24 09 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/02/2002 • 17h06

” Internet est une révolution industrielle ”

Fabrice Sergent est directeur général de Lagardère Active Broadband. En 1995, à 25 ans, il a créé Club Internet, devenu l’un des principaux fournisseurs d’accès grand public en France.

Quand et comment avez-vous découvert Internet ?

C’était il y a presque dix ans déjà ! Aux ...tats-Unis en 1992, pendant mes études à la Michigan State University...

Pourquoi vous êtes vous impliqué dans Internet ? Quel a été le déclic ?

Après un bref passage au sein de l’activité Minitel d’Arthur Andersen, j’ai rejoint Arnaud Lagardère, en 1993, pour créer ce qui s’appelait à l’époque Matra Hachette Multimédia et dont l’objet était le développement de CD-ROMs. J’ai naturellement proposé d’y ajouter l’Internet.

Quand avez-vous compris que cela allait vraiment décoller en France ?

En 1998. Club Internet, qui fut le 1er fournisseur d’accès grand public à se lancer en France dès 1995, a vu le rythme de ses abonnements décoller franchement à partir de cette année-là. C’est à ce moment que nous avons commencé à communiquer dans les médias grand public.

Comment avez-vous vécu la période automne 1999-printemps 2000 ? Que faisiez-vous ?

Cette période n’aura été, finalement, qu’une des périodes parmi d’autres de la vie de Club Internet, même si elle fut intense. À cette époque, les fournisseurs d’accès gratuits sont apparus, et Club Internet a dû immédiatement réagir, tout en préservant son modèle économique. Nous avons riposté avec succès en lançant les premiers forfaits tout compris internet et télécommunications, qui ont largement fait école depuis que le modèle du gratuit a progressivement été abandonné par la concurrence, faute de rentabilité. Et puis, nous avons vendu Club Internet au printemps 2000 à Deutsche Telekom/T-Online.

Comment analysez-vous aujourd’hui cette frénésie de huit mois ?

Elle n’a été qu’un épiphénomène dans la vie générale de l’Internet dont nous sommes heureusement aujourd’hui sortis. Pour autant, en tant qu’investisseurs, nous avons su profiter de cette période et créer de la valeur.

Quel a été, selon vous, le signal de la chute des dotcoms ?

Les marchés financiers ont commencé à douter de la réalité des valeurs dotcoms au printemps 2000. Il était de toute façon inéluctable que les sociétés sans modèle économique disparaîtraient ou se consolideraient au profit d’acteurs pérennes. Aujourd’hui, je suis certain que de nombreuses dotcoms ne disparaîtront pas, les fournisseurs d’accès notamment.

Que faites-vous aujourd’hui ?

Je continue de contribuer au développement de la société que j’ai créée tant au sein de Lagardère qu’auprès de T-Online (NDLR : Fabrice Sergent est directeur général de Lagardère Active Broadband et président directeur général de T-Online France).

Croyez-vous toujours autant à Internet ?

Bien évidemment. L’Internet continuera son développement sur les écrans PC, mais aussi, de plus en plus, sur les écrans mobiles et de télévision. L’Internet reste à mes yeux une véritable révolution industrielle, qui ne cesse de se renforcer.

Croyez-vous au commerce en ligne ? Croyez-vous à l’avenir du Web non marchand ?

Le Web servira toujours d’outil de transaction à distance dans des proportions importantes. Je pense notamment que les portails des fournisseurs d’accès continueront de se développer, et bénéficieront fortement de revenus publicitaires et transactionnels.

Comment voyez-vous les années à venir ?

Interactives ! Probablement encore plus porteuses que les cinq dernières années, car on va évoluer d’une situation de jeunesse pour le marché à une situation de maturité, avec la concrétisation d’un vrai marché dont le nombre d’utilisateurs assurera le succès des nouveaux services.

Croyez-vous toujours dans ce qu’on a appelé la "netéconomie" ?

L’Internet a démarré bien avant l’apparition de la "netéconomie" et se développera bien au-delà. L’Internet n’est pas une mode, mais une lame de fond qui traverse l’ensemble de notre société.

Quelles vont être, selon vous, les futures grandes échéances et que vont-elles apporter ?

Sans aucun doute, le développement du nombre d’accédants via le téléphone mobile et la télévision, ce qui devrait permettre la création de nouveaux services, payants pour la plupart – et donc rentables – que nous sommes déjà en train d’imaginer.

Internet en France - 7 Ans d'aventures
 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse