20 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


14/05/2002 • 18h30

Billaut, banque d’idées

Tout feu, tout flamme, Jean-Michel Billaut. La révolution Internet, il l’a annoncée avant pas mal d’autres. Et vécue si intensément qu’il a faillli y laisser sa peau. Car il ne fait pas les choses à moitié : entièrement voué au format électronique hier, roulant pour le haut débit aujourd’hui. Fou furieux ou gourou... à vous de voir. (Transfert Magazine, n°23)

Parfois, il aimerait n’être que le mari de madame Billaut. Ce qui lui éviterait, pense-t-il, d’être considéré tantôt comme un fou furieux, tantôt comme un gourou. Ou encore comme un mélange des deux. à 56 ans, au fond, il ne sait pas lui-même qui il est. Un peu cabot, toutefois, Jean-Michel Billaut, patron de l’Atelier, la cellule de veille technologique de BNP-Paribas, préfère être étiqueté gourou. Celui qui, depuis vingt ans, annonce devant des auditoires incrédules, ce que demain nous promet.

Derrière ses lunettes, son regard pétille comme celui d’un gosse à l’affût d’un mauvais coup. Pourtant, il sent que le temps a laissé son empreinte. Au rythme des révolutions technologiques, incapable de se freiner et balançant ses premiers messages électroniques dès 5 heures du matin, Billaut a vécu plusieurs vies depuis sa découverte du projet Minitel, à la fin des années 1970. Et, surtout, depuis sa plongée dans l’Internet, avant même que le grand public français n’entende le mot. Aujourd’hui, il en paie le prix. Le prix fort, même, depuis ce coup de fil, reçu chez lui, le 12 décembre 2000 : « Monsieur Billaut ? Je suis chargé de vous informer que le président de la République a décidé de vous remettre la Légion d’honneur. » Billaut a remercié. Et s’est effondré, le téléphone toujours en main. Hôpital. Soins. Angine de poitrine. Et, depuis, mi-temps thérapeutique.

Si le corps demande un répit, l’esprit, lui, reste insatiable. Il l’a toujours été. Né dans le Nord, Jean-Michel Billaut a fait des études d’économie, complétées par un diplôme de mathématiques au laboratoire de calcul de l’université de Lille. Son prof s’appelait Bacchus. Cela ne s’invente pas. Comme sa dispense du service militaire au bout de 64 jours, réformé P6, - le classement des fous - grâce à un copain toubib.

Billaut est atypique, et la Compagnie bancaire, qu’il rejoint en 1973, après avoir répondu à une annonce, va le comprendre rapidement. Grâce à une étude, rédigée pour la direction sur le fonctionnement des crédits hypothécaires dans les Caisses d’épargne. Avec son style Parisien libéré, la note de Billaut tranche sur les rapports des énarques, centraliens et autres polytechniciens. Elle plaît, notamment, à André Lévy-Lang, le président. Qui lui offre le centre de documentation du groupe. Nouveau métier, nouveaux problèmes : à la fin des années 1970, alors que les écrans commencent à s’imposer dans les bureaux, Billaut se penche sur le problème de la revue de presse maison. Des monceaux de photocopies portées ou postées dans toute la France. Pourquoi ne pas les diffuser, plutôt, sous format électronique ? « Ici, monsieur, on travaille, on ne s’amuse pas », grimacent les responsables informatiques.

Sa chance, c’est l’arrivée du Minitel et le soutien d’André Lévy-Lang, qu’il convainc un jour, à la cafétéria de la banque. C’est aussi l’intérêt rapide des équipes de marketing pour cet « Atelier » de veille à l’affût des dernières technologies. « Pour persuader les clients, on a compris qu’il fallait que je joue un rôle de gourou : celui qui présente les technos, mais qui ne parle pas d’argent. » Il multiplie les présentations, les démonstrations. Pour séduire les patrons de la distribution en province, il sillonne la France avec son équipe dans une camionnette remplie de matériel. En 1983, il lance un test dans 60 magasins clients de Cetelem, une filiale de la Compagnie bancaire : les vendeurs sont invités à faire leur demande de crédit à la consommation par Minitel pour obtenir une réponse immédiate. Un succès énorme. L’Internet, lui, est encore dans les limbes.

Le niet des élus

Il le verra arriver très vite. Dès 1986, l’Atelier organise des voyages d’études sur le commerce électronique ou les évolutions technologiques diverses. Billaut fait débarquer 100 personnes chez Microsoft, Intel ou Cisco, les trimballe de la Californie au Japon. En 1993, il crée le Babillard, un BBS, système d’échanges et de discussions électroniques, qui va devenir le lieu de rendez-vous des professionnels passionnés par la révolution numérique en cours (10 000 membres au total !). Patrons de grandes sociétés, informaticiens, cadres du marketing, journalistes, s’y croisent. Partagent des informations, discutent des mérites comparés de telle ou telle expérience.

Avec l’Internet, Billaut biche. Il crée une Webschool, dès 1997, à l’intérieur de la banque. Il en fait des tonnes pour convaincre que le grand jour est à venir. Il agace. Il séduit. Il horripile ou il passionne. Personne, en tout cas, n’est indifférent à ce ludion qui, à la case métier, indique « gourou ». Il est au courant de tout, teste toutes les technos, annonce tous les chambards. Se trompe, aussi, par enthousiasme. Telle start-up devait « révolutionner » le marché français de l’automobile ? Elle n’y a jamais percé. Telle technologie allait « tout changer » ? à voir. Mais globalement, il a raison. Juste trop pressé pour attendre que les faits rejoignent ses prévisions.

Sa dernière passion s’appelle haut débit. Dès 1999, près de Thoiry (Yvelines) où il réside, il entend créer un broadband country. Une zone de haut débit (100 Mbit) pour tous. Le marché seul, pense-t-il, ne fournira pas équitablement cette technologie à tous les citoyens : il entreprend de convaincre les politiques. Fiasco. Quand ils le reçoivent (Boutin, par exemple, l’ignore), les élus des Yvelines l’écoutent poliment. Il dit « rajeunir la région ». On lui rétorque : « On ne veut pas de jeunes ici, ça fout le bordel. » Son Nord d’origine ne sera pas plus réceptif : « Cela va créer un chômage épouvantable », lui répond un élu communiste. Marseille ? Rien. Lyon ? Pas davantage. Ce sera Pau. La seule à s’enthousiasmer. Du coup, malgré la maladie, Jean-Michel Billaut se marre : « Prochaine étape, un nouveau plan Jean-Monet pour l’Europe : 100 Mbit pour 30 euros par mois, pour tous les Européens. » C’est ça, c’est ça... Demain...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse