28 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


8/10/2001 • 18h32

Le renifleur de bactéries

Des étudiants américains développent un nez électronique capable d’identifier, "à l’odeur", des bactéries situées dans le sang ou dans de la nourriture...

Pour les étudiants de l’Illinois Institute of Technology (IIT), basé à Chicago, les prises de sang, c’est de la vieille histoire. L’avenir de l’analyse sanguine passe par le "E-Nose", un capteur électrochimique conçu pour renifler les bactéries présentes dans notre sang. Un prototype qui pourrait même détecter la présence de bactéries dans un frigo...

6 minutes pour renifler

Le E-Nose est composé de huit capteurs électrochimiques. Ces derniers réagissent aux particules microscopiques de gaz émises par les bactéries quand elles se développent (quand elles mangent des globules rouges, par exemple). Lorsque les capteurs analysent les substances chimiques odorantes exhalées par un échantillon sanguin, le E-Nose compare ces résultats avec une banque de données qui répertorie, dans un logiciel, la propriété chimique de chaque bactérie (une bonne centaine au total). Le fonctionnement de cet appendice électronique se rapproche en fait de celui de notre nez. À la différence près que ce dernier est composé de millions de neurones sensibles aux odeurs, alors que le E-Nose n’est composé que de huit capteurs. Selon les responsables du projet à l’IIT, une équipe d’élèves piochés dans différentes spécialités, le E-Nose ne met que six minutes pour renifler les bactéries. En tout, il prendrait deux fois moins de temps que les analyses de sang traditionnelles (un peu plus de 24 heures pour le E-Nose, contre 48 heures pour les analyses classiques, à cause du délai nécessaire pour obtenir un nombre suffisant de bactéries) pour détecter la présence d’agents pathogènes dans le sang, comme les staphylocoques. La technique utilisée serait plus simple et plus efficace que la détection fluorescente adoptée par un bon nombre de laboratoires aux Etats-Unis et qui serait, selon l’IIT, deux à trois fois plus coûteuse qu’un E-Nose.

Détection de la tuberculose

IIT n’a toutefois pas le monopole des nez électroniques. En mai dernier, le E-Nose conçu par des scientifiques allemands de l’université de Turingen avait analysé les différences chimiques entre les phéromones masculines et féminines, une découverte publiée dans la revue de la National Academy of Science. Cyrano Sciences, une firme basée à Pasadena, en Californie, conçoit elle aussi des E-Noses. Dans le cas du Cyrano 320, le dernier né de la firme, c’est l’interaction des molécules avec un matériau composite qui révèle les propriétés chimiques de l’objet testé. Dans le domaine du diagnostic médical, le E-Nose de l’IIT semble cependant l’un des plus aboutis. Selon l’université américaine, il pourrait bientôt permettre de déceler, dans les poumons, la présence d’une bactérie à l’origine de la tuberculose. Il suffirait alors d’analyser la respiration des patients pour procéder à cet examen. Une technique porteuse d’espoir même si, de l’aveu même des étudiants, il faudra bien dix ans pour maîtriser parfaitement la pratique du E-Nose.

Illinois Institute of Technology:
http://www.iit.edu/~hussjam/default.htm L’article du Wired:
http://www.wired.com/news/medtech/0... Cyrano Sciences:
http://cyranosciences.com/
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse