10 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


7/12/2000 • 17h50

Les robots s’attaquent au cœur

Mercredi 6 décembre, le professeur Daniel Loisance, de l’hôpital Henri Mondor, présentait les avancées en chirurgie cardiaque assistée par ordinateur. Dernier progrès en date : la visualisation en trois dimensions et en temps réel des zones à opérer.


DR
"Les patients veulent une chirurgie sans incision ni cicatrice." Le professeur Daniel Loisance, professeur de chirurgie cardiaque à l’hôpital Henri-Mondor, hoche la tête en énonçant ce paradoxe. Informé par la presse des derniers coups d’éclat de la science, le public serait de plus en plus exigeant. S’il existe des machines capables d’effectuer une opération du cœur sans ouvrir la cage thoracique, et d’amoindrir l’abattement physique consécutif à l’opération, pourquoi n’en bénéficierait-il pas ? "C’est tout le problème, explique le chirurgien. L’industrie médicale a aujourd’hui deux solutions pour continuer à se développer : étendre le marché à des pays non consommateurs, tels que l’Inde ou la Chine. Mais cela n’intéresse pas les industriels puisque ce ne sont pas des pays payeurs. Ou bien pousser à la roue pour que les chirurgiens transfèrent leurs modes d’opération vers les nouvelles technologies." Raison pour laquelle chaque première médicale fait l’objet d’une surmédiatisation qui donne au grand public l’image d’une médecine techniquement bien plus avancée qu’elle ne l’est en réalité.

3D indispensable


DR
Pour le professeur Loisance, l’arrivée des nouvelles technologies donne des résultats globalement positifs et permet des opérations de moins en moins invasives. Revers de la médaille : elles sont techniquement difficiles à appréhender. La presse s’est largement fait l’écho des prouesses technologiques de la médecine, mais les appareils sortis il y a deux ans sont désormais dépassés. Surtout, la vision en deux dimensions de l’intérieur du corps humain est insuffisante pour permettre au chirurgien des approches très précises. Sans repère de profondeur, ce dernier peut par accident perforer des organes périphériques. Ce type d’erreur devrait être évité avec le nouveau système Da Vinci, développé par Intuitive Surgical. Cette machine complexe permet une vision interne en trois dimensions rendue à l’aide de deux caméras, et d’un poignet articulé pour effecteur les gestes techniques à l’intérieur du corps du patient. Le tout, manipulé à distance par un chirurgien dont les gestes sont reproduits en temps réel par un ordinateur ultra puissant. La France ne compte aujourd’hui que trois machines de ce type. Chacune d’elle a coûté entre un million et un million et demi de dollars. Le professeur Loisance en a obtenu une dès mai 2000 pour son service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire à Henri-Mondor : l’achat a été financé par l’homme d’affaires François Pinault. Un deuxième système Da Vinci est arrivé à Nancy depuis trois semaines seulement et le troisième est en cours d’installation à l’hôpital européen Georges-Pompidou de Paris.

Vers une télémédecine internationale

Aujourd’hui, seul 2 à 3 % des opérations cardiaques ont pu bénéficier de cette technologie, c’est-à-dire les patients qui présentent le moins de risques opératoires. En outre, si l’équipe de l’hôpital Henri Mondor a suivi une formation spécifique à la manipulation du matériel, les temps opératoires demeurent plus longs que lors d’interventions traditionnelles. Avec de la pratique, ces délais devraient toutefois se réduire. Avec de tels outils, on se prend à rêver d’opérations à distances, mais celles-ci ne sont pas tout à fait à l’ordre du jour. "Il est nécessaire d’avoir un chirurgien traditionnel sur place", explique le professeur Loisance . En effet, le moindre micro saignement peut boucher le champ de vision de la caméra et il faut alors recourir à des techniques invasives. Mais il n’exclut pas, d’ici quelques années, le recours à la télémédecine internationale, mettant par exemple en relation un chirurgien italien et des spécialistes internationaux équipés du même matériel. Au cours d’une opération, si le premier rencontrait une situation imprévue, il pourrait ainsi bénéficier des conseils, voire des techniques de ses pairs. À condition toutefois de bénéficier d’une connexion Internet suffisamment puissante et sécurisée pour transmettre des informations en streaming, sans le moindre ralentissement. Ce qui demanderait sans doute l’instauration d’une sorte d’Internet parallèle à haut débit à destination du corps médical.

En attendant d’en arriver là, on attend en France la prochaine innovation technologique venue du Japon : il s’agit d’un ensemble software/hardware sur lesquels travaillent les ingénieurs de Toshiba, capable de modéliser en trois dimensions les organes internes d’un patient, de telle façon que les chirurgiens puissent se livrer à une véritable simulation avant la première intervention. Le produit est actuellement en développement. À son arrivée en France, il devrait coûter dans les huit millions de francs. Reste à savoir qui mettra la main à la poche pour offrir cette merveille de technologie au corps médical français.

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse