22 02 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/08/2003 • 15h04

La Grande-Bretagne envisage de doter tous les véhicules d’une puce électronique

Big brother au volant, l’Europe au tournant...

Le gouvernement britannique pourrait être le premier des pays européens à mettre en place un identifiant électronique dans chaque véhicule. Le projet, initié par la Commission européenne, fait l’objet d’une étude de faisabilité menée de concert avec le secteur privé. Malgré les problèmes qu’elle pose en matière protection de la vie privée, cette technologie pourrait être déployée à l’horizon 2007.

La dernière édition du Sunday Times consacre trois articles au projet d’Electronic Vehicle Identification (EVI), qui prévoit de doter tout véhicule britannique d’une puce électronique.

L’identifiant inclus dans la puce contiendrait des données telles que la marque du véhicule, son modèle, son numéro de série et sa couleur mais également le nom et l’adresse du propriétaire du véhicule, ses numéros de contrat d’assurance et de permis de conduire.

Il serait installé par défaut par les constructeurs de véhicule, ou rajouté lors des contrôles techniques obligatoires effectués chaque année en Grande-Bretagne.

Flics électroniques

L’Association of Chief Police Officers aurait recensé 47 utilisations possibles de l’EVI. Des senseurs, répartis sur tout le réseau routier du pays et mis en relation avec une base de données centralisée, permettraient ainsi d’adresser les amendes directement aux propriétaires des véhicules coupables d’excès de vitesse, de stationnement illégal et autres infractions au Code de la route.

Avec l’EVI, il deviendrait aisé de retrouver une voiture volée, mais aussi de géolocaliser un individu à partir du véhicule qu’il utilise.

Interrogée par The Sun, l’ONG britannique de défense des droits de l’homme Liberty avance pour sa part qu’un tel système reviendrait à faire de tous les conducteurs des présumés coupables et qu’il nuirait gravement au respect de la vie privée.

D’autant que l’EVI pourrait aussi se coupler avec d’autres projets de ce type  : il est ainsi question de doter tout automobiliste d’un permis de conduire électronique, tout véhicule d’un code-barre, d’une carte à puce ou d’une plaque d’immatriculation électronique, ou encore d’effectuer une surveillance de l’infrastructure routière au moyen de mini-satellites.

Le Sun, qui rappelle qu’il existe déjà plus de 4 500 caméras de vidéosurveillance en Angleterre, permettant à l’Etat de récupérer plus de 66 millions de livres d’amendes chaque année, avance que l’EVI pourrait entrer dans le droit britannique à l’horizon 2007.

Bientôt dans toute l’Europe

C’est en tout cas la recommandation faite par le Jill Dando Institute of Crime Science (JDI) au ministère britannique des Transports, qui lui avait commandé une étude sur la prévention de la criminalité en liaison avec le système d’immatriculation des véhicules.

Véritable test grandeur nature, le développement de l’EVI britannique est suivi de près par l’Union européenne, qui réfléchit à l’instauration d’un système similaire dans tous les pays membres. Prélude à une éventuelle directive sur la question, une étude de faisabilité a été lancée en février 2003.

Dotée d’un budget de 800 000 euros, cette étude est confiée à Ertico. Créé en 1991 à l’initiative de la Commission européenne, cet organisme associe partenaires privés et publics et vise à mettre en place des systèmes et services de transport intelligents (Intelligent Transport Systems and Services - ITS) au niveau européen.

Le conseil d’administration comprend plusieurs représentants de constructeurs automobiles (Renault, DaimlerChrysler, Ford...) et de sociétés gestionnaires d’autoroutes. Son président est ainsi Jean-François Poupinel, de la société Cofiroute.

Multiples applications commerciales

Les possibilités offertes par ce genre d’identification électronique intéressent particulièrement l’industrie automobile. Une étude du ministère néerlandais des Transports détaille les bénéfices espérés de l’EVI. Outre la régulation du trafic routier et la détection des accidents en temps réel, un tel système permettrait d’améliorer la gestion des parcs de véhicules professionnels et ceux des sociétés de location, le suivi effectué par les compagnies d’assurance, la personnalisation et la sécurisation des véhicules effectuée, en amont et en aval, par les constructeurs et prestataires de services automobiles, l’authentification des véhicules habilités à pénétrer dans une zone d’accès restreint, etc.

Dans sa présentation de l’EVI, Ertico précise ainsi qu’il ne s’agit pas tant d’un outil en tant que tel, mais d’un service permettant de développer tout un ensemble d’applications que pourrait utiliser un grand nombre d’opérateurs, tant privés que publics.

L’étude de faisabilité, qui devrait être bouclée en août 2004, est co-dirigée par un représentant du ministère britannique des transports et bénéficie, entre autres, du soutien de ses homologues belges, néerlandais, norvégiens et français.

La Commission, conductrice prudente

Dans sa page de présentation de l’EVI, la Commission européenne se veut, pour l’heure, prudente.

Elle indique qu’au vu de l’étendue du projet, il convient de n’envisager pour l’instant que ses applications "cruciales", à commencer par la "surveillance du trafic routier, la détection des véhicules volés, l’application de la loi, l’installation de boîtes noires et la facilitation des paiements aux péages". Elle évoque aussi la possibilité d’obliger les véhicules non-européens à se doter d’EVI temporaires dès lors qu’ils entrent dans l’espace Schengen.

Pour la Commission, l’EVI ne pose aucun problème en matière d’atteintes à la vie privée, puisqu’il n’identifiera, a priori, que les véhicules. Elle précise toutefois que, puisqu’il sera interconnecté à des bases de données, notamment policières, il convient d’en renforcer la sécurité, tant d’un point de vue légal que technologique. Elle suggère ainsi d’installer des identifiants "read only" ("pour lecture seulement", NDLR) et de chiffrer les données et leurs transmissions.

Pour la Commission, l’enjeu est "réellement vital si l’on veut limiter l’effet ’Big Brother is watching you’".

Machines will make criminal of every driver (The Sun)
http://www.thesun.co.uk/article/0,,...

Electronic Vehicle Identification (Ertico)
http://www.ertico.com/activiti/proj...

Electronic Vehicle Identification (Commission Européenne)
http://europa.eu.int/comm/transport...

Crime prevention and the UK vehicle registration and licensing system (l’étude du JDI)
http://www.jdi.ucl.ac.uk/publicatio...

Intelligent Transport Systems and Services
http://europa.eu.int/comm/transport...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse