23 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


2/08/2001 • 19h38

Tunisie : le juge rebelle se met au Web

Un haut magistrat tunisien, suspendu provisoirement de ses fonctions pour avoir dénoncé les pressions exercées sur la justice par le pouvoir, a lancé un site web. Objectif : jouer la transparence et susciter le débat.

L’Internet et les chaînes privées diffusées par satellite jouent un rôle révolutionnaire dans l’avènement d’un régime démocratique en Tunisie”, se réjouit Mokhtar Yahyaoui. Pourtant ce haut magistrat tunisien n’a rien d’un technophile. Mais, en Tunisie, dès qu’il s’agit de diffuser un message progressiste, les journaux tunisiens (autorisés) verrouillent leurs colonnes à grands coups d’auto censure. Et les réseaux informatiques constituent, souvent, pour ceux dont les idées dérangent le pouvoir, le seul moyen d’expression. Mokhtar Yahyaoui en a fait la triste expérience...

Démis de ses fonctions

Le 6 juillet dernier, le président de chambre au tribunal de Tunis, tirait la sonnette d’alarme. Sous la forme d’une lettre ouverte adressée au président de la République Zine El-Abidine Ben Ali, le magistrat dénonçait le "harcèlement" et "les intimidations" dont les juges sont l’objet et appelait à "l’épanouissement des libertés constitutionnelles en Tunisie". Quelques jours plus tard, la sanction tombait : le magistrat était démis de ses fonctions et privé de son salaire. "J’ai tenté d’expliquer ma démarche auprès des journaux tunisiens. J’ai contacté en vain des rédactions afin de m’exprimer sur cette affaire. Le seul média qui m’ait offert un espace de parole est Kalima, un journal en ligne (la rédactrice en chef de Kalima, Sihem Ben Sédrine est toujours emprisonnée en Tunisie - NDLR)."

Dialogue avec la présidence de la République

Mokhtar Yahyaoui décide alors de monter un site web, qui trouve refuge chez un hébergeur gratuit français, et sur lequel il publie des documents officiels (la plupart en arabe) liés à l’affaire. "C’était le seul moyen de communication qu’il me restait. Et l’Internet est fort heureusement une technologie qui ne requiert pas de grands moyens pour publier des informations", explique le magistrat. Avant de poursuivre : "Dans cette affaire, l’Internet m’a surtout permis de sortir de l’isolement. J’ai d’ailleurs reçu des messages d’encouragement en provenance du monde entier. Mais le plus important était de faire connaître ma position auprès de mes collègues tunisiens. De susciter le débat." Sa démarche semble porter ses fruits. Le magistrat vient d’être réintégré dans ses fonctions et assure mener désormais un dialogue avec la présidence de la République. "Ce que je souhaite c’est que l’on aboutisse à l’indépendance de la justice en Tunisie. À la séparation du pouvoir exécutif et du pouvoir judiciaire qui caractérise un régime démocratique."

Le journal Kalima:
http://www.kalimatunisie.com Le site de Mokhtar Yahyaoui:
http://site.voila.fr/mizen/index.html
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse