11 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/12/2001 • 17h50

Spécial : 7 ans d’aventures Internet en France, le prologue : 1994 (Partie 2)

France Telecom contre-attaque

A l’été 94, une jeune parisien de 31 ans, Gilles Ghesquière souscrit à un abonnement WorldNet. Le réseau, c’est un peu son métier : directeur commercial de MG2, un éditeur de logiciel de serveur télématique, il a comme clients des sociétés comme Nouvelles Frontières, Air France ou la BNP. Et il leur parle de réseau toute la journée. Dès le début 94, il a entendu parler d’Internet, et l’arrivée de Mosaic a levé un certain nombre de questions chez MG2 : que faire ? Faut-il proposer un service d’édition de sites Internet ? Mais la société elle-même n’est pas connectée. Alors Gilles prend son abonnement à WorldNet. Perso. Et c’est le choc : "une sensation d’immensité, d’aller au Japon en passant par les Etats-Unis ou Australie... " Il commence à surfer, mais c’est lent. Très lent. Et compliqué. A France Telecom, on regarde ces nouveaux services avec une idée fixe : le Minitel. La société d’Etat est, immédiatement, rétive. Voire hostile. Et elle a un projet pour répondre au réseau des réseaux : le TVR. Ou le Minitel à grande vitesse. Une machine qui va, annonce l’opérateur à l’été 94, "peu à peu remplacer les machines actuelles et qui permettent la transmission d’images". On y accéderait par modem ou par un appareil spécial, loué par France Telecom, et par un 3623... Le TVR : un nom à retenir. On n’en parlera plus jamais.

Un étudiant sanctionné

A la rentrée 94, Internet commence à devenir une véritable réalité. Les premiers fournisseurs d’accès ont engrangé des abonnés tout l’été, et suscité des vocations, des envies. Les internautes forment encore un "club" un peu fermé, même s’il s’ouvre enfin, et les "anciens" apprennent aux nouveaux les règles de bases : se connecter, comment bien se comporter dans les newsgroups ou dans les échanges de mail (on parle de netiquette) et, surtout, comment trouver les bonnes adresses web. Il n’y a pas encore grand chose sur Internet, et les bonnes adresses circulent d’un abonné à l’autre. Parmi elles, le WebLouvre de Nicolas Pioch. Polytechnicien, étudiant à l’école supérieure des télécommunications, Pioch a monté un musée sur Internet avec des textes rédigés par lui-même et des images envoyées par des internautes du monde entier. Très vite, son site devient une référence. Jusqu’à être consacré "meilleur site Web culturel" lors d’une cérémonie, la première du genre, tenue aux Etats-Unis. La culture française est à l’honneur sur le réseau, et le musée du Louvre réagit avec deux arguments fort : 1. Vous n’avez pas le droit d’utiliser le nom "le Louvre", 2. Votre site est scandaleux car en anglais. Pioch a beau répondre qu’il n’y a pas plus de 5% de francophones sur le réseau mais que, si on l’aide, il serait ravi de faire une version française, les menaces perdurent. Pioch n’hésite pas : il change le nom de son site. Qui devient, simplement, le Webmuseum. Quelques mois plus tard, l’ingénieur acceptera un job dans une start-up californienne prometteuse : Netscape.

La pub s’en mêle

Car on commence aussi à parler d’argent sur Internet. Pas beaucoup, bien sûr, mais un peu. Après tout, Internet est un moyen de diffusion, un moyen de communication. Donc un vecteur possible de publicité... Pour le leader européen de l’achat d’espace publicitaire, Carat, c’est un sujet à étudier. Blonde, jeune, brillante, Cécile Moulard l’a compris dès le début 94. Formée dans la banque et au marketing télévisuel, la jeune diplômée de Science Po, spécialiste de marketing, a découvert Internet dès 93 via les services en ligne privé, Compuserve, AOL, Prodigy... Elle avait été immédiatement séduite : elle attendait depuis si longtemps ce moyen de "serrer la pince du consommateur final" ! Dès mars 94, elle avait lancé une grande étude, évoquant Internet, auprès de 600 annonceurs de Carat. En octobre, l’agence est prête à en tirer la première conclusion : elle crée Carat Multimédia. Directrice : Cécile Moulard. Dans un premier temps, il s’agit d’être un pôle d’expertise utilisable par les clients et les autres départements du groupe. "On va créer la demande", analyse Cécile Moulard. Qui multiplie les séminaires dans les sociétés clientes. Carat se pose en leader, et se doit donc d’innover en permanence. Cécile veut imposer la publicité en ligne. Et ce n’est pas facile. Les réunions, chez les clients, sont parfois passionnées, traduisant une grande angoisse : Internet fait peur. Qui est derrière ? Comment ça marche ? Quel est le modèle économique ? Cela inquiète. Pour détendre et tenter de faire comprendre ce qu’est Internet, Cécile leur parle un langage imagé : "Internet, c’est de la vidéo, du son, du texte, des images, tout cela mis en numérique et mélangé dans un grand shaker. Internet, c’est un coktail de bits... "

En décembre 94, sa conviction est renforcée par la première publicité en ligne, qui apparaît sur le site américain Hot Wired. L’évènement est remarqué par beaucoup. Et notamment par le jeune directeur commercial de MG2, Gilles Ghesquière. Pour lui, c’est une nouvelle révélation : "le nouveau format de l’édition en ligne". Le moment de franchir le pas, de créer sa propre société. Il discute avec son boss de MG2 et se mettent d’accord : Gilles quittera la société à la fin du premier trimestre 1995. Il contacte aussi des amis de "Solutions Télématiques", un magazine professionnel, et leur propose d’être leur envoyé spécial sur le salon Internet World, à San José. Ils acceptent. A San José, les deux thèmes forts sont ceux qui intéressent Gilles Ghesquière : l’arrivée de la publicité et le paiement sécurisé en ligne. L’Internet est né. Il ne lui reste plus qu’à décoller économiquement.

(la suite... dans le Hors Série Transfert / Libération, en vente chez votre marchand de journaux)

Retour à la première page

Présentation du Hors Série Transfert / Libération

Les interviews

Acheter en ligne le Hors Série Transfert/Libération

 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse