18 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/04/2001 • 18h55

La Mauritanie tient Internet à l’oeil

En Mauritanie, le pouvoir tente de contrôler le réseau. Pour certains mouvements d’opposition, Internet est devenu un instrument indispensable de communication et de lutte...

Dimanche 8 avril 2001, la police mauritanienne a procédé à une série d’interpellations dans les milieux d’opposition. Parmi les personnes arrêtées, le dirigeant d’un parti de l’opposition (le Front Populaire Mauritanien), Chbih Ould Cheikh Malainine. Mais également la propriétaire d’un cybercafé situé à Nouakchott, la capitale du pays. La raison ? Toute personne travaillant dans le domaine de l’Internet est soumise à une étroite surveillance en Mauritanie. Le pouvoir s’inquiète de l’utilisation du réseau par les opposants. " Internet est utilisé par des militants de l’opposition radicale mauritanienne qu’ils soient à l’étranger ou au pays. Nous diffusons sur la toile beaucoup d’informations concernant la situation politique" éclaire Mohamed Ould Dogui le directeur de publication de la revue Le refus. Ce journal , lancé par le mouvement Faas (Front arabo-africain de salut) , milite pour le respect des droits de l’homme en Mauritanie et pour l’émergence d’une société civile, loin des clivages tribaux. Il combat aussi la survivance de pratiques esclavagistes.

Le Refus est sur laToile

" Très tôt, nous avons saisi l’intérêt que nous pourrions tirer d’Internet. Nous avons lancé notre site dès 1996. Et notre revue Le refus, n’existe que sur la toile " explique Mohamed Ould Dogui. " L’Internet échappe en partie au contrôle étatique mais le pouvoir mauritanien le tolère " anlyse Beddy Ould Ebnou, porte-parole du Front populaire mauritanien. Notamment pour des raisons économiques. Une partie des opposants au régime du président Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya milite dans la clandestinité la plus totale. Une clandestinité qu’il préservent activement sur le réseau : " Internet est pour nous un outil très important de coordination, d’organisation et de communication autour de nos actions. Toutefois il est indispensable de respecter quelques règles pour échapper à la surveillance du pouvoir sur la toile. " Ouvrir un compte de courrier électronique sur un serveur situé à l’étranger plutôt que dans le pays. Par ce que, en Mauritanie, les deux fournisseurs d’accès, Mattel et Mauritel appartiennent à des hommes d’affaires proches du chef de l’état. Par ailleurs, les patrons de cybercafés sont tenus, sur demande, de transmettre une copie des courriers électroniques émis ou reçus chez eux, à la Direction de la sûreté de l’Etat. D’autre part, l’accès à la liste de diffusion Mauritanie-net, très utilisée par les opposants au régime, est interdite depuis les ordinateurs de l’administration publique. Devant la censure qui frappe régulièrement la presse indépendante, certains journaux mauritaniens ont publié leurs articles sur cette liste. Car pour l’heure, seule l’Agence mauritanienne d’information (AMI), l’agence de presse officielle, dispose d’une vitrine sur le réseau. " Nous comptons monter un portail dédié aux journaux indépendants mauritaniens. Le pouvoir pensait qu’il se servirait d’Internet comme il a utilisé la presse officielle. Mais il est plus facile pour un état de censurer des journaux que de contrôler totalement le réseau " promet Mohamed Ould Dogui du Faas.

Les archives de la liste de diffusion Mauritanie-net
http://home.ease.lsoft.com/archives... Le site du Faas
http://membres.tripod.fr/faas/ Le site du principal parti d’opposition dissout par le gouvernement fin 2000 UFD-EN (Union des forces démocratiques-ère nouvelle)
http://www.ufd-en.org/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse