27 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


11/06/2003 • 18h02

Aux Tuileries, Schlag ! repousse les limites du spectacle multimédia

Grâce aux logiciels de l’Ircam, ce cirque virtuel frappe fort

Depuis le 10 juin, le "cirque multimédia" Schlag ! a investi un chapiteau planté dans le jardin des Tuileries, à Paris. La manifestation dure jusqu’au 22 juin prochain. Fondé sur l’interaction en temps réel entre le jeu des acteurs (réels et virtuels) et la musique, ce spectacle s’appuie sur des logiciels développés dans les studios de l’Ircam (l’Institut de recherche et coordination d’acoustique/musique). Schlag ! est une illustration de la tendance, de plus en plus répandue, de l’appropriation des langages informatiques par une nouvelle génération "d’artistes-programmeurs".

L’affiche de Schlag !, aux Tuileries jusqu’au 22 juin (DR) - 24.9 ko
L’affiche de Schlag !, aux Tuileries jusqu’au 22 juin (DR)

Le personnage principal du spectacle, la créature virtuelle Oscar, s’inspire du petit garçon inventé par Günter Grass dans "Le Tambour". Dans ce roman, l’écrivain allemand décrit le monde tel que le perçoit le petit garçon. Dans le spectacle, Oscar réagit aux différents événements sonores et gestuels qui se succèdent sur la piste.

Depuis une dizaine d’années, des outils de développement informatique permettent aux artistes d’inventer de nouvelles formes d’interactions entre musique, vidéo, danse, théâtre et architecture, sans avoir à rédiger la moindre ligne de code. En faisant appel à des interfaces graphiques, ces outils d’aide à la programmation se manipulent en faisant glisser des modules sur l’écran, et en les reliant les uns aux autres. C’est ce qu’on appelle le principe de la "programmation-objet".

Manipulations interactives

Musiciens et informaticiens collaborent depuis toujours au sein de l’Ircam. Créé au milieu des années 90, Max est le premier langage de programmation graphique destiné à la composition de musiques électroniques. Capable de traiter et de synthétiser des sons, Max est aujourd’hui utilisé par de nombreux compositeurs.

George Issakidis, membre du groupe franco-canadien Les Micronauts, utilise par exemple Max pour composer et coordonner sons et images pendant ses spectacles.

Depuis, d’autres environnements de développement graphiques destinés à la création ont vu le jour. Ils s’appellent jMax, Pure Data ou encore Eyesweb.

Eyesweb a été développé par le laboratoire d’informatique musicale de l’université de Gênes. Les membres de l’Ircam l’utilisent notamment pour les créations qui mêlent danse et musique : les mouvements des danseurs sont repérés et analysés par le programme. Ces mouvements peuvent alors déclencher des sons, synchronisés ou pas avec les gestes, selon la volonté de l’artiste. Ce dernier peut simultanément manipuler la texture des sons ainsi que l’endroit à partir duquel ils sont émis.

Les mains, la vue et l’ouïe

Dans Schlag !, deux applications développées à l’Ircam à partir d’Eyesweb sont utilisées. La première permet à Oscar, le héros du spectacle, de suivre des yeux les déplacements de certains personnages. L’autre application est un système de reconnaissance des positions de la main. Ce logiciel analyse la forme des mains des musiciens filmées par deux caméras.

Les informations sont ensuite transmises à un ordinateur central, chargé de reconnaître des postures et des positions de mains prédéfinies. Cette reconnaissance déclenche un nouveau signal, envoyé à un ordinateur chargé de la synthèse et du traitement des sons. Oscar, dont la tête apparaît sur six écrans vidéo, réagit et se déplace en fonction de l’ensemble de ces données.

"Les informations de détection fournies par Eyesweb sont utilisées soit à des fin musicales, soit pour fournir à Oscar des données sur le ’monde réel’" explique Emmanuel Flety, ingénieur à l’Ircam. Eyesweb permet de doter Oscar du sens de la vue. Max lui fournit l’ouïe. Oscar réagit à certaines formes à certains types de déplacements. Il peut aussi reconnaître des formes rythmiques ou mélodiques simples".

Schlag ! démontre que l’Ircam, créé par Pierre Boulez en 1973, continue à innover et est capable de toucher un public plus large que le cercle de quelques initiés de la musique contemporaine.

Schlag! (informations et renseignements pratiques):
http://agora.ircam.fr/article.php3?...

Le site de l’Ircam:
http://www.ircam.fr

Le site du Laboratoire d’informatique musicale de l’Université de Gênes:
http://musart.dist.unige.it

 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse