incidents du début de semaine traduisent les tensions existant entre la direction et des salariés inquiets pour leur avenir. Un plan social est en cours. "L’absorption d’iBazar par eBay se traduira par 40 à 50 licenciements (sur un total de 95, NDLR), essentiellement au sein des équipes techniques d’iBazar", explique une salariée, sous couvert d’anonymat. De fait, la plate-forme technique d’iBazar va progressivement laisser la place à celle d’eBay, basée à San Jose (Californie). Plus besoin, donc, des informaticiens français. En compensation, les salariés réclamaient l’augmentation - pour les personnes licenciées - de la prime d’aide à la création d’entreprise. La direction a, depuis et sans trop de difficultés compte tenu du contexte, donné son accord pour le passage de cette prime de 6 000 à 10 000 euros.

Et les stock-options ?

Les salariés ont également obtenu le paiement, sous forme de prime, des nombreuses heures supplémentaires effectuées jusqu’à la date du rachat par eBay. La direction a également lâché du lest sur le passage aux 35 heures de travail hebdomadaires : des négociations seront menées, parallèlement à celles du plan social. Dernier point, l’entreprise aurait été vendue autour de 110 millions d’euros, pour le plus grand bonheur de son président Pierre-François Grimaldi et de son jeune directeur général, Marc Piquemal. Les salariés, dont certains n’ont pas hésité à travailler les samedi et dimanche, réclament leur part. Ils exigent une "révision" de la valorisation des BSPCE (bons de souscription de parts de créateur d’entreprise) qui leur ont été attribués lors de la première levée de fonds d’iBazar. Un expert indépendant a été nommé par les salariés et la direction pour trancher sur ce point. Toutes ces mesures doivent encore être approuvées par le comité d’entreprise. Mais, eBay l’a compris, la paix sociale, ça se paie.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse