21 03 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


30/10/2000 • 18h27

Qui en veut à Microsoft ?

Des pirates auraient volé le code de logiciels Microsoft sur le réseau interne du QG de l’entreprise, à Redmond. Selon Microsoft, ils ont pu se connecter douze jours d’affilée avant d’être repérés.

C’est la crainte de tous les directeurs informatiques : un pirate s’introduit sur le réseau de l’entreprise pour subtiliser des informations confidentielles. Mais quand la société s’appelle Microsoft, l’affaire prend une dimension symbolique : si le QG du leader de l’industrie logicielle n’est pas à l’abri des pirates, qui peut l’être ?

L’affaire a été révélée par le Wall Street Journal vendredi 27 octobre et confirmée par un porte-parole de Microsoft. Mercredi, un employé de Redmond chargé de la sécurité informatique remarquait que des mots de passe de la société avaient été envoyés par e-mail dans une boîte aux lettres située en Russie, à Saint-Pétersbourg. Des mots de passe stratégiques : ils donnent accès au code source de logiciels phares de Microsoft, les secrets de fabrication des programmeurs. Après avoir tenté de colmater les fuites, Microsoft décidait jeudi de faire appel au FBI.

Dans un premier temps, les logiciels Whistler, successeur de Windows 2000, et Office, la suite logicielle comprenant Word et Excel, étaient cités par différents journaux comme étant les cibles des pirates. Mais Microsoft signalait dimanche sur son site "qu’il n’est pas établi que les intrus aient réussi à accéder ou code source d’Office ou d’une quelconque version de Windows".

Un employé de Microsoft piégé

Dans ce communiqué, Microsoft se veut rassurant. Mais de la fébrilité est perceptible : "La faille de sécurité n’implique pas que les produits Microsoft soient vulnérables. Le pirate a pu voir le code source (...). Mais notre enquête a confirmé qu’il n’a pas été modifié ou altéré en aucune façon." À voir... Ce qui est sûr, c’est que les pirates ont pu rester 12 jours connectés au réseau interne de Microsoft sans être repérés, du 14 au 25 octobre, comme la société l’a confirmé. Si ce n’est plus : le Wall Street Journal indiquait vendredi que, selon ses sources, les intrusions remontaient à 3 mois. L’outil employé par les pirates serait QAZ, un "cheval de Troie" apparu pour la première fois en Chine en juillet 2000. Caché dans un petit programme envoyé en pièce jointe d’un e-mail, il aurait pu être libéré par inadvertance par l’un des 41 000 employés de Microsoft qui aurait exécuté le programme. Reste à savoir qui sont les pirates. Plusieurs hypothèses sont évoquées. Si la "prise d’otage" de code source contre rançon paraît rocambolesque ; la thèse de l’espionnage industriel, défendue par Microsoft, est dans l’air, mais est également peu probable.

Piratés ? Pas piratés ? Perdu un code source ?

Que s’est-il vraiment passé sur les réseaux de Microsoft ? Est-il vraiment possible de pirater la firme de Bill Gates avec un simple cheval de Troie, de remonter sur le réseau interne et d’accéder aux codes source de programmes du premier éditeur mondial de logiciels ? La réponse est indéniablement oui. Les supputations du Wall Street Journal sous-estiment même sans doute la réalité. D’ailleurs, les aveux en dix temps (au moins) de Microsoft prouvent que le réseau a été piraté. De plus ce n’est pas la première fois que cela arrive. Ceci dit, peut-on tirer des plan sur la comète et imaginer ce qui restera après le buzz de ces derniers jours ? Disons, dans un mois ? A priori, soit le pirate est un gamin qui va se vanter de ses trouvailles (publication d’un bout du code source éventuellement visionné ) et la police l’aura coffré dans un mois. Soit le pirate est très fort et on n’entendra plus jamais parler de cette affaire. Mais dans ce cas, il va trouver des bugs dans le code source et il va les exploiter. On peut dès lors imaginer que des centaines de réseaux qui fonctionnent avec des produits Microsoft vont devenir des passoires dans un avenir plus ou moins proche et dans un silence total. Cela va être aussi terrible qu’éloigné des unes de journaux...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse