04 10 2022
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


9/05/2000 • 20h06

ILOVEYOU : l’heure des comptes

Alors que les autorités philippines affirment être sur la piste de l’auteur du virus ILOVEYOU, l’addition s’annonce salée pour les entreprises touchées. Mais cette catastrophe pourrait en annoncer d’autres.

Le monde entier a été touché par le "ver" ILOVEYOU. Mais l’enquête pour en trouver les auteurs prend de plus en plus l’allure d’un huis clos familial digne d’un roman d’Agatha Christie. Résumons : lundi, la police philippine arrêtait à Manille un jeune homme de 27 ans et émettait un mandat d’arrêt à l’encontre de sa compagne de 23 ans et de sa sœur. Mardi, les mêmes autorités ont relâché leur prisonnier et annoncé qu’elles recherchaient désormais dix suspects ayant suivi, comme le couple de Manille, une formation d’informatique à l’AMA Computer College.

Lors de la perquisition, pas d’ordinateur...

Selon la police, le "départ" d’ILOVEYOU a bien été localisé dans l’appartement du premier jeune homme arrêté. Mais la perquisition à son domicile n’a pas permis de prouver qu’il en était personnellement l’auteur. Les enquêteurs n’ont en effet pu saisir que quelques disquettes, des revues informatiques, des câbles et des téléphones... Mais pas d’ordinateur ! Toutefois, le chef du NBI (la PJ philippine) a affirmé qu’il y avait des éléments montrant qu’une ou plusieurs machines avaient été retirées de l’appartement, sans préciser quels étaient ces éléments. En fait la police philippine s’intéresse de près à la compagne du jeune homme, absente lors de la perquisition, mais que l’on soupçonne d’être le véritable auteur de ILOVEYOU. Celle-ci avait fait savoir par son avocat qu’elle comptait se rendre aux autorités, mais mardi, elle restait toujours introuvable. Par ailleurs, la famille du jeune homme a informé les enquêteurs que la sœur de sa compagne partageait également l’appartement et qu’elle pouvait fort bien être l’auteur du virus. Bref, malgré ses communiqués victorieux, la police ne semble pas vraiment savoir qui est à l’origine d’ILOVEYOU. D’autant que, selon Wired, cette piste philippine reste vivement contestée par certains experts en sécurité. Ces derniers attribuent la conception et la propagation du virus à un ressortissant allemand expatrié en Australie (mais peut-être dans la banlieue de Manille) qui se cacherait derrière le pseudonyme "Michael".

Windows/Outlook, un duo infernal

Si l’enquête patine, on peut en revanche tirer un premier bilan des dégâts. Tout d’abord, ILOVEYOU a battu tous les records de vitesse de propagation sur le Réseau : même Melissa, un ver du même type, n’avait pas fait pire. Pas mal pour un virus ni très complexe, ni très novateur. Les experts informatiques attribuent cette virulence à la nature du message (on ouvre plus facilement un courrier qui clame I Love You) et à la faiblesse de systèmes rendus vulnérables par l’utilisation des fonctions script qui actionnent automatiquement le virus. Pour le coup, le couple Windows/Outlook s’est transformé en duo infernal. En outre, l’apparition quasi-immédiate d’une douzaine de variantes du ver sous d’autres dénominations a diminué l’efficacité des filtres de mail mis en place dans les réseaux d’entreprise. Pire, un vent de panique a soufflé jeudi lorsque les sites proposant des patchs pour contrer ILOVEYOU sont croulé sous le nombre trop important de connexions. Selon l’éditeur de logiciels antiviraux Trend Micro, 5 577 226 fichiers avaient déjà été infectés lundi soir. Quant aux dégâts financiers, surtout causés par des pertes de productivité, ils sont évalués à près de 15,3 milliards de dollars par l’assureur Lloyd’s (10 milliards selon le département de la justice américain). Aujourd’hui, si la plupart des entreprises semblent contrôler la propagation du virus, les experts craignent encore l’apparition de variantes encore plus virulentes et plus destructives ainsi que la réinfection par des machines partiellement nettoyées. Ils redoutent surtout la multiplication de ce genre "d’accidents". À ce titre ils conseillent à tous les utilisateurs de Windows de désactiver la gestion des scripts afin de se mettre à l’abri des futures catastrophes...

http://www.wired.com/news/
http://www.wired.com/news/ http://news.secuser.com
http://news.secuser.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse

Page not found