27 05 2022
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/03/2001 • 10h05

Le beez dans la peau

video
Jacques Kluger n’abandonne pas. Après deux échecs, il continue de croire au business Internet. Au cœur de Beezpeople, sa nouvelle société, le peer-to-peer, popularisé par Napster. Sur les écrans en juin.

<script language="JavaScript"> //v2.0 window.open(theURL,winName,features); //—>

Retrouver l’interview de Jacques Kluger

1) Qu’est-ce qui vous pousse à vous lancer dans le peer-to-peer ?

2) Beezpeople s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises ?

3) On connaît déjà l’univers peer-to-peer avec Napster, qu’allez-vous proposer de plus ?

4) Comment fonctionnera concrètement Beezpeople ?

L’homme parle bien. Synthèse, métaphores et phrases choc, tout y passe. Les restes d’une vie antérieure. Quand Jacques Kluger était avocat pénaliste. Avant que le business ne l’entraîne loin des tribunaux. Maintenant, le trentenaire utilise sa verve pour séduire les investisseurs et les convaincre de le suivre dans l’aventure de Beezpeople. Cette nouvelle technologie veut donner au peer-to-peer ses lettres de noblesse. Popularisé par Napster, site d’échange de fichiers musicaux, ce système d’interconnexion des ordinateurs a été complètement revu par six ingénieurs pendant un an. L’idée : solutionner tous les défauts pointés sur Napster. Sécurité, ergonomie, mais surtout respect des droits d’auteur. "BeezPeople propose une nouvelle vision de l’Internet reposant sur un modèle sécurisé de libre circulation des textes, photos, chansons...", déclare Jacques Kluger. Les internautes pourront accéder en streaming à des œuvres musicales, cinématographiques ou photographiques, en échange du paiement d’un abonnement mensuel. Mais pour "posséder" l’œuvre, c’est-à-dire la télécharger sur son disque dur, il faudra payer un droit de téléchargement. Un juke-box virtuel "légal", en résumé. "Une vraie offre d’entertainement", assure Jacques Kluger dans son franglais économique. Les internautes pourront créer des communautés thématiques, des "villages", dans la terminologie Beezpeople. Ceux-ci seront autogérés par les internautes, qui y éliront un chef. Plein de mini-Napster en perspective. "Nous avons voulu sortir du peer-to-peer créé par des informaticiens pour des informaticiens", explique Stéphane Jupin, l’ingénieur en chef.

Des échecs constructifs

Mais attention, ceci n’est que la première partie du projet. Car ce maillage de "peers", c’est aussi une puissance de calcul, une capacité de stockage et une bande passante potentielles très intéressantes : "20 à 30 % seulement des capacités des ordinateurs sont utilisées. Or, les entreprises sont à la recherche de ce genre de capacités pour héberger des fichiers, des animations 3D ou faire du calcul", détaille Jacques Kluger. Les internautes, membres de Beezpeople, choisiront eux-mêmes de mettre leurs ordinateurs à disposition d’une cause (recherche contre le cancer, contre le sida, surveillance des petits hommes verts), ou d’une société. Et ils seront rémunérés en fonction des capacités et du temps utilisés. L’informatique distribuée, peu connue encore en France, a déjà suscité un vrai engouement dans la Silicon Valley. Les concepteurs de Beezpeople sont confiants dans leur "innovation technologique". À Jacques Kluger d’ajouter la touche business. Initiateur du téléachat en Belgique et en France avec Pierre Bellemare, il surfe sur la vague Internet depuis 1999. En décembre 1999, il lançait Koobuycity, un site d’achats groupés, concept dont on attendait monts et merveilles. Puis, quelques mois après, il renommait sa société Koobuycity pour faire de la livraison express en une heure sur Paris. Mais en décembre 2000, il est contraint de déposer le bilan. Alors, la tournée des capitaux-risqueurs, il connaît. Son passé de "start-upeur", il ne le vit pas comme un handicap. "Les conditions du marché ont bien changé. En décembre 1999, on était dans l’irrationnel. Aujourd’hui, c’est extrêmement plus difficile. Mais les investisseurs apprécient d’avoir devant eux quelqu’un qui a de l’expérience, qui a appris de ses échecs", constate le jeune PDG qui recherche environ deux millions d’euros (un peu plus de 13 millions de francs). Si tout va bien, le player Beezpeople devrait être téléchargeable début juin.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse