18 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/04/2001 • 09h50

Contagion le grand bouillon de culture

archmag10
Depuis avril 1999, le collectif Contagion mêle intelligemment musique classique et rythmes techno. Cette société touche-à-tout, qui crée des sites, produit et manage des artistes, se scinde en deux structures à la fin de l’année. Dernière visite avant travaux.

« Pourquoi on s’appelle Contagion ? C’est à cause de la transmission des idées et des valeurs de la musique, bien sûr. Comme une épidémie sympa... Mais le sens du mot est presque trop riche. » Aussi riche que ce collectif d’artistes est ardu à définir. Une agence de management mêlant musiciens classiques et technos ? Un noyau de création multimédia ? Contagion, pôle d’invention et d’action artistique, est tout ça à la fois. Dans cet immeuble du XXe arrondissement de Paris, truffé d’ateliers de confection, Vincent Nayrolles, l’un des créateurs de l’agence, règne sur un joyeux bordel de machines et d’objets. Sur la cheminée de marbre, un Teppaz gratifié d’un code-barre anachronique sert ainsi de reposoir à une photo de Björk...

Vincent Nayrolles a 27 ans. Bac C, prépa HEC, cet « ancien élève modèle » a toujours été un mélomane passif. S’il mixe, c’est, dit-il en souriant, « à la façon dont d’autres exercent leur passion du tuning ». Après avoir tâté du multimédia côté compta, Vincent décide de financer son DESS de droit et d’administration de communication audiovisuelle. Il entre chez Labels/Virgin puis chez Warner Classic. « En un an et demi, j’ai expérimenté la totalité des métiers de la musique. » World, classique, jazz : il touche à tout et ne se refuse aucun style. De cette exploration globale et active est née l’idée de Contagion : « En France, dans le domaine musical, les choses sont très fragmentées, très spécialisées. Les genres comme les métiers. Alors, au lieu de traiter une fraction de l’activité d’un grand nombre d’artistes, nous avons décidé de retourner le problème. Et de fournir tous nos soins à un petit nombre de musiciens. » Née en avril 1999, Contagion est donc une agence aux pôles créatifs démultipliés. « Beaucoup s’étonnent que l’un de nos concepts soit de mêler des genres musicaux prétendus opposés, tels le classique et la techno. Dès la création de Contagion, les gens criaient à l’hérésie. Personne ne croyait à la viabilité de l’affaire... Mais ce qui est vraiment surprenant, c’est le mélange de métiers d’ordinaire très isolés, comme le management artistique et la création multimédia. » Le déclic tient à une rencontre. Celle de Vincent Nayrolles et de deux virtuoses du pixel, ...ric Rouvière et Charles Barthélémy, déjà réunis au sein d’une société multimédia. Selon ...ric, « l’association a créé la passion. En développant nos disciplines respectives au service de la musique, nous sommes allés au bout de nos idées. »

À 30 ans, ...ric Rouvière est le designer et le directeur technique de l’affaire. ...tudiant brillant à la fac de médecine de Montpellier, spécialisé en psychiatrie, il a lâché l’internat pour plonger dans le multimedia... Comme cela peut arriver à un fils de médecin ayant fait ses gammes, dès 12 ans, sur un Apple II. Son acolyte, Charles Barthélémy, le benjamin du trio, s’est formé au cinéma d’animation au CFT-Gobelin. N’ayant pas envie de « produire des mickeys à la chaîne », ce fan de BD classique a poursuivi naturellement son cursus à Bruxelles, aux Arts Déco. Les trois mousquetaires insistent pour en citer un quatrième : Benoît Robert, le graphiste responsable d’une bonne part du site, déjà parti tenter de son côté l’aventure artistique.

Visiter contagion.fr est une vraie démarche. La première page ? À gauche, les arpèges échevelés du pianiste Fazil Say. À droite, la nonchalance communicative du groove électronique de Jean-Philippe Verdin, alias Ready-Made - colocataire et interlocuteur des conjurés de Contagion. Les deux musiques se chahutent, se mélangent. Les menus affichent à l’écran une rigueur esthétique jamais froide. Et l’on se prend à promener sa souris tel un concertiste explorant ses gammes...

Sommet d’espièglerie

« Le nombre de visites du site nous laisse bouche bée. Il ne vend rien, n’est pas clinquant, ne déborde pas d’animations et il s’adresse à une clientèle plutôt marginale, s’étonne Charles Barthélémy. Ici, nous expérimentons beaucoup, mais sans excès. Notre pratique minimaliste du Flash est plus proche du design que de l’animation. Certains nous trouvent austères. Ils ne savent pas voir où est l’humour. » Charles sait de quoi il parle. Presque à l’insu de ses partenaires, il a glissé un petit sommet d’espièglerie dans la page de contacts qui ferme la promenade. Au milieu des cases réservées aux e-mails, Charles a ajouté un minuscule bonhomme-pictogramme. Sitôt la case animée par un clic, une barre de chargement écrase contre la paroi le malheureux picto. À chaque case, se déroule un scénario différent et toujours dramatique. Dans la dernière, le héros évite l’obstacle, plonge vers la page suivante et va terminer sa course au fond d’un précipice.

De la même façon, lorsqu’on leur commande un site, les gens de Contagion prennent leur temps. Ils se rendent chez l’artiste. Le débusquent dans son intimité. Ils ont ainsi révélé une image onirique et stylisée du pianiste Jean-François Heissier. Mais c’est avec le producteur-photographe-musicien Jay Alansky qu’ils sont allés le plus loin, c’est-à-dire au plus près du sujet. « Jay avait envie d’un site de fan, très intime. Du coup, nous nous sommes inspirés du style des pages persos. C’est à la fois confus, éclaté et très riche. On navigue de façon sérieuse ou aléatoire. Aujourd’hui encore, c’est un site que l’on découvre. »

En cette fin d’année 2000, le projet Contagion a vécu - sous sa forme actuelle du moins. Si la notoriété du groupe va croissant, la structure est devenue un poids dont les associés souhaitent se dégager pour mener avec plus de liberté leurs projets personnels, édition musicale ou production multimédia. Des cendres de Contagion, mais dans les mêmes locaux sympathiques, naît ainsi un collectif composé de deux structures indépendantes. Charles Barthélémy et ...ric Rouvière réfléchissent aux modes de narration et d’animation qu’offre Internet. Ils concoctent un projet ambitieux d’œuvres interactives en ligne, dont les premiers éléments seront visibles dans quelques mois.

Quant à Vincent Nayrolles, il vient de créer la société Bleep, un nom qui emprunte au jargon techno et au monde de la musique britannique du début des années 90. « Bleep, c’est la musique électronique qui s’assume. Celle qui ne cherche pas à se légitimer en s’adjoignant instrumentistes traditionnels ou chanteurs. Internet, c’est pareil. Il faut cesser d’appliquer des expressions artistiques usées, et développer du vraiment nouveau. » Bleep veut poursuivre les tâches d’édition et de management entreprises par Contagion. Pas question pour Nayrolles, qui veut travailler l’image de ses artistes, de renoncer à la richesse du Net. La nouvelle structure continuera d’utiliser les talents multimédias de Charles et ...ric. Au fond, la disparition annoncée de Contagion est raisonnée et cohérente : « Notre stratégie du multimédia et du management s’appuie sur des structures ultra-légères, indépendantes, réactives. C’est une méthode de guérilla. »

http://www.contagion.fr
http://www.contagion.fr http://www.jfheisser.com
http://www.jfheisser.com Sites réalisés par Contagion:
http://www.alanski.com http://www.readym.com
http://www.readym.com
 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse