23 09 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/02/2002 • 17h25

« Je crois plus que jamais à Internet »

En créant RépublicAlley, Laurent Edel ne pensait pas qu’il allait avoir Jacques Chirac en visite. Aujourd’hui, Chirac n’a pas prévu de repasser, mais l’aventure continue dans l’incubateur parisien.

Quand et comment avez-vous découvert Internet ?


Transfert
En 1996, à mon retour de deux années passées dans un pays en effervescence, le Vietnam. J’étais heureux de découvrir, enfin, l’émergence d’un phénomène nouveau en France.

Pourquoi vous êtes-vous impliqué dans Internet ? Quel a été le déclic ?

Pour un jeune de 25 ans comme moi, se lancer dans Internet, c’était tracer sa propre voie ; défricher ; développer. Pour la première fois, l’excitation que j’étais aller chercher à l’autre bout du monde, était possible en France. Aux premiers pas en tant que concepteur rédacteur dans l’agence Pictoris (Agency, maintenant), j’ai compris que je ne m’étais pas trompé de voie.

Quand avez-vous compris que cela allait vraiment décoller en France ?

À l’été 1998, j’ai passé trois mois à attendre en France un visa qui allait me permettre de retourner dans la Silicon Valley poursuivre une première année de veille technologique pour l’Atelier de Paribas. En fait, je ne suis pas reparti à San Francisco, car avec Jean-Michel Billaut, on avait décidé de lancer un roadshow européen. C’était le bon timing, l’Europe décollait. En un an, j’ai accompagné 32 start-up qui ont levé 150 millions d’euros.

Comment avez-vous vécu la période automne 1999-printemps 2000 ? Que faisiez-vous ?

Mes plus belles années... (en temps Internet). Porté par une magnifique énergie collective, j’avais le sentiment que nous avions tout pour réussir à changer quelque chose (« make a difference », comme disent les Californiens). J’ai lancé Republic Alley, la communauté, puis l’incubateur.

Comment analysez-vous aujourd’hui cette frénésie de huit mois ?

Nous étions dopés à l’optimisme, ça nous faisait construire et réussir. Je crois que la France en avait grandement besoin. Le tableau était noir pour la génération drogue–sida-chômage. On coupait les ailes des jeunes, avant qu’ils n’aient le temps de s’envoler. Il fallait également rattraper le train technologique mondial.

Quel a été, selon vous, le signal de la chute des dotcoms ?

L’effondrement des premières valeurs Internet du Nasdaq, en mars 2000, qui s’est ensuite répercuté sur le Nouveau marché.

Que faites-vous aujourd’hui ?

Je suis fondateur, principal actionnaire et administrateur de Republic Alley. Je continue ainsi à prendre part aux décisions stratégiques de la société. Comme j’ai un peu plus de temps qu’au démarrage, je peux me consacrer à ce que j’aime le plus : être à la source de nouveaux projets. Dans ce sens, je suis parti récemment dans la Silicon Valley. J’en rapporte une passion pour un nouveau sujet : l’énergie, un secteur qui va connaître des évolutions aussi fortes que l’informatique et les télécommunications. Je pense aussi aider des jeunes sociétés technologiques à se développer et à communiquer. Par ailleurs, je continue à m’investir dans le rôle de catalyseur de l’industrie Internet. À travers la Commission Raphaël. Un club de prospective que j’ai créé avec Christophe Fery et Patrick Falfus de Ptolémée.

Croyez-vous toujours autant à Internet ?

Je crois plus que jamais à Internet. 60 % des Américains utilisent Internet. C’est un marché mûr aux ...tats-Unis. La France a encore du chemin à faire. De plus en plus de sociétés Internet viennent aujourd’hui à maturité et dégagent des bénéfices. Les efforts de recentrage et de réduction de coûts ont payé pour des sociétés aujourd’hui profitables comme Priceline, Expedia, Travelocity.

Croyez-vous au commerce en ligne ? Croyez-vous à l’avenir du Web non-marchand ?

Oui, deux types de sites peuvent coexister. Avec d’un côté, les sites d’expression, les pages perso, l’information associative. Et de l’autre, côté, le e-commerce. Pour l’instant, le grand gagnant, c’est le secteur du tourisme sur Internet avec 13 milliards d’euros de chiffre d’affaires, devant l’informatique avec 5 milliards d’euros.

Comment voyez-vous les années à venir ?

Dans les années qui viennent, le marché de l’investissement reviendra à la situation précédant l’explosion de 1998. Des levées de fonds beaucoup plus sélectives et moins nombreuses. Une quarantaine d’IPO par an, la moyenne de la période 1985-1997, contre les 400 en 1999. Il faudra sans doute attendre 2005 avant de connaître une nouvelle explosion de la croissance. Enfin, de nouveaux secteurs émergent actuellement aux ...tats-Unis. Les applications logicielles verticales : pour les ressources humaines (Emloyease), pour l’immobilier commercial (Ibuilding) ou pour la gestion des écoles (VIPtone). L’informatique temps réel (Knowhow). Les réseaux de services web (Grandcentral).

Croyez-vous toujours dans ce qu’on a appelé la netéconomie ?

Oui. Il ne faut pas se laisser atteindre par la sinistrose. L’émergence, puis la fermeture de certaines sociétés Internet est vécue comme un drame. On aime se faire du mal, alors que l’on vit un cycle. La France semble découvrir les cycles de la technologie. Ils durent entre dix et douze ans et connaissent trois phases tant financières que commerciales : la naissance de nouvelles sociétés ; puis leur entrée en bourse et l’accroissement de leurs valeurs ; enfin la baisse des cours boursiers et le ralentissement des ventes de leurs produits.

Quelles vont être, selon vous, les futures grandes échéances, et que vont-elles apporter ?

Les élections présidentielles risquent d’être un non-événement. Il n’y aura pas d’Al Gore français. Alors que nous aurions besoin d’un "de Gaulle d’Internet". Un président capable de donner une vision pour la société du futur. Je suis impatient de voir les programmes des candidats sur l’emploi et les technologies ; la sécurité et les technologies ; l’éducation et les technologies ; la santé et les technologies, etc. Enfin, je souhaiterais voir le renforcement du marché européen. Je souhaiterais que tous les citoyens européens acceptent l’idée que notre seul futur c’est une Europe unie et puissante.

Internet en France - 7 Ans d'aventures
 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse