24 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


30/05/2001 • 18h55

Moral en berne pour Vivalaville

En manque de fonds, le réseau d’information locale s’apprête à licencier. La direction cherche de nouveaux investisseurs, sans exclure un rapprochement avec le concurrent Viapolis.

Nouveau coup dur dans la presse en ligne. Cette fois-ci, c’est Vivalaville, le réseau de sites d’information locale contrôlé par le Télégramme de Brest, le Républicain Lorrain et l’Alsace, qui souffre. Cinq mois après le lancement d’une dizaine de nouveaux sites (dont Lyon, Marseille, Bordeaux et Paris), Vivalaville manque de fonds pour poursuivre l’aventure. Conséquence, une quarantaine de salariés (sur un total de 52) devraient recevoir une lettre de convocation à un entretien préalable "en vue d’un licenciement économique". "Les lettres sont parties", confirme le directeur général de Vivalaville, Francis Jaluzot, sans commenter le nombre de licenciements. "Cela ne veut pas dire que le plan social ne sera pas amendé, voire abandonné. Pour le moment personne n’est licencié et je me battrai pour que cela n’arrive pas", insiste-t-il.

Dépôt de bilan exclu

La situation de Vivalaville ne laisse malheureusement guère de place à l’optimisme. Le chiffre d’affaires 2001 devrait se situer entre 9 et 14 millions de francs au lieu des 30 millions prévus. "Les actionnaires ne sont plus en mesure d’assurer financièrement le développement du réseau national, reconnaît Francis Jaluzot. Ils ne remettront donc pas d’argent. Mais ils assureront la pérennité de l’entreprise, avec des équipes restreintes s’il le faut. Il n’y aura donc pas de dépôt de bilan." Les éventuels charognards sont prévenus. En fait, la direction de Vivalaville envisage deux scénarios. Premier cas, de nouveaux investisseurs rejoignent le groupe de contrôle historique. Mais, de l’aveu même de la direction, cette perspective ne remettrait pas en cause le plan de licenciements. Plusieurs investisseurs potentiels, dont le groupe Lagardère, ont déjà été approchés. Sans succès jusqu’ici. Deuxième hypothèse, Vivalaville opère un rapprochement avec le réseau concurrent Viapolis, qui regroupe plusieurs titres régionaux (Sud-Ouest, Le Progrès, La Voix du Nord...) et nationaux (Libération, Le Figaro). Ce réseau a déjà comme co-actionnaire... le groupe Lagardère. "Nous avons des contacts réguliers, depuis neuf mois, avec Viapolis", reconnaît Francis Jaluzot.

Plusieurs sites en danger

Dans cette hypothèse, Vivalaville préserverait sans doute des emplois dans les sites rattachés à un titre régional, comme celui de Brest avec le Télégramme ou celui de Nantes avec l’Hebdo. Mais les sites créés ex nihilo - tels Bordeaux, Paris, Marseille, Montpellier, Lille ou Lyon - risqueraient de disparaître. Tout comme les sites sur lesquels Viapolis est déjà présent. Une fusion Viapolis/Vivalaville n’est de toute façon pas encore acquise. Vivalaville souhaite faire entendre sa voix, et n’entrerait dans un ensemble commun qu’à certaines conditions. "Il faudrait en particulier que Viapolis soit prêt à reprendre au moins en partie notre technologie, qui est très bonne", insiste Francis Jaluzot.

Rédactions désabusées

Loin de ces tractations, les équipes rédactionnelles de Vivalaville apparaissent désabusées. Plusieurs rédacteurs et responsables de sites (les EOL, ou éditeurs on line) regrettent que les actionnaires ne leur aient pas laissé davantage de temps pour faire leur preuves. "Notre audience croît alors que nous n’avons quasiment pas communiqué, notre information plaît. Il faut encore améliorer un peu la technique, mais, sur le plan éditorial, c’est une réussite, confie, amer, un journaliste. Notre problème est peut-être que notre information de proximité s’adresse avant tout à un public qui n’est pas encore vraiment connecté, mais qui le sera assurément d’ici deux ou trois ans."

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse