24 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


22/12/2000 • 18h43

Pour les incubateurs américains, c’est la débandade (4/5)

Portés aux nues en début d’année, les incubateurs américains - du célèbre Idealab de Bill Gross au plus obscur - mordent aujourd’hui la poussière.

Les ...tats-Unis n’ont pas échappé à la mode des incubateurs. De 12 en 1980, leur nombre est passé à plus de 900 cet été. Avec une forte augmentation au cours des deux dernières années. Au plus fort de la vague, la National Business Incubator Association (NBIA) recensait même quatre à six nouveaux incubateurs par semaine. Quelques mois plus tard, c’est la déconfiture. La NBIA ne dispose pas encore de statistiques sur le rythme des faillites de ces mêmes incubateurs, mais nombre d’entre eux ne franchiront pas le cap du nouveau millénaire.

Une liste interminable de losers

"Ce modèle loué par les plus grands il y a quelques mois est devenu la bête noire des investisseurs, explique Flore Vasseur, directrice de la société de veille technologique new-yorkaise Trenspotting. L’exemple caricatural, c’est Bill Gross, le fondateur de l’incubateur Idealab." De fait, la star des incubateurs a dû renoncer cet été à son introduction en Bourse. Un camouflet. "C’était un type intouchable mais avec ses participations dans Eve, eToy et Petsmart, pour ne citer qu’eux, il s’est pris bouillon sur bouillon", raconte Flore Vasseur. La liste des incubateurs losers semble interminable. Pour ne citer que les plus médiatisés, garage.com a lui aussi raté son introduction en Bourse, tandis que eHatchery a dû revendre son département technologique. Plus heureux, CMGI - l’investisseur-incubateur spécialisé dans le marketing-services - a eu la chance de lever beaucoup d’argent sur le Nasdaq. Mais depuis un an, son action a perdu 97 % de sa valeur : le cours a plongé de 163,5 à 5,31 dollars ! CMGI ne vaut aujourd’hui plus un clou.

Licenciements

Poussés dans leurs retranchements, les incubateurs américains appliquent sans pitié la "bonne vielle recette" du licenciement. À Atlanta, EHatchery n’a gardé que 25 des 50 salariés qu’il comptait au sommet de la vague. CMGI impose depuis plusieurs mois des réductions drastiques de personnel à "ses" start-ups, dont le portail AltaVista. Les licenciements à la pelle n’y changent rien. La question fondamentale demeure : les incubateurs ont-ils une vraie raison d’être ? Leur modèle repose sur de la fourniture de services gratuits aux start-ups en échange d’une importante participation au capital. Leur seule source de revenu consiste donc à introduire ces start-ups en Bourse ou à les revendre à de grandes entreprises. Et, ainsi, à réaliser rapidement un retour sur investissement explosif. "Ce modèle est dangereux car on ne verra plus, désormais, ces retours rapides sur investissement", prévient un consultant. Illustration parfaite, l’incubateur californien eCompanies n’a réussi à introduire aucune de ses sociétés en Bourse et se trouve aujourd’hui en difficulté. Il n’a d’autre choix que d’abandonner les start-ups de commerce électronique de détail pour se recentrer sur les projets d’Internet sans fil interentreprises. Autre exemple, CMGI qui ne faisait jusqu’alors pas payer ses services se voit aujourd’hui contraint de les facturer.

Au cimetière des opportunistes

Les incubateurs qui ne pourront se réorienter finiront probablement au cimetière des opportunistes de la netéconomie, un endroit de plus en plus couru. "Les entreprises sont venues très nombreuses à l’incubation. Pour beaucoup, c’était une logique opportuniste et exclusivement financière, souligne Flore Vasseur. L’argent pleuvait, il fallait en profiter et prélever sa quote-part de cette manne." Pour les autres il s’agissait de retenir leurs talents, de mettre un terme à l’hémorragie de cadres supérieurs vers les start-ups. À l’instar d’Andersen Consulting, plusieurs grandes entreprises ont créé un incubateur-maison, sorte de campus à l’usage des salariés entrepreneurs dans l’âme. "En fait, analyse Flore Vasseur, c’était un effet d’annonce destiné non seulement à calmer les velléités de départ des salariés mais aussi à communiquer en externe autour de la netéconomie."

Aujourd’hui plus rien. Quand leurs incubateurs n’ont pas été purement et simplement abandonnés, les entreprises évitent de toute façon d’en parler. Reste que tout n’est pas perdu pour tout le monde. La banque d’affaires Merrill Lynch, peu susceptible d’agir au hasard, vient ainsi de lancer un fonds d’investissement d’un milliard de dollars, plus de sept milliards de francs ! Cette réserve - le Merrill Lynch’s Internal Venture Capital Fund - financera et permettra d’incuber en interne des projets proposés par les salariés de la banque. Sans doute une façon de profiter de la débandade pour prendre des positions solides à moindre coût.

Andersen Consulting:
http://www.ac.com/ CMGI:
http://www.cmgi.com/ EHatchery:
http://www.ehatchery.com/ Merrill Lynch:
http://www.ml.com/ National Business Incubation Association:
http://www.nbia.org/ Garage.com:
http://www.garage.com/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse