03 11 2022
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/07/2001 • 19h14

Mangoosta prend l´eau

Le fournisseur d’accès ADSL, victime des tarifs d’interconnexion de France Télécom, dépose le bilan. Il compte sur le marché professionnel pour se refaire.

Stop ! Mangoosta ne peut plus continuer son développement dans les conditions actuelles et s’est placé, jeudi 5 juin, sous la protection de la loi pour échapper à ses créanciers. Le tribunal de commerce de Nanterre a accepté le dépôt de bilan du numéro 2 de l’ADSL français et un plan de relance qui vise, avec l’appui de son actionnaire historique Nicom, le retour à l’équilibre à la fin 2002, grâce à un repositionnement sur la marché professionnel. Cette mise en liquidation judiciaire intervient de façon un peu brutale. En effet, l’un des principaux sous-traitants de Mangoosta a refusé de lui accorder un moratoire, alors que tous les autres étaient d’accord pour que Mangoosta règle à l’amiable ses 35 millions de francs de passif.

France Télécom m’a tuer ?

Cette ardoise et le plan de sauvetage en cours symbolisent l’échec de la stratégie initiale du premier opérateur alternatif haut débit français : recruter très vite beaucoup d’abonnés, afin de mettre en place son propre réseau grâce au dégroupage, et cesser de verser des frais d’interconnexion à France Télécom. Selon Pierre Goubet, responsable des relations extérieures avec les fournisseurs et partenaires de Mangoosta, la décision du tribunal entérine une réorientation stratégique, décidée il y a deux mois et demi : "Les actionnaires se sont rendus compte que le marché des particuliers est structurellement déficitaire pour les concurrents de France Télécom. Les conditions de reversement sont absurdes : le tarif que nous payons à France Télécom est le même que celui que Wanadoo propose au détail à ses clients." Même après que France Télécom ait, cette semaine, baissé ses tarifs d’interconnexion (fixés à 186 F par mois pour 512 K), les coûts de remontée du trafic du national vers le régional et de branchement au réseau IP tuent la viabilité de l’offre Mangoosta grand public à 399 F TTC. En traînant des pieds, France Télécom semble avoir réussi à affaiblir sérieusement certains de ses concurrents.

Haro sur le pro

Frédéric Boutissou, directeur marketing et commercial de Mangoosta a toutefois confiance dans la simplicité de son offre à destination des professionnels, PME et professions libérales, mise en place à la mi-mai. Baptisée Présence Internet, elle intègre, en sus de la connexion à 512 ou 1024K, l’installation d’un routeur pour partager et sécuriser la connexion, la gestion d’un nom de domaine et de boîtes email. Dans les semaines à venir, un partenariat avec l’agence de webdesign Ypok devrait permettre de proposer aux entreprises la production de leur site web et, à terme, du référencement. "Nous avons clairement revu nos ambitions à la baisse mais nous pensons que nous pouvons capter un part suffisante des 250 000 abonnés ADSL professionnels que la France comptera à la fin de l’année." S’ils ne sont qu’une centaine à s’être inscrits, depuis mai, les clients Mangoosta pro devraient être moins nombreux mais plus rentables. Par ailleurs, Mangoosta précise que ses 6 000 abonnés particuliers n’ont pas de souci à se faire pour la continuité du service. L’offre existe d’ailleurs toujours, même si la hausse du tarif de 290 à 390 francs en avril dernier ne la rend plus compétitive. Pour arriver à l’équilibre mi-2002, Mangoosta devra d’abord bien se comporter pendant la période d’observation de 4 mois que lui a fixée le tribunal. Pierre Nicolazzi, principal actionnaire, via sa société Nicom, s’est engagé à pourvoir les éventuels besoins de financement, afin que le passif n’augmente pas. En interne, on a engagé des réductions de coûts.

Pas de licenciements

Il n’y a pas de licenciements parmi les 30 employés mais le contrat avec le sous-traitant Teleperformance, qui assurait la vente par téléphone et le support hotline, a été dénoncé en mai. "Ces services sont désormais assurés par une quinzaine de personnes en interne, avec une qualité supérieure et une implication plus grande, mieux adaptée au marché pro", assure Frédéric Boutissou. Pour séduire les entreprises, un campagne de publicité "raisonnable" sera engagée en septembre. Quant au positionnement sur le dégroupage par le développement d’une infrastructure propre, il n’est pas abandonné officiellement mais Mangoosta attendra 2002 pour se décider. "Vous comprendrez que ce n’est pas vraiment notre première priorité à l’heure actuelle", admet Frédéric Boutissou. Effectivement.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse

Page not found