27 05 2022
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


20/11/2000 • 10h05

Les webmarchands américains ont changé de rennes

Noël 1999, premier Noël de l’Internet marchand, fut un véritable fiasco pour les sites américains. Commandes en retard, stock indisponible, saturation des serveurs. Un an après, ils ont apparemment retenu la leçon.

Un sapin de Noël, une crèche, mais aucun cadeau aux alentours. Un enfant américain sur vingt a vécu cette situation l’année dernière. La faute à Toy’s R Us. Le géant du jouet était dans ses petits souliers le 10 décembre 1999 quand il a fallu annoncer que les commandes passées sur le Net ne pourraient être honorées avant le 24 décembre. En cause, une logistique insuffisante. "On était alors en pleine période d’euphorie. Les sites faisaient la course aux clients. Ils essayaient de les attirer avec beaucoup de dollars, de technologie et de larges assortiments de produits. Ils ne s’étaient pas rendu compte qu’Internet, ce n’est pas du marketing, mais de la distribution", analyse Flore Vasseur, fondatrice de TrendSpotting, société de veille et de conseil en stratégie internet, installée à New-York. 53% des consommateurs ont alors souffert de problèmes de livraison et moins de 30% se sont déclarés satisfaits de la qualité du service, selon une étude de Jupiter. Gueule de bois pour nouveau siècle.

Effort de rationalisation

La Federal Trade Commission (FTC) a infligé une amende de 1,5 million de dollars à sept sites (Toy’s R Us, Cdnow, Macy’s,..), car ils n’avaient pas prévenu leurs clients de ce retard. La sanction de Wall Street fut elle aussi immédiate, notamment pour eBay, Amazon ou encore Etoys. "Mais ce Noël va beaucoup mieux se passer", assure Flore Vasseur. Dès le printemps, les sites ont mis en place des systèmes de prévision de ventes. Et ont investi massivement dans leurs infrastructures logistiques. Selon une enquête de Jupiter, 46% des sociétés ont accru leurs équipes chargées de la gestion des commandes et 37% ont augmenté leurs capacités de distribution. Etoys a voulu éviter le fiasco de 1999 où un million de cadeaux avaient été livrés le 26 décembre. Le site de jouets a donc créé son propre système de distribution, en faisant construire des entrepôts sur les côtes est et ouest. "Un vrai effort de rationalisation a été effectué", précise la consultante. Pour preuve, l’alliance entre des marchands réels et virtuels afin de partager leur savoir-faire. Suite à la douche froide de Noël, Toy’s R Us a signé, au mois d’août, un contrat de coexploitation avec Amazon, afin de profiter de son expérience d’e-logisticien. L’objectif premier est devenu la rentabilité. L’an passé, chaque nouveau client coûtait 82 dollars aux e-marchands, contre 12 dollars aux spécialistes de la vente par correspondance. Aujourd’hui, fini les dépenses marketing, les gadgets visuels qui alourdissent les pages et provoquent l’abandon du processus d’achat et les énormes catalogues de produits ingérables. "Les sites sont moins nombreux, mais plus solides. Ils ont vraiment intégré la problématique du service", constate la responsable de Trendspotting. Mais la FTC reste attentive : elle vient d’envoyer un avertissement à 100 sites marchands, leur recommandant de livrer ce qu’ils ont promis. Ceux-ci n’ont donc guère le choix, mais sont déjà conscients qu’ils jouent leurs dernières cartouches, à l’occasion de ce Noël.

En attendant le rush

Les web-marchands peuvent cependant compter sur des clients fidèles. Malgré les déceptions passées, 95% de ceux qui ont acheté à Noël 1999 vont procéder à de nouveaux achats en ligne, et 50% d’entre eux affirment même qu’ils vont acheter plus, selon une étude de NPD group. Pas rancuniers, mais aussi plus nombreux. Les Américains sont 48 millions à fréquenter le réseau, contre 33 millions l’an passé. Une seule inquiétude noircit le tableau depuis quelques jours : le pic de fréquentation observé l’an passé en novembre se fait toujours attendre, selon la dernière étude du groupe Nielsen. Par exemple, les sites de vente d’électronique grand public, qui avaient connu une fréquentation en hausse de 56% l’an dernier, se contentent aujourd’hui d’une hausse de 16%. Plus inquiétant, la catégorie des jouets qui progressait de 47% à l’époque et qui ne connaît, en ce moment, aucune augmentation de trafic. Selon certains analystes, cette torpeur de la consommation s’expliquerait par les élections présidentielles...

La Federal Trade Commission:
http://www.ftc.gov/ Jupiter communications:
http://www.jup.com/home.jsp NPD group:
http://www.npd.com/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse