25 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


26/03/2001 • 16h17

Les bonnes vieilles recettes de Microids

Boudé par la Bourse à l’automne dernier, l’éditeur et distributeur de jeux vidéo français se tourne de nouveau vers le capital-risque. Et devrait tenter une nouvelle introduction en Bourse avant la fin 2001.

C’était le 17 octobre dernier, dans le cadre feutré du théâtre de la Comédie des Champs-Elysées, à Paris. Elliot Grassiano présentait Microids (développeur, éditeur et distributeur de jeux), la société qu’il préside, à un parterre d’analystes financiers, à quelques jours de son introduction sur le Nouveau marché de la Bourse de Paris. Au sortir de la séance de questions-réponses, un cadre dirigeant de Microids confiait : "Je n’ai jamais vu un tel scepticisme des analystes vis-à-vis des entreprises de nouvelles technologies." Quelques jours plus tard, Microids annonçait le report sine die de son introduction en Bourse, qu’elle préparait pourtant depuis la fin de l’hiver 2000. Six mois plus tard, les analystes doutent plus que jamais du potentiel des entreprises de nouvelles technologies. Les marchés financiers ne semblent pas pouvoir interrompre leur dégringolade. Le secteur des jeux vidéo est particulièrement affecté et les titres des français Cryo, Infogrames ou Titus se sont littéralement effondrés ces derniers mois. Dans ce contexte de massacre boursier, Microids change temporairement son fusil d’épaule. L’éditeur des jeux L’Amerzone, Les Fourmis ou Nike the mission vient de lever 7,5 millions d’euros auprès d’investisseurs financiers (Crédit Lyonnais Capital Investment, Sofinindex, la Compagnie financière Rotschild Asset Management , BNP Private Equity et Cita). Interview d’Elliot Grassiano, PDG de Microïds

Vous annoncez une levée de fonds de 7,5 millions d’euros (49,2 millions de francs) auprès de capital-risqueurs. L’entreprise Microïds aurait-elle renoncé à s’introduire en Bourse ?

Nous avions tenté d’introduire Microïds en Bourse, au mois d’octobre dernier, et avions stoppé la procédure en raison de mauvaises conditions de marché. Dès lors nous avons pris contact avec des investisseurs financiers. Et, la tendance boursière ne s’étant pas inversée, nous avons concrétisé avec ces investisseurs. Nous ne pouvions pas nous permettre d’attendre plus longtemps car notre développement nécessite des investissements importants. Pour autant, la machine ne s’arrête pas après cette levée de fonds et nous espérons toujours entrer en Bourse avant la fin de l’année 2001, si les conditions du marché s’y prêtent.

Qu’allez-vous faire de ces 7,5 millions d’euros ?

Cette somme soutiendra notre développement et nous permettra d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés pour 2001. 80% de cette somme financera le développement des jeux que nous sortirons cette année et au début 2002. Les 20% restants financeront le démarrage de nouvelles structures de distribution. Nous ouvrons ainsi en ce moment une antenne au Canada, à Montréal, avec à terme l’idée de toucher le marché américain.

Etes-vous parvenu à respecter les objectifs de l’année 2000, malgré le report de l’introduction en Bourse ?

Nous respectons à peu près l’objectif fixé par le business plan, avec un chiffre d’affaires de 14,88 millions d’euros (98 millions de francs) pour l’année 2000 [l’objectif annoncé était de 104 millions de francs, NDLR] et un résultat net de 0,35 million d’euros (2,3 millions de francs). Nous respectons également nos objectifs sur le début 2001, même si l’essentiel du chiffre d’affaires se fait en fin d’année.

Les créateurs de jeux - Kalisto l’a illustré tout récemment - traversent une phase de graves turbulences. Pensez-vous que la situation du secteur puisse s’améliorer cette année ?

Je ne lis pas dans une boule de cristal. On pressent la reprise pour la fin 2001, peut-être un peu avant, peut-être un peu après. Pour ce qui concerne les turbulences actuelles, l’un des éléments déterminants a été l’annonce par Sony, à la fin 2000, de la mise en place d’un nombre de PlayStation 2 inférieur à ce qui était prévu. L’ensemble des éditeurs ont été sanctionnés par les marchés, même ceux qui, comme Microids, n’avaient pas encore sorti de titre sur PlayStation 2. Quant à l’épisode Kalisto, il ne permet pas de tirer de conclusions sur la santé du secteur. Il ne faut y voir que les mésaventures d’un acteur qui n’est d’ailleurs qu’un développeur de jeux. Du reste, cela nous conforte dans notre stratégie, qui consiste à contrôler l’édition et la distribution de nos jeux. Le client de Microids c’est le public, pas un éditeur de jeu qui peut renoncer à s’engager au dernier moment.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse