21 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/07/2001 • 14h42

France Télécom coupe le fil de Cyberouest

France Télécom a coupé, depuis le 3 juillet, toutes les connexions de l’agence Web bretonne Cyberouest. Résultat, les 600 sites Internet qu’elle héberge restent inaccessibles. France Télécom assure, néanmoins, que des négociations sont en cours.

Le trou noir. Depuis mardi 3 juillet, les 600 sites Internet hébergés par l’agence web Cyberouest, établie à Vannes, ne sont plus accessibles. Parmi eux, le site du Télégramme de Brest, ceux de Vivalaville et de l’association du Festival des vieilles charrues de Carhaix. "Mardi après-midi, nos messageries ont commencé à ne plus fonctionner, raconte Pierre Cheminant, responsable de l’agence Cyberouest de Rennes, en charge de la communication de l’entreprise. Puis, nous et nos clients nous sommes retrouvés "dans le noir". France Télécom avait coupé toutes les liaisons vers la plate-forme d’hébergement, située à Vannes." La décision de France Télécom sanctionnerait un impayé - d’un montant de 1,5 million de francs - accumulé depuis octobre 2000.

Mutisme de France Télécom

À cette époque, la société Cyberouest estime que le service de France Télécom-Transpac n’est pas à la hauteur de ce qui avait été promis. "En particulier, nous ne pouvions plus contrôler le niveau de bande passante utilisée par nos sites, se souvient Christian Dumard, PDG de Cyberouest. Du fait de ce litige, nous avons envoyé plusieurs lettres recommandées à l’opérateur. Mais elles sont restées sans réponse." Face à ce mutisme, bien décidé à obtenir le règlement du litige, Cyberouest décide de ne pas régler ses factures. Et ce, jusqu’au 26 juin dernier, date à laquelle une entrevue avec une équipe de l’opérateur historique est décrochée. Et là, surprise. "Ils ont en partie reconnu leurs torts et nous ont accordé un avoir de 352 000 francs, à valoir sur notre facture de 1,5 million de francs", assure Christian Dumard. Un échéancier a également été établi pour le paiement des arriérés. Malheureusement, ces factures, payables à partir du 30 juin, ne sont parvenues à l’entreprise qu’en début de semaine, mardi 3 juillet, insiste le PDG de Cyberouest. Or, le même jour, France Télécom a coupé les connexions...

Négociations en cours

L’affaire se complique du fait de la situation financière de la société Cyberouest. Les actionnaires - le groupe Télégramme de Brest (38 %), l’investisseur Isys (49 %) et les fondateurs - ont en effet refusé de participer à un nouveau tour de table de l’agence web, plaçant de facto la société en cessation de paiement, fin juin. France Télécom a-t-elle, de ce fait, pris peur et décidé de couper les connexions d’un client insolvable ? Difficile à dire : joints par Transfert, les services rennais de Transpac n’ont pas réagi. La direction nationale de France Télécom reconnaît ne pas maîtriser tous les éléments du dossier et préfère ne pas se prononcer sur ce point. Mais assure que "des négociations sont en cours entre l’avocat de Transpac et l’administrateur judiciaire de Cyberouest. La porte reste donc ouverte à un arrangement".

De son côté, le tribunal de commerce de Vannes semble avoir pris note des difficultés financières de l’entreprise, tout en nommant, mercredi 4 juillet, un administrateur judiciaire pour une période de six mois. "Cela signifie que, même si l’entreprise connaît des difficultés, nous pouvons continuer l’activité. Nous avons d’ailleurs de nombreux clients et plusieurs projets en cours", estime Pierre Cheminant. Et pour ce qui est du litige avec France Télécom, l’administrateur s’est engagé à payer la facture due, assure le PDG Christian Dumard.

143 emplois directement menacés

Mais Cyberouest ne compte pas en rester là. Les 600 sites clients de l’entreprise ne supporteront pas longtemps d’être coupés de leur propre clientèle, même si plusieurs d’entre eux ont apporté leur témoignage de soutien aux équipes de l’agence web. Pour ne pas risquer de tout perdre, Cyberouest dit avoir engagé une procédure contre France Télécom. "Notre huissier leur a adressé une "sommation avec effet immédiat" pour rétablir la connexion", explique Christian Dumard. Mais celle-ci restait toujours sans effet vendredi après-midi, trois jours après la coupure...

Or, il y a urgence. Les 143 salariés de Cyberouest, installés dans le grand Ouest, de Vannes à Bordeaux, craignent de voir l’entreprise sombrer si les connexions ne sont pas rétablies. Le comité d’entreprise (CE) accuse France Télécom de les prendre "en otages". "France Télécom-Transpac nous met sciemment la tête sous l’eau. (...) Le tribunal de commerce de Vannes à la vue de la situation nous donne une chance, France Télécom-Transpac nous l’enlève alors qu’hier encore des contrats ont été signés", dénonce un communiqué du CE. "Certains de nos clients nous disent même avoir déjà été "prospectés" par nos concurrents, dont France Télécom", raconte un salarié de l’agence rennaise de Cyberouest. "Méfiez-vous du chantage à l’emploi jusqu’au-boutiste, rétorque la direction de France Télécom. Tout cela semble un peu gros. C’est un peu facile de faire de France Télécom le grand méchant loup."

De son côté, la direction de Cyberouest a décidé de poursuivre l’opérateur historique devant la cour de justice européenne de Strasbourg. "Mais ça prendra des années et ne changera malheureusement rien à la situation de l’entreprise aujourd’hui", se désespère Christian Dumard.

Cyberouest (connexion interrompue)
http://www.cyberouest.fr
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse