19 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/01/2002 • 18h39

L’Afrique, nouvelle cible pour les sociétés Internet ?

Lors du colloque Futuract, John Sarpong, fondateur de la société Africast.com, a rappelé la nécessité de l’Internet pour l’Afrique. Mais il promeut une vision très marchande du rôle du Réseau pour le développement du continent.

John Sarpong, né au Ghana mais installé aux Etats-Unis depuis 1981, a fondé en 1999 Africast.com, un portail qui s’adresse à la communauté africaine d’Afrique ainsi qu’aux quelque 50 millions d’émigrés qui vivent en Europe ou en Amérique du Nord. Cette entreprise leur propose des outils de communication (courrier électronique multilingue avec traducteur automatique), de transfert de fonds (" Africash ") et de commerce, accompagnés d’un fil d’information sur l’actualité africaine. Parallèlement à cette activité lucrative, une part des bénéfices est consacrée à Africast Foundation, une organisation non gouvernementale qui mène des actions d’initiation et d’éducation à l’Internet et aux nouvelles technologies.

" Internet est-il au service de l’humanité ? " s’interrogeait-il, mardi 22 janvier, lors du colloque Futuract (co-organisé par le Groupe HEC et l’Institut des cadres dirigeants). Il répond aux questions de Transfert.net.

Où en est le développement d’Internet en Afrique ?

Internet est une nécessité pour l’Afrique, et la situation progresse rapidement. En 1996, seuls onze pays d’Afrique étaient connectés à Internet, aujourd’hui les cinquante-cinq pays du continent le sont. Et l’année dernière, le nombre d’ordinateurs connectés à Internet en Afrique a augmenté de 36 %, contre 18 % de croissance en moyenne dans le monde. De cinq millions d’internautes africains à l’heure actuelle, on devrait atteindre les vingt millions en 2005.

Le tableau que vous dressez n’est-il pas trop optimiste ? Ne masque-t-il pas les très forts déséquilibres du développement d’Internet en Afrique ?

C’est vrai que la structure de la population internaute ne reflète pas celle de l’ensemble de la population africaine : le revenu moyen des personnes connectées est bien supérieur au revenu moyen en Afrique et, en ce qui concerne l’Afrique du Sud, les Blancs constituent l’essentiel des internautes. De plus, parmi les utilisateurs d’Africast.com, 70 % sont des Africains expatriés et seulement 30 % résident encore en Afrique. Néanmoins, le succès des cybercafés qui ne désemplissent pas prouve bien que l’utilisation d’Internet se répand parmi toutes les couches de la population. En outre, il ne faut pas oublier que près de cent millions de personnes en Afrique, soit 12 % de la population totale, a un niveau de vie comparable à celui des occidentaux. Ils représentent donc une cible très attractive pour les annonceurs et les entreprises sur Internet.

Africast.com a justement une approche très marchande de l’Internet à destination de la communauté africaine. N’est-ce pas faire l’impasse sur l’éducation de la population d’Afrique aux nouvelles technologies ?

Mais à travers Africast Foundation, nous menons des actions éducatives ! En partenariat avec d’autres ONG, nous installons des cybercentres dans des zones rurales et assurons la formation des habitants. Il s’agit avant tout de leur apprendre à se servir d’un ordinateur, après quoi nous leur montrons en quoi Internet peut leur être utile.
Néanmoins, Africast.com n’a pas vocation à résoudre les problèmes de tout le monde. C’est une entreprise à but lucratif qui se concentre sur quelques services très utiles. Ainsi, les émigrés africains envoient chaque année plus de cinq milliards de dollars à leurs familles, ce qui dans certains pays constitue la deuxième ou troisième source de revenus en provenance de l’étranger. Africash leur propose donc une solution plus économique que ce qui existait jusqu’alors sur le marché.

Le portail Africast:
http://www.africast.com Le site du colloque Futuract:
http://www.futuract.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse