29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


18/04/2003 • 13h11

Un cyberjuriste réputé dit avoir la solution contre le spam

Si ça ne marche pas, Lawrence Lessig quitte son job

Pour lutter contre le fléau du "courrier commercial indésirable", Lawrence Lessig, un célèbre professeur de droit Internet à l’université californienne de Stanford, préconise une loi fédérale pour labelliser le spam et un système de récompenses pour les internautes qui dénoncent des spammers.

(JPEG)
Lawrence Lessig n’aime pas le spam et croit pouvoir en venir à bout. (DR)

Lawrence Lessig assure que le gouvernement américain s’y est mal pris jusqu’ici, pour venir à bout des emails publicitaires proposant au choix de se faire rallonger le pénis, de perdre du poids, de gagner de l’argent en restant derrière son écran ou de contourner telle ou telle législation fiscale.

Le fondateur du Stanford Center for Internet and Society propose un plan en deux parties, qu’il pense infaillible.

D’abord, faire voter des lois fédérales rendant obligatoire la labellisation du courrier commercial. Celle-ci pourrait prendre la forme d’un code identifiant clairement la nature du message dans l’intitulé de son objet.

Selon Lessig, les internautes et les fournisseurs d’accès pourraient ainsi très facilement filtrer les courriers indésirables et les envoyer directement à la poubelle.

Il n’existe pas de loi à l’échelle des Etats-Unis sur le sujet, qui est régi par des lois au niveau des Etats. 26 d’entre eux ont adopté une législation spécifique.

En quoi des lois fédérales seraient-elles plus efficaces ? "Un standard unique, exécutoire partout aux Etats-Unis, permettrait beaucoup plus facilement de convaincre les spammeurs d’obéir", assure Lawrence Lessig à Transfert.

La seconde partie du plan de Lessig consiste à mettre en place une prime pour récompenser financièrement les internautes qui dénonceraient des spammeurs aux autorités.

"Ma proposition est que ce soit la Federal Trade Commission (FTC), l’organisme chargé de protéger les consommateurs et la libre concurrence aux Etats-Unis, qui donne une récompense à quiconque apporte la preuve de l’identité d’un spammeur qui ne respecte pas l’obligation de labellisation du courrier commercial, explique Lessig. La FTC déciderait ensuite si elle poursuit le spammeur."

Détail important : la prime à l’internaute, dont le montant serait déterminé par l’autorité américaine, serait versée directement par le coupable identifié.

Pourquoi les spammeurs ne pourraient-ils pas contourner le filtrage, comme il le font actuellement en améliorant progressivement leurs méthodes de camouflage ?

"Ils le pourraient théoriquement. La question est de savoir s’il serait profitable de le faire. Si le montant de l’amende est calibré correctement, alors ce ne serait pas le cas", affirme encore Lessig.

Reste à savoir si les autorités américaines souhaitent faire passer des lois qui pourraient causer du tort aux entreprises et au commerce en ligne.

Lawrence Lessig, dont l’avis est régulièrement sollicité par les législateurs américains, notamment en matière de propriété intellectuelle, n’y voit aucune contradiction : "Cela ne ferait pas ’mal’ au business. Le fardeau du spam sur le commerce, le commerce ’légitime’, est énorme. Cela ne causerait de tort qu’aux gens qui abusent les gens pour leur envoyer des emails. Et ceux-là, personne n’en veut."

Sûr de son fait, le cyberjuriste a même prévu de mandater quelqu’un pour juger du succès ou de l’échec de son plan, s’il venait à être mis en oeuvre : son ami le journaliste spécialisé Declan McCullagh, reporter vedette du site américain CNet.

Dernière chose : Lawrence Lessig quitterait-il vraiment son poste d’éminent juriste à Stanford ? "Absolument", répond-il sans hésiter.

La page perso de Lawrence Lessig (Stanford):
http://cyberlaw.stanford.edu/lessig
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse