10 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/03/2001 • 17h57

Chroniques Fifiennes (1) 
Sous le signe du digima

Faut-il vraiment présenter le FIFI, le Festival international du film internet ? Sa troisième édition a débuté lundi 26 mars à Lille, et se clôturera le vendredi 30. La compétition officielle comprend 20 films de fiction et cinq séries, sur 280 œuvres présentées. Mais le FIFI n’est pas réservé aux seuls professionnels. Pour le Prix du Public, toutes les fictions présentées sont visibles, et le vote en ligne est ouvert à chacun sur le site du Festival. Vincent-Cyril Thomas, dit Vincy, est le président du FIFI. Interview inaugurale de ce Franco-Canadien cordial et sans chichis, à peine débordé par le succès de sa créature...

Le FIFI 2001 est placé sous le signe du Japon. Pourquoi ?


DR
L’année dernière, c’était le Portugal et le Brésil. Il y a un fil directeur, puisque les Portugais auraient "découvert" le Japon. Nous avons surtout considéré que ce pays, deuxième puissance mondiale du Net avec ses 21 millions d’internautes, méritait notre attention. Nous aurions pu choisir l’Italie, qui a fait un carton cette année avec l’irruption d’une créativité variée, allant du contemplatif au pur délire satirique. Mais nous avons préféré faire l’effort de nous ouvrir à une culture vraiment différente. Sur 130 millions de Japonais, la proportion d’internautes est relativement faible et il y a assez peu de contenus et de services, malgré l’arrivée de l’i-mode. Mais l’enjeu est intéressant : comment un pays qui a été le leader dans l’animation télévisuelle va-t-il développer son contenu sur Internet ? Et effectivement, il y existe une créativité particulière, à base de vidéo interactive et de scénarios-haïkus. Des fictions comme Un jour d’automne, qu’on peut voir sur notre site, sont de vrais poèmes vidéo.

Cette troisième édition semble marquer un tournant et un changement de dimension du festival...

Oui, il a pris de l’ampleur. On en voit les signes depuis la semaine dernière : je crains les surréservations ! Rien que pour le forum, il y a déjà au moins 700 personnes accréditées. Les journalistes, au lieu d’écrire leurs articles avant le festival, viennent couvrir l’événement. Et puis, nous constatons que notre crédibilité est en hausse d’après le nombre de propositions faites par les créateurs. L’internationalisation est très nette, avec des fictions slovènes, brésiliennes, néo-zélandaises... Ce sont eux qui viennent nous chercher !

Les réalisations, elles aussi, arrivent à maturité ?

Aujourd’hui, les artistes s’accaparent les outils web pour tenter de donner du sens. Les histoires sont plus variées. On se rend compte que le logiciel Flash peut aussi permettre de réaliser des documentaires. Avec Human Bomb d’Œil pour Œil, la dimension dramatique prend de l’ampleur. Cette année sera vraiment celle de l’avènement du scénario là où l’effet technique avait primé. On observe également une multiplication des références, au jeu vidéo, à l’architecture, à l’art en général...

Et au cinéma ?

Il faut arrêter ce type de comparaison. Le cinéma est une source d’inspiration, rien de plus. Les ambitions ne sont pas les mêmes. Le modèle économique ressemble plus à la télé qu’au cinéma. Nous avons des programmeurs, pas des chefs opérateurs. Le style, le graphisme, et même la vidéo sont tout sauf du cinéma. Sur le Web, les créateurs ont inventé un langage à eux, lié aux contraintes du média, comme le débit. Ils mettent en avant l’animation, qui est un nouveau style. Le digima, comme nous l’appelons, diffère du cinéma par l’usage, le choix du média, et l’emploi des technologies. Je préfère d’ailleurs ce terme de digima à celui de microcinéma, qui désigne surtout les courts-métrages en ligne, et qui est une appellation américaine. Quant à "webfiction", ce n’est pas bête, sauf le jour où ça ne se passera plus en ligne...

Festival international du film internet:
http://www.internet-film.org
 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse