24 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


11/07/2001 • 16h32

Les gens s’emballent sur des concepts à deux francs

Christophe Dupont et Christian Conti, respectivement président et directeur général du site communautaire Respublica, propriété de Liberty Surf (groupe Tiscali), quittent l’entreprise qu’ils ont fondée Les salariés, eux, devront choisir entre Bordeaux, Paris ou la porte. Interview de Christophe Dupont.


DR
Votre départ était-il programmé de longue date ?

Disons qu’il était prévu. Les changements récents de managers et d’actionnaires au sein de Liberty Surf ont un peu accéléré les choses.

Qu’est-ce qui, selon vous, a changé au sein de Liberty Surf ?

Tout d’abord, nous nous sommes associés avec Pierre Besnainou au début du projet. Nous avons vécu la création et l’introduction en Bourse de Liberty Surf. Mais les gens avec qui nous avions choisi de travailler sont aujourd’hui partis. Il est compréhensible que nous ayons, nous aussi, envie de partir.

Ensuite, la stratégie de Liberty Surf a clairement changé. Au départ, elle consistait à investir tout en visant l’équilibre pour le deuxième semestre 2002. Désormais, c’est une stratégie comptable qui prévaut, et se résume à ces mots : "Ebitda [résultat brut d’exploitation] positif à la fin 2001". Cette logique industrielle et comptable de constitution d’un groupe remet en cause pas mal d’investissements. Cela ne me convient pas. Je n’ai pas ces compétences-là, qui n’ont rien à voir avec la création d’entreprise. En même temps, je ne juge pas. Ce n’est pas mon argent, je ne suis qu’un petit actionnaire. Nous sommes dans un système capitaliste, où les actionnaires, en l’occurrence Tiscali, décident à chaque instant ce qu’ils veulent pour leur argent. Après tout, Renato Soru est peut-être là lui aussi pour faire un coup et revendre son entreprise avec plus-value.

Votre déception n’était-elle pas inévitable dès lors que vous acceptiez de vous adosser à un groupe tel que Liberty Surf ?

Dès lors que l’on laisse entrer un gros actionnaire dans une société, on sait à quoi l’on s’expose. Nous restons fiers de ce que nous avons fait, nous sommes en tête des classements d’audience dans notre catégorie, alors que nous sommes partis plus tard que nos concurrents.

Que deviennent les salariés de Respublica ?

À terme, les locaux de Mougins (Alpes-Maritimes) seront fermés. Les salariés seront reclassés à Paris, siège de Liberty Surf Télécom, ou à Bordeaux, dans les locaux de Liberty Contact, le service clients. Ceux qui ne souhaitent pas quitter le Sud seront licenciés mais pourront bénéficier d’aides à la création d’entreprise.

Au final, n’êtes-vous pas déçu par l’expérience Respublica ?

Nous avons vécu des choses intéressantes, je ne vais donc pas cracher dans la soupe. La fin est tout de même moins intéressante que le début. Aujourd’hui, les gens qui décident de l’avenir d’Internet le font sur des tableaux Excel, parfois même sans avoir jamais cliqué sur le site en question. Si on regarde autour de nous, Mygale a été avalé par Multimania, elle-même absorbée par Lycos. Altern, qui voulait conserver son indépendance, n’existe plus. Quant à nous, entre ne pas exister et subir le marché, nous avons choisi le marché. Mais à terme il n’y avait sans doute pas d’autre solution qu’abandonner.

Votre expérience ne constitue-t-elle pas une remise en cause du mythe de la start-up et de la création d’entreprise innovante ?

En fait, nous sommes dans un modèle d’évolution. Seuls les gros survivent et l’excès d’argent a entraîné une spéculation qui a grillé tout le secteur de l’Internet. On voit aujourd’hui des gens s’emballer sur des concepts à deux francs. Du coup, on se surprend à faire des choses stupides parce que le marché réclame des choses stupides. C’est un des excès du système. Cela dit, le média Internet reste génial, et de nombreuses applications nouvelles continueront d’émerger.

Qu’allez-vous faire après votre départ ?

Là, il fait un peu trop chaud pour travailler. Je vais donc prendre deux mois de vacances.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse