16 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


10/04/2001 • 18h21

L’open source n’est pas un business rentable

Red Hat, distributeur de Linux, et les autres acteurs du secteur sont en difficulté.

Linux n’est peut-être pas une mine d’or. Pour les milliers de programmeurs qui développent bénévolement les logiciels libres, ce n’est sûrement pas une découverte. Pour le secteur économique qui s’est construit autour de Linux, appliquer un business plan viable est un casse-tête. À mesure que Linux a conquis des parts de marché, jusqu’à inquiéter le monstre Microsoft, des entreprises ont basé leur développement sur la distribution du système d’exploitation en open source, la simplification des procédures d’installation, le consulting ou la programmation. Portées aux nues durant l’âge d’or du Nasdaq, elles ont bu la tasse comme les autres. Coté 139 dollars fin 1999, le titre de Red Hat, le leader du secteur, pointe aujourd’hui à 5,45 dollars.

Le 6 avril dernier, le projet SourceXchange annonçait qu’il mettait fin à ses activités. Créé par la maison d’édition O’Reilly et Hewlett Packard en 1999, il mettait en relation les programmeurs de la communauté open source et les grands groupes, en prenant une commission au passage. Malgré des clients comme Sun, Oracle, Motorola et même Hewlett Packard, SourceXchange considère que son marché était tout simplement trop petit. Cette nouvelle a suivi de peu l’annonce d’une autre disparition dans le monde du libre : le 30 mars, Zelerate licenciait 50 de ses 55 employés. Cette société américaine, qui commercialisait un logiciel open source d’ecommerce, n’a pu faire face à la dégringolade du secteur. Maigre consolation, Akopia, le concurrent de Zelerate, n’a pas davantage résisté et a été racheté par Red hat. Quant à Ars Digita, qui commercialise lui aussi du logiciel libre pour les sites d’ecommerce, il a revu le 5 avril son business plan de fond en comble. Après avoir licencié 29 employés et vu son fondateur démissionner, la start-up compte migrer vers le marché du logiciel propriétaire et tirer des revenus des licences. Si le profit arrive enfin, c’est l’open source qui ne sera plus là.

Leader de l’open source marchand, Red Hat a voulu se dissocier de cette série noire. La société vient d’annoncer être passé à l’équilibre pour le premier trimestre 2001, surpassant ainsi les prévisions des analystes. Perfides, ces derniers se sont empressés de rappeler que ces bons résultats étaient principalement dus à l’acquisition de Planning Technologies en février. Cette société de consulting américaine a fait passer l’effectif de Red Hat de 500 à 700 employés, mais a surtout apporté 5,5 millions de dollars de chiffre d’affaires à des comptes déficitaires. Fondé en 1999, Red Hat souffre, comme les autres, du ralentissement de la vente des PC et de celle des serveurs, une cible privilégiée de Linux. Des rumeurs courent également sur des licenciements imminents et Red Hat vient d’être attaqué par des petits actionnaires qui lui reprochent d’avoir caché des informations sur son montage financier lors de son introduction au Nasdaq en 1999.

L’avenir n’est guère plus réjouissant. L’engouement général pour l’open source a amené sur ce terrain des concurrents de poids comme IBM ou Hewlett-Packard, dont les reins et les services clients sont solides. Et Linux, qui n’est toujours pas très facile d’accès pour monsieur tout le monde vient, avec Mac OS X, de voir arriver le premier de ses concurrents utilisant lui aussi un noyau dérivé de l’environnement Unix, réputé très stable. En proie au doute qui ronge la plupart des start-ups, Red Hat n’échappe donc pas à la fameuse "adaptation du business plan". Ne sachant pas vraiment sur quel pied danser pour sa stratégie en ligne, elle propose depuis mars 2001 de télécharger les mises à jour de Linux en ligne contre un abonnement payant, intitulé Red Hat Network. Dans son analyse trimestrielle, Melanie Hollands, qui suit la valeur Red Hat pour Merrill Lynch, note sobrement : "L’expansion de Linux ne signifie pas forcément croissance pour l’entreprise."

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse