22 09 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/12/2001 • 18h41

Artistes imposteurs, fin : L’homme par qui la rumeur arrive

« On est tous prêts à croire n’importe quoi. » De son credo, Frédéric Royer a fait un genre : la fausse rumeur. Des faux mails de Total à la Miss France masculine...

Pour cette fin d’année, nous vous proposons de découvrir ces artistes-activites d’un autre genre (une enquête parue dans Transfert magazine n°20).

Déjà publié : L’imposture comme oeuvre d’art

Le vrai-faux membre de l’OMC

Le Hacker des médias : de Vote-auction à Naziline...

« On est tous prêts à croire n’importe quoi. » Voilà résumé le credo de Frédéric Royer, un journaliste parisien de 36 ans, qui porte le costume sans cravate et s’exprime bien, surtout quand il s’agit de raconter des histoires. Pour sa première grande rumeur en ligne, il a pris pour cible Total, alors en plein naufrage médiatique lors de l’affaire de l’Erika. « Il y avait déjà des pétitions pour le boycott qui circulaient sur Internet et je me suis souvenu de l’affaire David Hirschman, cet étudiant d’HEC qui avait envoyé par erreur un mail sexiste aux milliers d’étudiants de son école. » Frédéric Royer rédige donc un faux échange d’e-mails entre les dirigeants de Total, où ceux-ci proposent de gérer la marée noire en faisant appel aux renseignements généraux, en lançant de fausses pétitions et en intentant des procès aux protestataires écologistes. Scandale. « J’étais complètement parano. Je suis allé dans un cybercafé avec un bonnet et des lunettes de soleil et j’ai envoyé le mail à deux cents internautes lambda. La rumeur a fait reste... » Le canular fait en effet le tour du Net français et quand une grande chaîne belge reprend l’info dans son JT, les médias classiques s’en emparent. « Il y a eu des dizaines d’articles qui, suite au démenti de Total, ont fini par expliquer la supercherie, mais personne n’est remonté jusqu’à moi », savoure encore le faussaire. Avec ce coup d’essai et de maître, Frédéric Royer renforce sa vocation.

Pourquoi se casser le cul ?

Auparavant, son « milieu petit bourgeois du Vesinet bien assumé » l’avait conduit en école de commerce, puis au service commercial de Saint Gobain, dont il a été « sauvé » grâce à une rencontre avec Stéphane de Rosnay, le père d’Infos du Monde. Ce personnage odieux, mais attachant, devient son « meilleur ennemi » et l’engage dans son célèbre hebdo d’informations bidons. Après l’arrêt d’Infos du Monde et l’affaire Total, Frédéric Royer pige dans divers journaux dont Max et Marianne, et continue de perpétrer la tradition de la rumeur en lançant l’Examineur, « un site hybride entre The Onion.com et Infos du Monde ». Sous divers pseudos, il abreuve, chaque jour, un millier de visiteurs de fausses informations directement sorties de son cerveau fertile. Et touche encore juste, comme lorsqu’il fait croire à sa propre incarcération par le ministère de l’Intérieur pour « atteinte à la sûreté de l’...tat ». « Ce n’était qu’une pirouette parce que je n’avais pas le temps d’écrire d’articles cette semaine-là. Là encore, ça a tout de suite pris et le site a eu deux fois plus d’audience que quand je me cassais le cul à écrire », se rappelle Frédéric Royer qui a ensuite surfé sur la vague en inventant de nouveaux épisodes. Quand les médias, de Libération à Transfert en passant par le Figaro, ont commencé à assaillir son portable pour avoir des nouvelles de sa détention, il s’est retrouvé pris à son propre piège. « Sur le Net, ça passait, mais au téléphone, j’étais bien emmerdé. Je répétais sans cesse que mon avocat m’avait conseillé de ne pas parler. »

Petite lutte à Neuilly

Le dieu des rumoristes vient alors à son secours et fait éclater l’affaire « Miss France est un homme », un autre de ses propres bidonnages. En effet, une journaliste porto-ricaine écrivant sur le célèbre concours de beauté tombe par erreur sur une vieille info parue dans l’Examineur, mettant malicieusement en doute le sexe de Miss France. Elle publie dans le journal Primera Hora, l’information est alors reprise par un journaliste new-yorkais, se répand sur le Net et atterrit dans les rédactions françaises. Frédéric saute sur l’occasion et trouve une porte de sortie délirante : il affirme que le ministère de l’Intérieur l’a finalement libéré grâce à ses révélations sur l’affaire Miss France et une intervention inattendue de la CIA... L’affaire Miss France vit ses belles heures et force finalement le comité d’organisation à publier un communiqué officiel. « Cette fois, plusieurs journalistes, dont ceux de Paris Match et Télé 7 Jours, sont remontés jusqu’à moi. J’expliquais que la rumeur n’était qu’une connerie comme une autre. Depuis, je cherche plus ouvertement à être repris », se rappelle Frédéric Royer, qui continue depuis à sévir.

Lioneljospin.com...

« Je n’ai pas d’ambition. Je veux juste contribuer à faire comprendre que nous pouvons tous être victimes des manipulations médiatiques, politiques et économiques. » Une prise de consciencessalutaire dans laquelle il voit une dimension politique, « une contribution humoristique qui s’inscrit dans le grand courant anti-mondialisation ». Dans « le confort petit-bourgeois » de son domicile de Neuilly, il continue sa petite lutte et a, entre autres, déposé plusieurs noms de personnalités économiques et politiques en tant que noms de domaines Internet. « Il y a par exemple lioneljospin.com, qui pourrait accueillir un vrai discours de gauche à l’ancienne, un peu dans le style Jaurès », s’amuse Frédéric Royer, inspiré pour ce type de sites par le gwbush.com monté en 1999 par les activistes du collectif d’activistes américains RTMark. Ça tombe bien, les présidentielles arrivent...

Le site de l’Examineur
www.lexamineur.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse