28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/09/2003 • 15h17

Le pas de géant des adversaires du brevet logiciel européen

Malgré leurs amendements, la directive a-t-elle perdu assez de ses capacités de nuisance ?
 

La directive sur la brevetabilité des "inventions mises en oeuvre par ordinateur", approuvée en première lecture par le Parlement européen mercredi 24 septembre, a été largement amendée sous la pression des adversaires du brevet logiciel. Si la version votée écarte clairement certains aspects dangereux, l’adoption définitive de la directive et sa transposition dans les droits nationaux promet encore de belles batailles.

Dans un communiqué publié mercredi 24 septembre, la délégation socialiste française au Parlement européen exultait : " (Le texte voté) interdit toute brevetabilité des logiciels." Quelques heures plus tôt, le Parti socialiste européen avait, en effet, contribué à l’adoption du projet de directive (approuvé par 361 voix pour, 157 contre et 28 abstentions).

Si nombre d’eurodéputés opposés au brevet logiciel ont finalement adopté le projet de directive, c’est qu’ils estiment que les amendements passés limitent considérablement sa portée et sa capacité de nuisance.

La donnée informatique a-t-elle un corps ?

Une grande partie de la bataille législative a tourné autour de l’article 2 de la directive, consacré à la définition d’une "invention mise en oeuvre par ordinateur". Fruit d’un amendement socialiste, l’article 2.b stipule désormais qu’un brevet ne peut être accordé que s’il y contient "contribution technique", plus précisément "une contribution à l’état de la technique dans un domaine technique". Domaine technique ? Le concept est défini dans le point suivant de l’article : il désigne "un domaine industriel d’application nécessitant l’utilisation de forces contrôlables de la nature pour obtenir des résultats prévisibles".

"En clair, il faut que la ’contribution inventive’ sujette à brevet appartienne au monde physique, se réjouit François Pellegrini, membre du collectif européen Eurolinux, qui a largement inspiré ces amendements. La directive ne fait que réaffirmer les principes de la Convention européenne des brevets de 1972, c’est-à-dire que le logiciel en tant que tel n’est pas brevetable !"

L’article 4a précise : "Ne sont pas brevetables les inventions impliquant des programmes d’ordinateurs, qui mettent en oeuvre des méthodes commerciales, des méthodes mathématiques et d’autres méthodes, si ces inventions ne produisent pas d’effets techniques en dehors des interactions physiques normales entre un programme et l’ordinateur, le réseau ou un autre appareil programmable sur lequel il est exécuté."

Enfin, le principe d’interopérabilité a été défendu par les eurodéputés, pour lesquels le recours à une technique brevetée, par exemple pour convertir des données d’un format vers un autre, ne doit pas être "considéré comme une contrefaçon de brevet".

Une directive vertement rembarée

Ces avancées par rapport au texte défendu par l’eurodéputée travailliste britannique Arlene McCarthy n’ont cependant pas convaincu les Verts et le groupe parlementaire de la Gauche unie européenne de voter le texte de la directive. Laurence Vandewalle, qui a coordonné l’action des écologistes européens sur ce sujet, justifie : "Pour les Verts, le résultat est mitigé car le texte de la directive est encore bourré de contradictions et de trous."

Jugeant que la directive est "un cheval de Troie pour introduire les brevets logiciels en Europe", l’eurodéputé Daniel Cohn-Bendit déclarait, à l’issue du vote d’hier : "La proposition de la Commission a été améliorée et mieux définie par le Parlement. Cependant nous considérons toujours que nous n’avons pas besoin de cette résolution car elle nous conduit dans la mauvaise direction."

Si les socialistes européens et le collectif Eurolinux affichent leur satisfaction après le vote du 24 septembre, rien n’est pourtant joué. Le projet de directive va maintenant repasser entre les mains de la Commission et du Conseil européen, plus sensibles aux arguments des lobbies professionnels favorables au brevet logiciel, avant de revenir devant le Parlement pour une deuxième lecture.

Le texte mourra mais ne se rendra pas

Or, il y a deux jours, Frits Bolkestein, commissaire européen pour le marché intérieur, avait menacé de supprimer purement et simplement la directive, si les amendements des eurodéputés devaient trop réduire le champ de la brevetabilité.

"Dans ce cas, le travail de l’Office européen des brevets (qui a déjà accordé près de 30 000 brevets logiciels en dehors de tout cadre juridique précis, Ndlr) pourrait continuer comme avant, juge François Pellegrini, d’Eurolinux. Mais un tel geste ferait du bruit : ce serait un déni de la représentation démocratique européenne."

Forts de leur action auprès des eurodéputés, les adversaires du brevet logiciel doivent maintenant convaincre les responsables politiques de chaque état membre de l’UE du bien-fondé de leur démarche. François Pellegrini affirme : "Les gouvernements nationaux doivent revoir leurs positions et soutenir le nouveau texte. Ce texte doit devenir le leur."

Car de la rédaction du texte final, puis de sa transposition dans chaque droit national, dépendra l’utilisation qu’en feront les tribunaux chargés de trancher les litiges. Compte tenu du caractère très technique du texte et des possibilités d’interprétation, certains (comme les Verts) redoutent que la directive, même amendée, favorise les grosses entreprises bardées de conseillers juridiques, aux dépens des PME.

Une crainte que réfute François Pellegrini. Le membre d’Eurolinux soutient que le texte voté hier est suffisamment fort pour dissuader ceux qu’il qualifie de "prédateurs légaux". "Il ne peut plus y avoir de batailles juridiques", avance-t-il. "En cas d’attaque infondée pour contrefaçon de brevet, le texte tel qu’il est aujourd’hui permet de demander des dommages et intérêts."

Les eurodéputés partisans du logiciel libre n’ont plus qu’à confirmer en seconde lecture ce qui ressemble bien à une victoire pour eux.

Le site du Parlement européen:
http://www.europarl.eu.int

Le site d’Eurolinux:
http://www.eurolinux.org

Le texte de la directive votée:
http://swpat.ffii.org/papers/eubsa-...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse