27 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


30/06/2003 • 18h54

Une société autoroutière fait condamner un site pour détournement de logo

La critique est-elle devenue une conduite à risques ?

Nicolas B., l’auteur d’un site qui critiquait la gestion des autoroutes pratiquée par le société Escota (société des autoroutes Estérel-Côte d’Azur-Provence-Alpes - lire notre article) vient d’être condamné à verser un euro de dommages et intérêts pour détournement de logo. Surtout, il devra débourser 12 000 euros pour payer la publication du jugement dans deux quotidiens nationaux et rembourser les frais d’avocat engagés par Escota dans cette affaire.

En septembre 2000, Nicolas B., 27 ans, excédé par les conditions de sécurité et les tarifs pratiqués sur la portion d’autoroute qu’il emprunte tous les jours en moto, crée un site satirique pour dénoncer ces abus. Illustrées à l’aide de photos glanées sur le site d’Escota, les pages de Nicolas B. ne sont pas tendres avec la société de gestion des autoroutes. Devenue "Escroca", Escota est présentée comme "un enculeur économique puissant et bien membré".

Nicolas B. réalise les pages depuis son domicile. Mais, ne disposant pas de connexion internet, il effectue la mise en ligne sur son lieu de travail, dans les locaux de Lucent Technologies. Une semaine après la mise en ligne, Escota porte plainte en référé. Le site, hébergé chez Multimania, est immédiatement retiré.

Le 22 mai 2001, soit six mois après la disparition du site, Escota assigne Nicolas B. à comparaître devant le tribunal de Marseille. La société lui reproche d’avoir détourné son logo, imité sa marque et utilisé ses photographies. Elle lui demande 200 000 francs de dommages et intérêts.

Chômage, dépression, maladie

Escota assigne également Multimania, l’hébergeur du site, et Lucent Technologies, l’employeur de Nicolas B., en justice. Nicolas B., soucieux "d’assumer toute la responsabilité de l’affaire", s’engage à payer les condamnations de Lucent Technologies. Peine perdue : Lucent Technologies l’assigne en justice et le licencie.

En attendant le jugement concernant les plaintes d’Escota, Nicolas B. avoue avoir vécu dans l’inquiétude. "J’ai perdu mon travail, payé un avocat pendant deux ans, ma femme a fait une dépression et je suis victime d’un mélanome, certainement dû au stress selon mon médecin, car je ne me suis pas exposé au soleil ces dernières années", explique-t-il.

Seul motif d’espoir pour Nicolas B. pendant ces deux ans : les jugements rendus dans les affaires de détournement de logos Danone contre jeboycottedanone et Areva contre Greenpeace, où Danone et Areva ont été déboutées (Danone en appel, Areva en première instance).

Jugement surprise

Estimant que les jugements rendus dans ces deux affaires faisaient jurisprudence, Nicolas B. a été surpris par la décision du juge du tribunal de Marseille. Dans la décision rendue le 11 juin 2003, celui-ci a débouté Escota pour toutes ses plaintes sauf pour détournement de logo. "Il faut du temps, parfois des années avant qu’une jurisprudence se fixe", explique Sébastien Canevet, spécialiste du droit sur Internet.

Nicolas B. et son avocat ont également été surpris de voir que le juge demande au jeune homme de payer 4 000 euros pour rembourser les frais d’avocat engagés par Escota, et deux fois 4 000 euros de frais de publication du jugement dans un quotidien national (une publication est à la charge du jeune homme, une à la charge de Lucent technologies, donc payée par Nicolas B.). "Une somme considérable", estime Christophe Tora, son avocat.

Quelle liberté d’expression pour les individus ?

"Même si j’ai retrouvé un travail, il m’est impossible de payer 12000 euros" explique Nicolas B., dépité, quelques heures avant une rencontre avec son avocat.

L’intéressé doit maintenant décider s’il fait appel ou pas. "Avec le risque d’être condamné à une peine plus lourde", note-t-il. Interrogé par Transfert lundi 30 juin 2003 sur le verdict prononcé par le juge, Nicolas Tora souhaitait réserver la primeur de ses commentaires à son client.

A l’heure actuelle, nul ne sait si un passage en cour d’appel peut déboucher sur un verdict plus clément. "Les conflits de ce type, qui ont trait à la liberté d’expression, se déroulent habituellement entre sociétés ; ils concernent souvent des sociétés de presse, explique Sébastien Canevet. Mais si on peut condamner une société à payer 20 000 ou 200 000 euros d’amende, les juges doivent comprendre qu’une telle somme est scandaleuse pour un individu. Ils doivent se rendre compte qu’avec Internet, le droit de publication ne concerne plus seulement des sociétés et que dans une démocratie, les individus ont eux aussi le droit à la critique."

La décision du Tribunal de Grande Instance de Marseille (extraits):
http://www.juriscom.net/jpt/visu.ph...

Péage à 200 000 francs pour un site perso (Transfert)
http://www.transfert.net/a5814

Droit de réponse d’Escota
http://www.transfert.net/a5949

La liberté d’expression s’arrête aux péages des autoroutes... (Moto-Net):
http://www.moto-net.com/p_article.p...

Mon nom est Nicolas B... et voici mon histoire (Inforoutes):
http://www.inforoutes.net/dos-escot...

Le site d’Escota:
http://base.escota.fr

Danone contre le boycot: on remet ça? (Transfert):
http://www.transfert.net/a5242

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse