27 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


10/04/2003 • 14h46

"Les attaques contre le P2P remettent en cause l’exception culturelle" [Tariq Krim]

Le fondateur de mptrois.com croit à une politique culturelle française sur le net

Tariq Krim est fondateur de Génération MP3, un site d’info sur la musique en ligne. Il est aussi consultant pour des labels indépendants. Il prépare une étude sur l’avenir du "peer to peer" (P2P) et la dimension culturelle des réseaux d’échanges de fichiers.

Où en sont les systèmes de partage de fichiers en P2P ? Quelles sont les tendances actuelles ?
Je pense que les réseaux d’échange de fichiers vont devenir les vecteurs de la culture de demain. Aujourd’hui, on voit émerger une population de gens technologiquement "riches", qui sont dans une situation d’hyperchoix culturel, et peuvent avoir accès à n’importe quoi. Par exemple, la deuxième saison de la série "24h chrono", qui passe en ce moment aux Etats-Unis, est déjà disponible en ligne, grâce à des gens qui l’ont enregistrée sur leur magnétoscope à disque dur numérique. Pourtant, la saison n’est pas finie, ni sortie en dvd, ni diffusée en France.
Cette "élite" technologique va bientôt avoir les moyens de se créer un programme culturel complet, à la carte, 100 % original. On n’y est pas encore mais les outils arrivent : prochaines versions des environnements Windows et Mac orientées multimédia, disques durs à haute capacité, nouveaux ports rapides USB2 et Firewire et connexions à très haut débit comme en Suède, à 10 Mo par seconde. Ce phénomène menace la logique des majors et des chaînes de télévision. Pire que de voir leurs contenus piratés grâce au P2P, elles commencent à perdre le contrôle de leur environnement : sélection et prescrition des contenus, mode et heure de consommation, calendrier de lancement, image des artistes...

Mais les majors du disque et du film ne sont-elles pas en train de gagner la bataille contre les réseaux d’échanges libre de fichiers ?
Si... Elles sont en train de réussir à frapper les réseaux P2P un par un, notamment grâce aux dispositions juridiques comme le Digital Millenium Copyright Act aux Etats-Unis ou la Loi sur l’Economie numérique (LEN) en France. Ces deux lois sont fondées sur une présomption de culpabilité : si un contenu est supposé illégal, on commence par fermer l’accès à internet de l’utilisateur, qui doit ensuite prouver son innocence.
Dans la LEN, ce sont les articles 43-8 et 43-9 qui instaurent une responsabilité des hébergeurs, a priori : "Les personnes qui assurent (...) le stockage (...) d’écrits, d’images, de sons ou de messages de toute nature accessibles par des services de communication publique en ligne" engagent leur responsabilité civile si un tiers leur demande de retirer ces données parce qu’il les estime illicites et que les hébergeurs "n’ont pas agi avec promptitude pour retirer ces données ou rendre l’accès à celles-ci impossible". C’est la mort du P2P tel qu’il existe aujourd’hui...

En quoi est-ce une perte pour la culture ?
Les réseaux d’échange tranforment les mécanismes de diffusion culturelle, d’une façon géopolitique. Plus un pays émet sur ces réseaux, plus il a d’influence sur la culture au niveau mondial. Les lois comme le DMCA et la LEN étouffent l’éclosion de systèmes alternatifs de distribution.
Avec leur approche juridique du problème, les majors veulent détruire les réseaux P2P pour remplacer par des systèmes contrôlés, 100 % marchands, et "DRMisés" (équipés de "digital rights management", des systèmes de protection des droits d’auteurs en ligne, NDLR). Cette approche remet en cause l’idée d’exception culturelle, si chère à la France, qui dit que la culture n’est pas uniquement une marchandise comme les autres.
Je pense que le ministère de la Culture et de l’Industrie devrait se pencher sur la dimension politique des échanges de fichiers, et sur la source d’influence culturelle qu’ils représentent pour la France.
Bientôt, les nouveaux médias en ligne seront normalisés, comme les médias traditionnels. Si on n’y prend pas garde, on va détruire les réseaux d’échange pour protéger les intérêts des majors, alors que le P2P est un chance pour servir l’expression de nouvelles cultures. On n’expérimente pas et on baillonne, comme cela s’est fait pour les radios libres. A une différence près : avec le P2P, les coûts de distribution sont nuls, car ils sont supportés par l’ensemble des utilisateurs. Ils sont donc parfaitement adaptés à la diffusion de formes de cultures alternatives et minoritaires.

Le site Generation MP3:
http://www.generationmp3.com
 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse