22 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


10/04/2001 • 18h18

La téléphonie mobile allemande en panique

Guerre des prix ou enchères UMTS, les opérateurs allemands de téléphonie mobile ont englouti des milliards de marks pour gagner des parts de marché. Aujourd’hui, ils tentent de faire payer le consommateur. Mais, avec l’UMTS, une nouvelle guerre des prix se profile.

"Nous devons arrêter d’habituer toute une génération à obtenir gratuitement nos téléphones portables", déclarait récemment Uwe Bergheim, le président de E-Plus, l’un des principaux opérateurs allemands de téléphonie mobile. Fini les subventions au téléphone portable ! Sur ce point, tous les opérateurs allemands s’entendent. Dans les mois à venir, les alléchantes offres d’achat, à moins de 350 francs, d’un portable et un avoir téléphonique et ceci sans payer d’abonnement, devraient disparaître des rayons.

Appareils vendus à perte

Un virage radical par rapport à la stratégie en vogue au cours de l’année 2000. Tout au long de l’année dernière, T-Mobil (Deutsche Telekom), D2 (Mannesman), E-Plus ou Viag-Interkom, se sont livrés à une chasse aux clients sans précédent. Le résultat est impressionnant. En 12 mois, le nombre de clients a doublé : aujourd’hui, près de 50 millions d’Allemands ont un portable. Cependant, les entreprises du secteur ont dû dépensé des milliards de francs en publicité et ont largement subventionné des appareils souvent proposés à perte. En moyenne, chaque téléphone portable aurait ainsi bénéficié d’une "subvention" de 1 000 francs. À cela s’ajoute la folie des enchères UMTS allemandes qui ont coûté près de 54 milliards de francs à chacune des six entreprises "victorieuses". Enfin, l’effondrement des cours boursiers a réduit bien des espoirs à néant. T-Mobil, la filiale de téléphonie mobile de Deutsche Telekom avait beaucoup investi dans la préparation de son introduction en Bourse. Celle-ci a été annulée et repoussée sine die.

Mauvais clients

Pour les opérateurs téléphoniques, l’heure du bilan a sonné. Et celui-ci est plutôt sombre. Première constatation, la plupart des nouveaux clients gagnés l’année dernière ne sont que des utilisateurs occasionnels. En effet, les utilisateurs "rentables" ayant choisi un contrat à long terme sont équipés depuis longtemps. Par ailleurs, 70 % de ces nouveaux clients ont opté pour une offre associant téléphone portable et cartes rechargeables dotées d’un avoir téléphonique. Le problème, c’est que la carte est trop rarement rechargée pour que l’offre soit rapidement rentable. Ceci, sans tenir compte du fait qu’il n’est pas rare qu’un client préfère s’acheter un nouveau modèle de portable plutôt que de recharger sa carte. Enfin, près de 10 % des clients sont dits "dormants" : ils n’utilisent presque jamais leur téléphone. Autre inquiétude : le trafic grandissant de téléphones portables entre l’Europe de l’Ouest et les pays de l’Est. Selon Inga Churashova, responsable marketing de Motorola pour la Russie (citée par Heise Online), presque deux tiers des appareils vendus en Russie seraient des importations illégales venues de l’Ouest. Une affaire qui affecte évidemment, en premier lieu, les opérateurs téléphoniques qui achètent les téléphones au prix fort chez les constructeurs. Ces derniers entendent eux aussi empêcher cette pratique. Un groupe de travail réunissant Motorola, Alcatel, Nokia, Siemens, Philipps, Samsung et Panasonic a été créé au début du mois de mars pour lutter contre ces importations illégales.

Une nouvelle guerre des prix sanglante

Moroses, les fabricants de portables commencent à économiser sur les coûts de personnel et de production. En début de semaine, la division de portable de Siemens qui emploie 8 000 salariés a déclaré qu’elle ne renouvellerait pas les contrats à durée déterminée de 2 000 personnes. Il serait également question de concentrer la production sur un site au lieu de trois actuellement. L’époque des cadeaux aux clients est donc révolue. Mais pour combien de temps ? L’arrivée prochaine de l’UMTS sur le marché pourrait relancer une sanglante guerre des prix en Allemagne. Certains détenteurs de licences UMTS en Allemagne, comme le groupe 3G (détenu par l’espagnol Telefónica et le finlandais Sonnera), n’ont aucun client en Allemagne. Pour s’installer sur le marché, il leur faudra donc acquérir rapidement des parts de marché et pour cela, casser les prix.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse