24 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


10/08/2000 • 20h29

Sites néonazis : un militaire allemand suspendu

Les autorités allemandes réagissent à la résurgence des idées nazies et à leur propagation sur Internet. Un sergent soupçonné d’être l’auteur d’un site à la gloire d’Hitler, a été puni par sa hiérarchie. Des logiciels de filtrage et des "listes noires" de sites néonazis devraient être mis en place.


PP/Transfert
Un sergent allemand de 28 ans serait-il l’auteur du site heil-hitler.de , le site Internet nazi dont la découverte a stupéfié l’Allemagne ? C’est, selon l’agence France Presse, le soupçon de la Bundeswehr, l’armée allemande : elle a suspendu l’homme de ses fonctions et l’a privé d’uniforme jusqu’à la fin de l’enquête diligentée à son sujet à Schwerin, une ville de l’ex-Allemagne de l’Est. Depuis trois semaines, une levée de boucliers sans précédent mobilisait le pays contre l’extrême droite. Après des années de semi-torpeur, le monde politique allemand se ressaisit donc du dossier et promet d’éradiquer la "peste brune" jusque sur Internet. "Il faut se battre contre le développement des pages Web de la haine", déclarait récemment Cornélia Sonntag-Wolgast, secrétaire d’...tat au ministère de l’Intérieur. De son côté, Herta Daübler-Gmelin, la ministre de la Justice, a préconisé la mise au point de logiciels de filtrage et l’établissement d’une "liste noire" des sites diffusant de la propagande raciste et néo-nazie, afin de protéger la jeunesse et les écoles.

Un mode de communication entre les groupuscules d’extrême droite

L’origine de cette mobilisation date principalement du rapport établi en 1999 par l’Office fédéral de protection de la Constitution (Renseignements intérieurs allemands). On y relève que le nombre de sites marqués du sceau de l’extrême droite est passé de 200 en 1998 à 330 en 1999. Aujourd’hui, on en dénombrerait entre 400 et 500. Les enquêteurs fédéraux concluent logiquement que "l’Internet est de plus en plus utilisé comme moyen de communication entre les différentes tendances et groupuscules d’extrême droite". L’interdiction du site heil-hitler.de, prononcée cette semaine, jette un nouvel éclairage sur les difficultés de la lutte contre l’extrême -droite sur le web. Il y a une semaine, un utilisateur anonyme inscrit ce nouveau site chez Strato AG, une grosse société berlinoise d’hébergement. Strato AG soumet automatiquement ce site à l’enregistrement de la Denic, la société publique qui gère la propriété des noms de sites Internet en Allemagne. Là aussi, l’enregistrement se fait automatiquement. Ce n’est que lorsqu’un utilisateur tiers signale l’existence de heil-hitler.de, un nom trop clairement connoté et donc interdit par la loi allemande, que Denic réagit en supprimant le site.

Seules trois personnes contrôlent les adresses douteuses

Pour expliquer ce dérapage, Sabine Dolderer, directrice de Denic, rappelle que ses employés enregistrent chaque jour de 10 000 à 15 000 nouveaux noms de sites : "Trente personnes exercent un contrôle technique et trois seulement vérifient vraiment le contenu des adresses douteuses." En raison du développement galopant de l’Internet, le projet d’établir des "listes noires" lui semble donc difficilement réalisable. "Si heil-hitler.de est clairement identifiable, que faire avec des noms tel que ’Konzentrationslager.de’ (camp de concentration) qui peuvent aussi bien abriter un site nazi qu’un site à vocation informative, dépourvu d’ambiguïté ?", remarque, de son côté, Stephan Wezel, le juriste de Denic. Enfin, le problème des contrôles est rendu plus complexe par la possibilité de piloter un site depuis l’étranger, à partir des Etats-Unis en particulier. La loi allemande interdit de faire mention d’un lien pouvant conduire vers des sites d’extrême droite. Mais dans les faits, cette interdiction n’empêche aucune personne, déterminée ou curieuse, de s’y connecter.

Lutter contre la haine, mais pas uniquement sur Internet

Si nul ne remet en question la nécessité d’agir contre la présence de l’extrême droite sur l’Internet, certains commentateurs essayent de replacer le débat à son juste niveau. Certes, l’extrême droite a augmenté ses capacités de communications avec le Net, mais parallèlement, sa presse traditionnelle et ses "Skinzines" ne se sont jamais aussi bien portés, fait remarquer le journal Blick nach recht (Regard à droite). Il souligne également que les 500 sites d’extrême droite ne représentent pas une proportion étonnante au regard des trois millions de pages-net enregistrées en Allemagne. Dans le quotidien Süddeutsche Zeitung, Harald Staun s’interroge, lui aussi, sur la frénésie médiatique développée par les politiques autour de l’Internet : "Au lieu de tout miser sur la lutte contre ’le développement de la haine sur Internet’, ne pourrait-on pas plus simplement se concentrer sur la lutte contre le développement de la haine ?"

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse