16 08 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


14/10/2003 • 16h27

Sommet mondial sur la société de l’information : les associations cherchent leur voix

A Paris, la société civile tente de concilier intérêt du public et propriété intellectuelle

Les réunions de préparation du Sommet Mondial de la Société de l’Information (SMSI) se suivent et se ressemblent. Elles regroupent gouvernements, entreprises et représentants de la société civile. Samedi 11 octobre 2003, l’association I3C (Internet créatif, coopératif et citoyen) organisait à Paris, à la Maison des métallos, une journée de débats. Thème de la rencontre : "La propriété intellectuelle s’invite au Sommet Mondial de la Société de l’Information". Lors de cette journée, une centaine de personnes ont tenté de répondre à l’objectif fixé par I3C : "décloisonner" les différentes forces en présence et s’engager sur les droits de propriété intellectuelle, un thème qui n’est pas inscrit à l’ordre du jour du SMSI. Une réunion ordinaire, qui illustre parfaitement les difficultés qu’éprouvent les différentes parties en présence à s’entendre sur la définition des thèmes du sommet et sur les actions à mener.

L’objectif de la réunion du 11 octobre était clair : il s’agissait de parvenir à inscrire la propriété intellectuelle dans la liste des sujets qui seront négociés lors de la prochaine réunion du SMSI, qui se tiendra du 12 au 14 décembre à Genève. "Il n’était pas prévu que le Sommet traite de ces droits, considérés par les gouvernements comme relevant de l’OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, Ndlr) ou de l’OMC, explique Valérie Peugeot, une organisatrice de la journée, membre de Vecam, une association qui lutte pour la réduction de la fracture numérique. Nous souhaitons ajouter des amendements au texte préparatoire, discuté par les gouvernements et la société civile."

Les organisateurs de cette réunion ont bon espoir de parvenir à modifier le programme du SMSI. Même si certains de ses responsables, tels que Michel Peissik, l’ambassadeur de France auprès du SMSI, présent lors de la réunion de samedi, ont fait savoir qu’ils ne souhaitaient pas allonger la liste des thèmes qui seront évoqués.

Positions de principe

Le programme du SMSI a pourtant déjà été modifié. Une réunion préparatoire a été ajoutée au programme, en novembre, pour trancher certains noeuds gordiens autour de la cybersécurité, des logiciels libres, des médias communautaires...

L’enjeu du SMSI parait primordial aux yeux de bon nombre de partisans de la démocratisation des nouvelles technologies. Car si aucun traité international ne sera signé à Genève, le SMSI adoptera des positions de principes déterminantes. Par ailleurs, des réunions privées, organisées dans le cadre du SMSI, ont d’ores et déjà permis à plusieurs pays de mener des négociations, dont certaines ont abouti. Ainsi, selon Michel Peissik, les Etats-Unis et la Russie se seraient mis d’accord autour de la question de la cybersécurité...

Inquiets face au peu de place accordé à la société civile lors du SMSI , des "médiactivistes" (dont les membres d’Indymedia), des militants de No Border ou des collectifs de personnes en situation de précarité et d’intermittents ont prévu d’organiser un sommet parallèle, Geneva03. Leur mot d’ordre : "We seize it !" (en français "Nous nous en saisissons")

Le lobbying remplace la manif

Aux yeux des participants de la réunion parisienne de samedi, il faut se montrer actif non seulement dans la rue, mais aussi sous les dorures, dans les palais où se prennent les décisions. Le geste politique de référence est désormais le lobbying. Une méthode qui vient de faire ses preuves, puisqu’elle a permis de faire amender, au Parlement européen, la directive sur les brevets logiciels. "Nous devons sans cesse jouer sur trois tableaux : la pratique de terrain, le développement des réseaux et l’interpellation des politiques", explique Valérie Peugeot.

Et la bataille de la propriété intellectuelle n’est pas terminée : une directive sur la protection des droits de la propriété intellectuelle sera prochainement débattue au Parlement européen et la transposition d’une autre directive européenne sur les droits d’auteur est inscrite à l’agenda de l’Assemblée nationale française. " On doit aborder le problème de façon large, étudier tous ses aspects si on ne veut pas être piégés par les effets pervers de telle ou telle loi", estime Loïc Dachary, de la Free Software Foundation.

Lors du débat clôturant la journée de samedi, des représentants des partis politiques ont évoqué l’importance des expertises indépendantes sur des sujets aussi ardus. "Les amendements au projet de directive sur la propriété intellectuelle doivent être rapidement déposés au Parlement européen, s’alarme Laurence Vandewalle, assistante du groupe des Verts européens. A vous d’agir et de nous donner vos idées." Un représentant du Parti socialiste et un membre du Parti communiste participaient aussi à ce débat. Malgré les invitations lancées à bon nombre de ministres et de députés de la majorité, aucun n’était présent. Au grand dam des organisateurs. "Nous manquons de maillons entre les acteurs locaux et les politiques", notait Valérie Peugeot, de Vecam.

Autre point abordé lors de cette journée : remettre au centre du jeu les droits du public face à la protection de la propriété intellectuelle. "Les droits des professionnels sont toujours les premiers à être pris en compte, constatait Philippe Chantepie, chargé de mission au Ministère de la Culture et de la communication. C’est pour cette raison que l’intérêt du public s’inscrit dans une logique asymétrique : en l’occurence, il ne s’exprime que par l’exception à un droit. La copie privée n’est pas un droit, mais une exception à un droit."

Pour l’historienne Anne Latournerie, l’intérêt actuel pour les questions de propriété intellectuelle fait écho aux débats animés sous... le Front Populaire, lors de la bataille sur le projet de loi du ministre de l’Education Jean Zay. Intitulé Loi sociale du travailleur intellectuel, son texte, finalement recalé, prévoyait une reconnaissance des droits du public. Le débat était vif et global puisqu’il évoquait autant les problèmes de censure que les prérogatives économiques ou la place des artistes dans la société. Il est vrai que la société connaissait alors aussi un boom de nouvelles technologies : le cinéma et la radio venait d’arriver.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse