15 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume

archmag17
Guillaume Joire s’est taillé un petit succès dans le Web graphique avec Bechamel.com, un site de copains qui présentent leurs œuvres animées îet musicales pour le Net.

Les J’mebouffe sont « salopards, mauvais, puants ». Avec leur gueule de traviole, tout en dents, leur béret et leur sac Bernadette, les deux médiocres personnages n’inspirent aucune pitié. Pourtant, lorsqu’ils se retrouvent seuls dans une maison jonchée de débris humains, à la merci d’un King-Kong sanguinaire, la dérision et l’humour du scénario désamorcent à peine l’angoisse de la situation. Happé par le suspense ? Pour regarder les épisodes suivants, il faudra attendre un investisseur. La série internet des J’mebouffe est à vendre à tout éditeur qui en ferait la demande... Le web-réalisateur Guillaume Joire, directeur artistique et graphiste, heureux papa des J’mebouffe, est un maître de l’ambiance. Sa technique pour donner de la chaleur et de la profondeu

écran consiste à coll

qu’il accomplit directement sur ordinateur, à l’aide de Photoshop -, puis à leur insuffler une vie avec des logiciels du type Flash. L’un des premiers films de Guillaume Joire, L’Ascenseur, a été développé à l’époque héroïque de la webfiction, sur le logiciel professionnel AfterEffects. L’image est de la taille d’un timbre poste ! Pourtant, l’histoire absurde de ces appareils électroménagers, en goguette dans un ascenseur qui finit par tous les dévorer, est captivante. Tant pis si quelques pixels passent à la trappe, et si les borborygmes inarticulés des personnages se perdent dans la mémoire-tampon : quelque chose de neuf se passe.

Bruits intestinaux

C’est autour de ce style, de cette façon de raconter les histoires sans mots - avec des sons, quasiment des bruits d’intestins -, que s’est bâti Bechamel.com. Créé en 1999 par Guillaume Joire et sa graphiste de compagne Sophie Estival, le site est devenu le repaire d’une bande d’illustrateurs talentueux. « J’avais commencé par me faire un CV en ligne, explique Guillaume, un garçon de 35 ans à la carrure de paysan et à la voix tranquille. Mais j’étais mécontent de faire de la pub à la boîte dans laquelle je travaillais - justement une boîte de pub. Alors j’ai sorti des fonds de tiroir les dessins de mes amis, Phong, Rocco, etc., et j’ai monté un site vraiment perso. Depuis, on se débrouille, je demande quelque chose à un ami, un autre m’offre d’un seul coup 1 700 sons, j’apporte mes propres dessins... Qu’il s’agisse de l’image ou de la musique, c’est du collage ! » Bechamel.com n’échappe pas à l’humour potache de la cyberculture. Le site doit son nom à un délire de Guillaume et Sophie, un soir où ils poussaient la chansonnette en plaquant trois accords sur une guitare. Les séries, fictions, jeux proposés en ligne font dans le cliché violence gratuite et rire gore. On peut se glisser dans la peau de quelques-uns des illustrateurs fétiches de Bechamel, pour affronter en duel un concurrent : tous les coups sont permis, l’essentiel étant de savoir manier les touches du clavier avec suffisamment d’agilité pour dégommer le rival. Guillaume Joire envisage de lancer bientôt des tournois en chair et en os, sur le modèle des tournois de jeux vidéo en réseau LAN Arenas... Ailleurs, vous êtes le Père Noël et votre job consiste à fragger des rennes pour vous faire un bon p’tit rôti. « Je travaille dans le kitsch trash, reconnaît le graphiste. OK, dans notre appart, la vie est rose [un petit trois pièces bariolé dans le XXe arrondissement]. Mais j’ai aussi une culture BD, punk, c’est-à-dire des gens qui boivent des bières jusqu’à tomber dedans, la débauche, la défonce... Quand j’avais 15 ans, il y avait des clans qui se battaient. Mais il y avait aussi une grande diversité, qui s’exprimait sur les radios libres. Rien à voir avec les mecs d’aujourd’hui dans les banlieues, qui sont tous habillés pareil et qui n’ont rien à dire. » Le crado et le désopilant, seule arme pour s’émanciper du cadre rigide d’une société débuggée et reformatée ? Pour gagner leur vie autour de ce site gratuit, les compères font aussi de l’édition papier, ou bien décrochent des contrats auprès de télés. Dans ce cas, ils rémunèrent les illustrateurs qui leur prêtent des images : « Nous avons un contrat moral : on fait 50-50. Je ne suis jamais propriétaire de l’œuvre, contrairement aux pratiques du milieu télé... Mes efforts visent plutôt à protéger mes amis, à négocier du temps pour leur boulot, à lire dans le détail les contrats... » Visiblement, il est plus reposant de travailler pour le musée de La Villette, qui leur a commandé des documentaires animés sur le thème de l’automobile. Guillaume Joire peut ainsi consacrer ses heures tardives à monter sa Bechamel, sans pub, sans fonds, mais avec la ténacité et l’intransigeance d’un cuisinier sûr de sa sauce.

http://www.bechamel.com
http://www.bechamel.com
 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h23

On a jamais lu ça
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse