22 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/04/2001 • 18h40

jeboycottedanone.com contre Danone : duel d’avocats

La société agro-alimentaire a décidé d’attaquer le site d’appel au boycott pour contrefaçon de marque. Les avocats de deux parties donnent leur analyse de l’affaire.
À lire aussi :
Danone : ”jeboycottedanone.com usurpe notre marque

Interview de Michel-Paul Escande, avocat spécialiste de la propriété industrielle, représentant de Danone dans cette affaire.

Emmanuel Pierrat, 32 ans, avocat spécialiste de la propriété intellectuelle, représente Olivier Malnuit et jeboycottedanone.com. Le site a été attaqué le 13 avril en contrefaçon par Danone. Auteur et chroniqueur dans la revue professionnelle Livres-Hebdo, l’avocat est également enseignant au Centre de formation des journalistes de Paris et spécialiste de l’histoire de la censure.

Jeboycottedanone peut-il prouver qu’il ne fait pas de contrefaçon de la marque Danone ?

Non, je ne pense pas. Le droit des marques est très différent du droit d’auteur en ce sens qu’il ne reconnaît aucun droit à la parodie, au pastiche ou à la citation. Les marques, qu’elles soient figuratives, sous la forme d’un logo, ou nominatives, sont très faciles à protéger. Les entreprises sont mêmes poussées à attaquer les gens qui citent leur marque puisque, si elles ne le font pas, celle-ci peut être frappés du syndrome Pédalo ou Frigidaire, autant de marques tombées dans le domaine public. C’est pour cela que Bic est connu pour avoir attaqué des romanciers le citant, même de façon neutre, ou que Caddie a souvent poursuivi des journaux. Dans le pur droit, donc, Olivier Malnuit est condamnable. Danone le sait d’ailleurs très bien, puisqu’il attaque en s’appuyant sur le droit de la propriété intellectuelle et non en diffamation. Je n’espère pas prouver juridiquement qu’il n’y a pas eu contrefaçon : cela supposerait de renverser 150 ans de jurisprudence... Par contre, on peut obtenir un jugement qui ressemble à une félicitation pour Olivier Malnuit. Par exemple, une condamnation au franc symbolique et la publication d’un texte de jugement qui rappelle au passage les turpitudes de l’entreprise Danone et met en relief ses torts dans cette affaire. C’est par exemple le cas dans certains jugements rendus contre le magazine Voici : la publication d’un jugement auquel il a été souvent condamné, rappelant les faits incriminés, produit un effet encore plus négatif pour le plaignant que l’article d’origine. Nous avons par ailleurs l’espoir d’ouvrir un débat autour de l’emprise des marques sur la réalité et l’évolution des techniques de censure.

Avez-vous connaissance d’autres poursuites menées par le groupe Danone contre des partisans du boycott ?

Non, pas à ce jour. Je pense en tout cas qu’ils sont trop malins pour s’en prendre à la grande presse. L’attaque contre jeboycottedanone.com est détournement pur et simple du droit de la propriété intellectuelle qui permet d’attaquer en contrefaçon et non en diffamation. En effet, pour prouver qu’il est diffamé, le plaignant est obligé de rentrer dans un débat contradictoire qui expose le problème de fond, ce que Danone veut éviter.

L’utilisation du droit de la propriété intellectuelle par les grands groupes pour faire taire les critiques n’est pas une chose nouvelle. Y a-t-il un mouvement parmi les juristes pour combattre cette dérive ?

Non, pas réellement. Nous en parlons bien sûr entre juristes, mais il n’y a pas de projet de front pour obtenir une réforme. Parmi les avocats, beaucoup se plaignent de l’extension grandissante du droit d’auteur ou du droit à l’image. Pourtant, dans ces cadres juridiques existent brèches dans lesquelles les défendeurs peuvent s’engouffrer, au nom du droit à l’information, par exemple. Dans le droit des marques, il n’a y a aucune exception au nom de la parodie, du pastiche, ni même du droit à l’information. Toute citation, même nominative, est condamnable. Il existe de nombreux cas de jurisprudence obtenues par des marques qui ont essayé de faire interdire toute citation en faisant appliquer le droit à la lettre. La seule limite est que le retour de bâton de ce genre de stratégie peut être encore plus négatif que ce qu’on attaque au départ...

Danone attaque en contrefaçon le site mais aussi le nom de domaine. Y a-t-il une différence, juridiquement ?
À lire aussi :
Danone : ”jeboycottedanone.com usurpe notre marque

Interview de Michel-Paul Escande, avocat spécialiste de la propriété industrielle, représentant de Danone dans cette affaire.

Non, je n’en vois pas. Le droit de la propriété intellectuelle répond au principe de spécialité qui dit qu’une marque est protégée pour son activité particulière. Mais ce principe ne vaut pas pour certaines marques qui ont une notoriété très forte et dépassent le cadre de leur activité d’origine. Pour ces marques, que j’appelle notoires, la citation, dans n’importe quel contexte, est attaquable. Le nom de domaine ne fait donc pas l’objet d’un traitement particulier. La condamnation du site ratp.org, qui pastichait la régie des transports parisiens, en est un exemple.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse