29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


14/11/2003 • 15h35

Un VRP de Bush vante les "bienfaits" de la politique environnementale américaine

D’après Harlan Watson, en matière de réduction de CO2, les Etats-Unis feraient mieux que Kyoto !
 

Harlan Watson, négociateur en chef pour les questions climatiques auprès de George W. Bush, était de passage à Paris le 14 novembre 2003. Il souhaitait rencontrer les journalistes français spécialisés dans l’environnement. Le message qu’il tenait à leur faire passer était clair : "Les Européens pensent que les Etats-Unis ne font rien pour diminuer les rejets de CO2 dans l’atmosphère. Ce n’est pas vrai, je peux le prouver."

Un drapeau américain au revers de son blaser marine, la mèche blanche légèrement tombante, les yeux cernés, visiblement fatigué par un périple de deux semaines qui l’a mené en Autriche et en Inde, Harlan Watson est venu exposer en détail, à une trentaine de journalistes parisiens, les avantages du plan mis en place par George W. Bush pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

"Nous aurions signé le protocole de Kyoto..."

"Incitations fiscales relatives à l’énergie renouvelable et aux véhicules hybrides et à piles à combustible", mise en place d’un comité interministériel, accueil du sommet inaugural sur l’observation de la Terre, financement des recherches fédérales "relatives à l’énergie et à la séquestration du carbone", promesse de dons pour le Fonds pour l’environnement mondial (Global Environmental Facility) à hauteur de 500 millions de dollars dans les quatre prochaines années, participation au projet international de recherche sur la fusion propre (une source d’énergie qui devrait apparaître dans 20 ans)... : Harlan Watson ne manquait pas d’exemples pour prouver que l’administration Bush "mène des actions à court et à long terme en matière d’environnement".

Dans ces conditions, pourquoi les Etats-Unis n’ont-ils pas ratifié le protocole de Kyoto, s’interrogeaient les journalistes présents ? Une question que Harlan Watson n’a nullement cherché à esquiver. "Nous l’aurions fait si le protocole n’avait eu aucune conséquence sur l’économie du pays, et si toutes les nations, riches et pauvres, l’avaient signé", a-t-il expliqué.

"Le président Bush a été clair : pendant sa campagne, il a indiqué qu’il n’avait pas pour habitude de signer des engagements qu’il ne pouvait pas tenir", a rappelé le fidèle négociateur. Tout en précisant que la politique mise en place par le gouvernement américain pour réduire les émissions de gaz à effet de serre était plus ambitieuse que le protocole de Kyoto : "Si nous avions ratifié le protocole, nous aurions dû réduire de 7% nos émissions de gaz carbonique pour la période de 1990 à 2010. Grâce à notre programme déjà en place et aux actions que nous allons mener d’ici à 2010, nous les diminuerons de 4,5 points supplémentaires."

Valable sans engagement

Une promesse pour le moins optimiste, qui n’engage en rien le gouvernement américain sur le plan international. Selon les chiffres officiels publiés sous l’égide de l’ONU par le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec), les émissions américaines de CO2 (le principal gaz à effet de serre) ont augmenté de 16,9% entre 1990 et 2000...

Pour les partisans de George W. Bush, le poids du facteur économique dans la politique environnementale n’est pas un sujet tabou. "Nous devons toujours garder à l’esprit qu’il nous faut oeuvrer pour une croissance économique constante ainsi que pour la prospérité de nos concitoyens et des citoyens du monde entier", avait décrété George W. Bush le 11 juin 2001, lors d’une présentation de mesures destinées à lutter contre le réchauffement climatique.

Les mesures annoncées par l’administration Bush pour lutter contre le réchauffement climatique éludent le levier essentiel : la mise en place de contraintes visant à obliger les industriels à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (CO2 et autres). Seules existent des incitations fiscales destinées à encourager des initiatives volontaires de telle ou telle société. En refusant d’intégrer le processus de Kyoto, les Etats-Unis échappent aux futurs marchés d’échanges de droits d’émissions de ces gaz, qui obligeront toute société ne diminuant pas ses émissions à financer celles qui y parviennent.

Energie d’économie

Harlan Watson ne cache pas que le programme "complet et novateur" de son gouvernement, essentiellement fondé "sur le financement de recherches concernant la découverte de nouvelles technologies et sur la coopération internationale", est dicté par des questions économiques.

Tout comme la politique nucléaire américaine. Répondant à une question sur les futures orientations des Etats-Unis en matière d’énergie nucléaire, Harlan Watson a expliqué : "Aux Etats-Unis, l’industrie nucléaire est aux mains d’entreprises privées. Elles n’ont besoin de l’autorisation du gouvernement que pour construire de nouveaux réacteurs, dont elles doivent prouver la nécessité. Mais ce sont ces entreprises qui décideront si, comme la France, elles préfèrent construire des réacteurs de quatrième génération où si elles doivent auparavant renouveler les centrales déjà en place".

L’EPA, l’agence environnementale américaine:
http://www.epa.gov

L’IPCC, Intergovernmental panel on climate change:
http://www.ipcc.ch

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse