04 10 2022
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


9/01/2001 • 16h40

ARCHIVES 1.09 - De la liberté des (e)pigeons

Avec la « personnalisation » des internautes, qui peut croire encore qu’Internet et les nouvelles technologies vont rendre le pouvoir au consommateur ?

Derrière les discours grandiloquents, débonnaires et technophiles des Jeff Bezos, Bill Gates et autres Larry Ellison, l’antienne du « renard libre dans le poulailler libre » semble plus que jamais de rigueur. Paul Rachal, développeur de logiciels bancaires pour la SSII Unisys, fait preuve d’une sincérité éclairante lorsqu’il avoue : « La notion de client roi n’est plus de rigueur. Maintenant on se préoccupe plutôt de ce que la compagnie peut offrir, en fonction de la valeur du client. Tous les clients n’ont pas été créés égaux. » (Business Week, avril 2000). Concrètement, sur le Web, que peut bien vouloir dire « offrir quelque chose en fonction de la valeur du client » ? D’abord, il s’agit de connaître le client le mieux possible pour pouvoir quantifier sa valeur. Ce profilage est établi en fonction des renseignements qu’aura bien voulu donner le client (âge, adresse, goûts personnels, etc.), mais aussi à partir d’informations glanées à son insu lors de ses surfs, de ses précédents achats et par recoupement de fichiers le concernant (voir « Souriez, vous êtes tracés ! » dans Transfert n°7). On comprend que les marchands aient hâte de transformer ces informations déjà disponibles en plus-value commerciale. Reste à savoir comment...

À la tête du client

Les commerçants ont toujours essayé d’ajuster et de faire évoluer leurs prix en fonction de la sacro-sainte loi de l’offre et la demande. Toutefois, pour des raisons autant techniques (l’étiquetage et la mise en étalage) que légales, ces variations tarifaires ne pouvaient se faire qu’avec une grande inertie et sans discrimination parmi les clients. On ne pouvait pas changer toutes les heures l’étiquetage des prix en boutique, encore moins le changer en fonction du client concerné ; et de toute façon c’était interdit. Dans le commerce électronique, avec la « personnalisation », l’internaute a accès à une vitrine privée dans laquelle lui sont proposés des produits d’une qualité et d’un prix en rapport avec son profil, ce qu’il est sensé être le plus désireux de retrouver. Tout devient possible ! Mais, derrière l’illusion du « à la carte » prédigéré, se cachent en fait deux pratiques peu recommandables : la vente et la tarification à la tête du client. À l’été 2000, Amazon a fait scandale lorsque plusieurs de ses clients se sont aperçus qu’on leur avait proposé des tarifs différents pour le même DVD : l’intégrale d’une saison X-Files était vendue entre 80 et 100 dollars suivant le compte et le navigateur utilisé. Amazon a assuré qu’il ne s’agissait que d’un test de réactivité à la tarification, que la fixation des prix était totalement aléatoire et que les clients lésés pouvaient se faire rembourser la différence de prix... Bref, un ballon d’essai, mais qui montre surtout que, lors de la prochaine étape, le marchand connectera son module de tarification à la base de données renfermant les informations sur ses clients.

Apartheid commercial

La possibilité d’ajuster instantanément un tarif à l’offre, à la demande et aux variations monétaires est un des avantages de l’e-commerce. Erik Brynjolfsson, chercheur au Massachussets Institut of Technology (MIT), a constaté que, dans les commerces en ligne, la variation des tarifs est beaucoup plus fine et réactive que dans les commerces traditionnels : là où l’hypermarché fixe ses prix au dollar près, la boutique en ligne le fait au cents près. L’exemple d’Amazon montre que, techniquement, rien n’empêche que ces variations d’un jour à l’autre deviennent des variations d’un client à l’autre. N’importe quel webmaster peut savoir de quel site proviennent les internautes. Par exemple, si, après être passé sur un site de comparaison de prix à la recherche du dernier Madonna, vous allez sur le site d’Amazon, celui-ci vous proposera un meilleur prix. En revanche, si votre fiche client, croisée avec la météo, montre que votre région a été dévastée par une terrible tempête, votre vendeur en ligne vous proposera des antennes télé au prix maximum. Pour Erik Brynjolfsson, « cela va apporter plus de pouvoir au vendeur qu’à l’acheteur ». Cette personnalisation « intelligente » pourrait s’avérer plus ségrégative. Une étude de Forrester Research, publiée en juin, cite cet exemple de tri sélectif : « Un adolescent profilé comme appartenant à une minorité défavorisée se verra proposer un contenu abrutissant, parce qu’il est jugé sociologiquement “ peu sophistiqué ”, et des prix moins intéressants pour les produits en ligne parce qu’il est peu probable qu’il soit un client CSP++ récurrent. » On appelle ça le weblining, en référence au redlining pratiqué par les banques pour se débarrasser des clients peu rentables. Et même si ce genre d’apartheid commercial n’a pas encore été officiellement constaté en ligne, on relève de plus en plus de dérives, toujours présentées comme des tentatives pour améliorer « le confort » du client. On a déjà entendu ça à propos de Windows... Toutes ces « personnalisations » se basent sur des algorithmes transparents à l’utilisateur. Or, en informatique, « transparent » veut dire opaque : non seulement l’utilisateur ne contrôle pas ce qui se passe, mais ne sait même pas ce qui se passe. Le marchand, en contrôlant l’info et les moyens de la traiter, est à nouveau maître du jeu. Le client n’est plus seulement un pigeon, c’est un pigeon bagué...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse

Page not found