17 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


14/08/2001 • 17h42

Vivendi joue les gros bras avec un chômeur

David Sallen, un jeune chômeur américain, propriétaire de vivendiuniversalsucks.com, a reçu des menaces de la part des avocats de la multinationale basée à Paris.

"Bien que vous ayez enregistré le nom de domaine disputé il y a plus de cinq mois, à ce jour, vous ne l’utilisez toujours pas en rapport avec une offre sérieuse de biens et services, et vous n’en faîtes pas non plus un usage non-marchand légitime ou juste. Votre enregistrement et votre incapacité à utiliser le nom de domaine disputé confirment votre intention d’utiliser ou d’exploiter le nom de domaine disputé d’une façon qui violerait la Politique unifiée de Résolution des Disputes de Noms de Domaines (UDRP) de l’ICANN." C’est en ces termes étranges que les avocats de Vivendi Universal aux ...tats-Unis ont intimé l’ordre au propriétaire du nom de domaine vivendiuniversalsucks.com (vivendiuniversalcraint.com) de rendre immédiatement cette adresse à la multinationale. Comme si elle lui appartenait, une sorte de "marque dérivée". Et comme si le simple fait de prendre du temps pour développer un site s’apparentait à du cybersquatting. Dans ce courrier, daté du 26 juillet, David Sallen, le jeune chômeur de Brookline, dans le Massachussetts, est accusé de violation de marque commerciale et de concurrence déloyale. Le cabinet Brown & Raysman le menace d’un procès avec des sanctions financières aggravées du fait que le tort (lequel ?) causé à la marque serait intentionnel.

Des lettres terroristes

Mais Sallen ne se laisse pas impressionner par cette lettre à vocation terrorisante de la catégorie des désormais bien connues Cease and desist letters (cessez et renoncez). La frénésie start-up s’est accompagnée d’une mode des courriers juridiques menaçants, envoyés par les géants de l’économie à des PME ou des individus gênants. Elles visent à faire peur plutôt qu’à annoncer un vrai procès, parce personne n’est jamais sûr d’avoir raison devant un juge. C’est ainsi qu’ont procédé les majors du disque et du cinéma pour effrayer les spécialistes du MP3 ou les universités qui autorisaient le téléchargement des fichiers musicaux ; c’est ainsi que l’Amérique du big business étouffe la contestation. David Sallen, l’homme mis en cause par Vivendi, se réfère au juge Eric Grimm, qui s’est publiquement demandé "si les lettres de cease and desist qui contiennent volontairement de mauvaises interprétations de la loi, envoyées avec l’intention de forcer à transférer les droits sur une adresse, ne constituent pas un courrier frauduleux." Auquel cas le destinataire de la lettre pourrait se retourner contre l’émetteur. Sallen n’a pas l’intention de se lancer dans une telle procédure pour l’instant, mais s’enthousiasme pour une telle idée : "Je crois, comme M. Grimm, que si l’on pouvait exiger des sanctions pour ce genre d’actions à l’encontre de ces pirates corporate, le soi-disant "cybersquatting" disparaîtrait miraculeusement." Selon lui, en effet, "les grandes entreprises sont engagées dans une lutte rationalisée de ce qu’elles considèrent être un vol de propriété privée."

OMPI vs Free speech

Les juristes, eux, font référence à la jurisprudence de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), qui a permis à plusieurs grandes entreprises de récupérer des noms de domaines susceptibles de leur appartenir. "Il suffit de lire la litanie de décisions honteuses prises par les juristes des marques déguisés en délégués impartiaux de l’OMPI pour comprendre pourquoi le problème est si fréquent", critique David Sallen. "Si les juristes de l’organisation internationale étaient un peu plus cohérents, poursuit-il, ils auraient sanctionné Vivendi pour avoir "cybersquatté" plein de noms de domaines qu’elle n’utilise pas, dont certains en ".org" qui n’ont rien à voir avec les activités commerciales d’une multinationale." Mais au-delà de ces pratiques, la jurisprudence américaine protège les créateurs de noms de domaines de type unemarquecraint.com, comme en témoigne la fédération de nombreux sites "sucks" sur le portail Sucks500.com. "Les cours américaines ont jugé que l’utilisation d’une marque commerciale dans un site Internet pour relayer des commentaires de consommateurs et des critiques ne violait ni n’affaiblissait cette marque", argumente le jeune homme. Cette attitude des tribunaux américains, on la doit essentiellement à l’existence du premier amendement de la constitution américaine qui garantit la liberté d’expression. Vivendi ne serait-elle que ce "voyou multinational" dénoncé par David Sallen ? Ou bien la défaite juridique de Jeboycottedanone aurait-elle convaincu l’entreprise que le modèle français est exportable aux ...tats-Unis ?

Vivendi Universal:
http://www.vivendiuniversal.com Sucks 500:
http://www.sucks500.com Transnationale, fiche Vivendi:
http://www.transnationale.org/fiche...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse