28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/06/2003 • 18h48

Les industriels européens contre la surveillance des télécommunications

Ils prônent la présomption d’innocence dans les mises sur écoute. Au diapason des ONG

Une coalition représentant la majeure partie des industriels européens a lancé un appel à "résister à l’obligation gouvernementale de rétention des données de connexion". Une directive européenne sur la protection de la vie privée, adoptée l’an passé, prévoit en effet de placer sous surveillance les appels téléphoniques, les e-mails ou encore les transactions électroniques transitant par les fournisseurs de services européens. Les prestataires doivent les tenir à disposition des forces de l’ordre.

Passé inaperçu dans la presse, et seulement mentionné dans une brève publiée sur le site de l’ONG européenne de défense des libertés Statewatch, l’appel rendu public le 4 juin 2003 n’en est pas moins gênant pour les instances européennes et gouvernementales.

D’abord parce qu’il émane d’une coalition comprenant la Chambre de commerce internationale (ICC), de l’Union des industries de la Communauté européenne (UNICE), de l’European Information, Communications and Consumer Electronics Technology Industry Association (EICTA) et de l’International Telecommunications Users Group (INTUG).

Cette coalition rassemble la majeure partie des industriels du secteur des nouvelles technologies, et au-delà. "Porte-parole des entreprises en Europe", l’UNICE représente ainsi les syndicats patronaux européens, et notamment, en France, le Medef. De son côté, l’EICTA fédère, entre autres, Alcatel, Bull, Cisco Systems, Dell, EADS-Telecom, Ericsson, IBM, Intel, Microsoft, Motorola, Nokia, Samsung, Siemens, Sony, Thalès, Thomson ou encore le Syndicat de l’industrie des technologies de l’information (SFIB), dont la trentaine d’entreprises membres réalise "près de 90 % du chiffre d’affaires global de l’industrie ’informatique et bureautique française’, soit 16 milliards d’euros pour un effectif de 40 000 personnes".

Peu suspects de connivence avec les "droits de l’hommistes" et autres défenseurs des libertés, ces industriels n’en rejoignent pas moins leur point de vue sur la légalisation de la cybersurveillance. Evoquant le spectre de Big Brother, la coalition estime que la rétention des données de connexion menace la vie privée des utilisateurs de technologies de l’information et de la communication, et donc la confiance qu’ils pourront accorder à leurs prestataires de service.

Dans leur appel, les industriels européens jugent aussi que la conservation des données serait "inefficace en termes d’investigations criminelles" et qu’elle mettrait en péril la compétitivité des entreprises du secteur des technologies et de la communication.

Reconnaissant la légitimité de la lutte contre le crime et le terrorisme, les signataires de l’appel regrettent de ne pas avoir été consultés par les instances européennes, accusées d’avoir négocié en secret l’adoption, le 30 mai 2002, du principe de la rétention des données à l’occasion de la révision de la directive concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques.

Les industriels pour la présomption d’innocence

Dénoncé tant par les ONG de défense des droits de l’homme et des libertés que par les instances européennes de protection des données personnelles (voir le dossier de notre confrère ZDNet), l’article 15 de cette directive prévoit que "pour sauvegarder la sécurité nationale - c’est-à-dire la sûreté de l’État - la défense et la sécurité publique, ou assurer la prévention, la recherche, la détection et la poursuite d’infractions pénales ou d’utilisations non autorisées du système de communications électroniques (...) les États membres peuvent, entre autres, adopter des mesures législatives prévoyant la conservation de données pendant une durée limitée".

Pour la coalition, l’ampleur des données de connexion à conserver est beaucoup trop vaste (voir l’impressionnante liste, rapportée par le bulletin Lambda). Pour la partie internet, le texte prévoit par exemple de conserver l’adresse des pages visitées, la date et l’heure des connexions, les adresses de l’expéditeur et des destinataires des emails, etc. Les industriels estiment aussi que la durée de conservation des données est bien trop longue.

En France, la loi sur la Sécurité Intérieure (LSI) de Nicolas Sarkozy, prolongeant la loi sur la Sécurité quotidienne (LSQ) adoptée sous le gouvernement socialiste, prévoit que ces données devront être conservées pendant un an. Cependant, les décrets d’application n’ayant toujours pas été publiés au Journal officiel, les opérateurs ne sont pas encore officiellement tenus de les stocker pendant une telle période.

Enfin (et surtout) les industriels européens rappellent que la surveillance a un coût. La coalition déplore le fait que les lourdes dépenses associées à la rétention des données soient imputées aux entreprises chargées de surveiller leurs clients, et donc, au final, aux consommateurs.

Les capacités de stockage, tant logicielles que matérielles, nécessaires à une telle surveillance systématique et généralisée des télécommunications, ne pourraient en effet qu’augmenter sensiblement les tarifs de connexion et de prestations de services. Et donc entraîner la disparition d’un certain nombre d’opérateurs, ainsi qu’accroître la concentration dans le secteur.

Fort logiquement, la coalition européenne des industriels demande que les coûts associés aux mises sur écoutes incombent aux gouvernements. Ils prônent aussi l’adoption d’un régime qui viserait, non pas à surveiller, par défaut, l’ensemble des utilisateurs, mais uniquement ceux faisant l’objet d’un mandat délivré par un représentant des forces de l’ordre, comme c’est le cas pour le téléphone.

En d’autres termes, les industriels européens appellent à privilégier la présomption d’innocence en lieu et place de la suspicion généralisée voulue par les instances européennes. Rien de plus, ni de moins que ce demandent les associations de défense des libertés.

Industry groups join forces to avert data retention laws
http://www.iccwbo.org/home/news_arc...

Directive européenne concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques
http://europa.eu.int/smartapi/cgi/sga_doc?...

Big Browser soulève l’ire du Net (transfert.net)
[http://www.transfert.net/a1257]

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse