27 05 2022
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/12/2000 • 12h00

Wappup, le modeste qui voit grand

La société Wappup, créée en février dernier, veut jouer dans la cour des grands portails Wap. Le lancement de la deuxième version de son site est l’occasion de dévoiler ses partenariats et ses ambitions.


François de Guitaut le PDG de Wappup et Antoine Dubosq, DG
Karen Bastien
L’année 2000 fut, pour le Wap, celle de toutes les promesses et de toutes les critiques. Les acteurs du secteur ont appris la modestie. Wappup aussi. Ce portail de services Wap vient de lancer sa deuxième version et de mettre en place une trentaine de partenariats avec des sites. Mais François de Guitaut, son PDG, joue l’humilité. Fini les promesses de "services géniaux, qui vont révolutionner la vie". Et l’image et le son restent encore du domaine du rêve. "Les services Wap sont souvent médiocres, même aujourd’hui. Cela ressemble encore à du mauvais Minitel", lâche-t-il. Les services qui marcheront dans le futur restent la grande inconnue. Wappup propose donc la panoplie la plus large possible, des enchères aux news en passant par l’e-mail gratuit. "On ne sait pas quelle sera la "killer app" (l’application à succès). Au Japon, ce sont les recettes de cuisine qui plaisent sur l’I-mode. Qui pouvait le prévoir ?"

Quelques années de répit

Mais le Wap aurait encore de l’avenir. L’arrivée prochaine du GPRS et de l’UMTS, et donc de plus grandes capacités de connexion, n’inquiète pas vraiment François de Guitaut. "Le GPRS est annoncé en janvier prochain, mais dans les grandes villes seulement. Il faudra attendre environ un an et demi pour que toute la France soit couverte. Quant à l’UMTS, il ne concernera 100% du territoire que d’ici à 5 à 6 ans." Quelques années de répit pour le Wap en perspective. C’est pour cela que Wappup s’est battu ces derniers mois contre le Wap-lock en assignant en justice France Télécom et SFR. Cette pratique permettait en effet aux grands opérateurs de capturer l’abonné en imposant la page d’accueil de leur portail Wap comme point d’entrée obligatoire. Une enquête du Conseil de la concurrence est en cours, mais les opérateurs ont d’ores et déjà accepté de déverrouiller leurs téléphones portables. En janvier 2001, cela devrait concerner 40% des appareils et en juin, 100%.

Critiques récurrentes


DR
Impossibilité de naviguer, difficultés de manipulation, illisibilité : les critiques récurrentes contre le Wap ont largement influencé les responsables de la société. "Notre crédo, c’est moins de clics possibles", affirme Antoine Dubosq, le directeur général. La société met en avant sa navigation fluide, basée sur un accès aux différents services en trois clics maximum. Sur les portails Wap, il en faut généralement quatre. Et Wappup compte beaucoup sur la personnalisation dynamique. Une technique propre qui permet à chaque Wappernaute d’accéder en deux clics aux sites qu’il a l’habitude de fréquenter. Un peu comme l’historique de son ordinateur.

Tête de gondole

Reste la question de la rémunération. Wappup compte faire payer un franc par clic aux sites que le portail aura choisi de mettre en avant. Si, dans la rubrique sport, Sport24 veut être très accessible, il devra payer Wappup en fonction du trafic amené. Quant à Eurosport, Sportequestres, Nav2000 ou encore Planet F1, qui auront fait le choix de ne pas rémunérer le portail, ils seront aussi accessibles, mais en un clic de plus. C’est la formule de la tête de gondole de supermarché appliquée au Wap ! Pour arriver à 90 millions de chiffre d’affaires fin 2001, leur point mort, il faut à Wappup 250 000 abonnés. Ses dirigeants restent optimistes. Ils ont "au moins 20 millions de francs" dans les caisses. Et les partenariats signés avec des sites comme Aucland, Chateauonline, FranceMP3, Ibazar ou encore Travelprice, représentent une audience potentielle de 3 millions d’internautes. Reste à savoir si l’internaute se muera en Wapernaute...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse