28 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/03/2001 • 17h11

France Télécom squatte au Sénégal

Au Sénégal, les fournisseurs d’accès Internet privés dénoncent les pratiques déloyales de l’opérateur téléphonique historique Sonatel. Et soupçonnent France Télécom, son principal actionnaire, d’y rebâtir le monopole qu’il a perdu en France.

L’histoire aurait pu passer inaperçue, tant les difficultés d’accès au réseau font partie du quotidien des internautes sénégalais. Mais cette fois-ci, la rupture des lignes de trois fournisseurs d’accès sénégalais a suscité une fronde contre l’opérateur historique, la Sonatel, et contre son actionnaire majoritaire (à 42,33 %), France Télécom. Retour en décembre 2000. Plusieurs fournisseurs d’accès privés - locataires de liaisons spécialisées auprès de la Sonatel - ne paient plus leurs factures. Les arriérés s’accumulent et la Sonatel décide de couper leurs lignes, avant de s’entendre avec eux sur un moratoire, et de rétablir les lignes début janvier 2001. "Nous avions un arriéré de 40 millions de francs CFA (400 000 francs français - NDLR), raconte ainsi Baba Diop, le directeur administratif de Point Net. Nous avons versé 20 % de cette somme pour obtenir la réouverture de notre ligne. La Sonatel devait ensuite nous adresser un protocole d’accord pour le paiement du solde."

Punition collective

Mais, en fait de protocole, la Sonatel coupe à nouveau les lignes, le 26 février. La plupart des FAI sont contraints de suspendre leur service, au moins quelques minutes. Certains, à l’instar de Metissacana, subissent une interruption de deux semaines. D’autres, comme Point Net, n’ont à ce jour toujours pas récupéré leur ligne. "Compte tenu du rôle capital que joue aujourd’hui Internet pour un nombre croissant d’individus, d’entreprises, d’associations, d’ONG (...), on peut s’interroger sur la légitimité d’une telle mesure qui inflige une punition collective à des milliers d’utilisateurs", écrit Amadou Top, dans le bulletin mensuel de l’Osiris, un observatoire sur les nouvelles technologies au Sénégal. De fait, les internautes lésés - qui n’ont parfois pu accéder à leur messagerie électronique pendant trois semaines - font le siège de leur FAI. "Du coup, nous nous trouvons obligés de les envoyer chez Télécom Plus, la filiale Internet de la Sonatel", se lamente Baba Diop.

Politique de monopole

S’ils ne contestent pas la nécessité de payer les factures, les FAI sénégalais dénoncent les prix exorbitants fixés par France Télécom, via la Sonatel, pour la location de liaisons spécialisées. Une ligne de 128 kbits est ainsi facturée 996 000 CFA par mois (9 960 FF), trois fois le tarif français (3 540 FF) ! Et le rapport est de 1 à 5 pour une liaison de 2 048 kbits... "Rien ne justifie de tels prix, insiste Amadou Top de l’Osiris. Le réseau est installé depuis plusieurs années. Les investissements sont donc largement amortis. C’est typiquement une politique de monopole de la part de la Sonatel et de France Télécom." Autre accusation, la Sonatel offrirait - gratuitement - l’accès au réseau à sa filiale Internet Telecom Plus, lui permettant ainsi de casser les prix avec des forfaits Internet exclusifs et, donc, d’écraser la concurrence.

Financer l’équipement des zones rurales

Enfin, les pratiques de la Sonatel constitueraient une forme de représailles au développement de la téléphonie sur Internet, proposé par de nombreux FAI privés. Cette pratique, très répandue au Sénégal, met à mal le monopole de la Sonatel sur le transport de la voix. Celui-ci, qui figure noir sur blanc dans le cahier des charges de la privatisation de la Sonatel, a été obtenu en 1997 par France Télécom, en contrepartie de son entrée au capital. Il doit être maintenu jusqu’en 2004. "Aujourd’hui, 70 % de nos recettes proviennent des télécommunications internationales, justifie Léon Charles Ciss, le directeur commercial de la Sonatel. Cette activité nous permet de financer l’équipement de la totalité des communes du pays, que nous impose l’...tat et qui nous coûte cher. Nous voulons bien remettre en cause notre monopole, mais alors tout le monde devra partager les charges." Les opérateurs privés, de leur part, réclament que l’affaire soit tranchée par une autorité indépendante. Or, promise depuis 1996, elle ne devrait pas voir le jour avant l’été. Mais en haut lieu, on a déjà une opinion assez tranchée sur les relations entre la Sonatel et ses concurrents : "En laissant les réseaux aux mains de la Sonatel, on prolonge son monopole historique sur les nouveaux services et on bloque l’innovation. C’est inacceptable, prévient Cheikh T. Ndiongue, le directeur de la réglementation au ministère de la communication. Il appartient à l’...tat de veiller à l’intérêt national, qui n’est ni l’intérêt particulier de France Télécom, ni celui d’aucune autre entreprise."

Afriques Initiatives:
http://www.afrique-initiatives.com L’observatoire Osiris de l’Internet au Sénégal:
http://www.osiris.sn La Sonatel et ses filiales Internet:
http://www.telecomplus.sn http://www.sonatel.sn
http://www.sonatel.sn http://www.sentoo.sn
http://www.sentoo.sn http://www.pointnet.sn
http://www.pointnet.sn Fournisseurs d’accès Internet privés:
http://www.metissacana.sn
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse