29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/11/2003 • 18h07

Un hacker italien inquiété pour avoir révélé des failles de sécurité dans une plateforme de jeu

Pour le "pirate", la loi de protection du copyright DMCA sert à brider l’information

Le Digital Millenium Coyright Act (DMCA) fait à nouveau parler de lui à travers les déboires d’un jeune chercheur en sécurité informatique italien. Cette loi américaine de 1998 maximise la propriété intellectuelle et interdit, entre autres, la fabrication et la diffusion d’outils permettant d’outrepasser les protections des logiciels. Luigi Auriemma est menacé de poursuites judiciaires par Gamespy s’il ne retire de son site ses travaux exposant des failles dans cette plateforme de jeu. L’affaire illustre la portée floue et les usages multiples de la loi de protection du copyright américaine, qui est actuellement en cours de transposition en droit européen et français.

Controversé depuis sa naissance en 1998, le DMCA est devenu célèbre sur le réseau au travers de l’affaire Adobe contre Sklyarov. L’éditeur de logiciels américain s’était servi de cette loi pour inquiéter le doctorant en cryptographie russe, accusé d’avoir dévoilé des failles dans son système de cryptage des livres électroniques. L’action d’Adobe avait déclenché une vague de protestations en ligne.

Pavé de bonnes intentions...

Aujourd’hui, c’est Luigi Auriemma, un informaticien italien de 22 ans, qui est visé par la société Gamespy. Le différend concerne d’abord le logiciel Roger Wilco qui permet à ses utilisateurs de discuter oralement pendant qu’ils jouent sur le net. En mai 2003, Auriemma, spécialiste de la sécurité des plateformes de jeu en ligne comme Unreal, décide de s’exercer sur une version de Roger Wilco récupérée sur le net. En deux jours, il trouve et répare deux failles du logiciel et le signale à l’éditeur Gamespy. La communication semble alors passer.

Fort de ce succès, le hacker italien décide de poursuivre ses investigations jusqu’à créer un clone en version libre d’un autre logiciel édité par Gamespy et permettant de récupérer des informations (nombre d’utilisateurs connectés, localisation, etc.) sur les serveurs de jeu. C’est ce clone, baptisé GSinfo, qui a valu à PivX, une société américaine de sécurité pour laquelle Auriemma travaille comme consultant, une première injonction. S’appuyant sur le DMCA, Gamespy "interdit l’émulation, le clonage et le portage vers un autre système d’exploitation" de son logiciel.

L’affaire aurait pu s’arrêter là si Auriemma n’avait pas constaté que Gamespy, dans les nouvelles versions de son logiciel, n’avait aucunement tenu compte de ses corrections et remarques. Dans le résumé de ses démélés avec Gamespy, l’Italien va jusqu’à les comparer à des "bugwares", des logiciels remplis de défaillances techniques. Auriemma décide alors de publier l’intégralité de son travail, afin que le public ne soit pas victime de logiciels qu’il juge peu sécurisés.

Menace et contre-attaque

Le 6 novembre, Auriemma reçoit un injonction Cease and Desist, un document de cessation d’activité et de désistement de droit sur les productions, appuyé sur le DMCA. Ainsi, la plateforme de jeu lui intime l’ordre de supprimer tout son travail concernant Gamespy dans les plus brefs délais, à défaut de quoi des poursuites judiciaires seront lancées à son encontre.

Dans une lettre d’explication publiée le 13 novembre, Gamespy dit ne pas être opposé au fait que des informaticiens lui dévoilent des failles de sécurité et l’aide à les réparer. La société déclare avoir réagi cette fois-ci car Auriemma aurait demandé une compensation financière, et menacé de publier ses travaux en ligne, s’il ne l’obtenait pas.

En réaction, l’informaticien italien a dépublié de son site certains de ses travaux sur Gamespy car ils concernaient "des éléments très vieux qui ont déjà été diffusés sur tout l’internet il y a longtemps". Par contre, il refuse de retirer son logiciel GSinfo.

Ironie du sort

Auriemma évoque la situation avec ironie : "La chose amusante dans cette histoire, c’est qu’au lieu de dépenser leurs ressources dans la correction de leurs failles, ils ont préféré jouer avec des avocats." En page d’accueil de son site, le chercheur en sécurité demande des excuses publiques de Gamespy et prévient qu’il alertera le fournisseur d’accès de toute société qui lui ferait parvenir une nouvelle injonction Cease and Desist.

On ne sait pas si Gamespy va effectivement porter plainte, ni la portée juridique d’une telle mesure contre un ressortissant italien, le DMCA étant un texte de droit américain. L’ONG de défense des libertés Electronic Frontier Foundation et des juristes de l’université de Stanford, qui avaient soutenu le Russe Sklyarov, dénoncent la portée très large du DMCA et les dérives liberticides qu’entraîne ce texte, en interdisant de parler de certains sujets.

Malgré les critiques et le manque de jurisprudence éclairant ce texte, le DMCA est en passe d’être transposé en Europe. La directive européenne relative au droit d’auteur et aux droits voisins de 1998 a donné naissance au projet de loi Jean-Jacques Aillagon, présenté la semaine dernière au Conseil des ministres. Le texte, qui doit être examiné par le Parlement français en 2004, renforce la valeur juridique des systèmes de protection des oeuvres et restreint le droit à la "copie privée", une exception au droit d’auteur.

De plus, une nouvelle directive de renforcement du copyright est actuellement examinée par le parlement européen : soutenu par l’eurodéputée Janelly Fourtou, le texte fait l’objet de vives critiques de la part d’associations, de juristes et d’informaticiens, pour qui il est à certains égards pire que le DMCA, assimilant juridiquement le piratage à du terrorisme. Vote en session plénière le 15 décembre.

Le site de Luigi Auriemma:
http://aluigi.altervista.org/

Le site de Gamespy:
http://www.gamespy.com

La réponse de Gamespy à Auriemma (13 novembre):
http://www.gamespydaily.com/news/fu...

"La loi va placer la copie privée sous le contrôle des éditeurs", interview de Loïc Dachary (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a8782

Le programmeur Sklyarov inculpé (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a7148

Les juristes de Stanford à la rescousse d’un hébergeur alternatif américain (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a8545

"Interdire la publication de failles de sécurité nuit au consommateur", interview de Julien Stern, directeur scientifique de Cryptolog (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a5893

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse