21 11 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/06/2000 • 13h26

Le Web drague les gays

À l’occasion de la Lesbian and Gay pride 2000, Spray lance Yarps, un portail communautaire destiné aux homosexuels. Et Gay.com, leader emblématique sur le marché américain, annonce le rachat du français Ooups...

Olivier M., rédacteur en chef de Ooups, l’un des pionniers du Web gay français (aujourd’hui gay.com)

Chez Spray, on se veut consensuel. On vous explique d’emblée que Yarps, le portail communautaire homosexuel mis en ligne le lundi 19 juin, ne sera pas un site revendicatif et politisé. D’où le nom de Yarps, Spray à l’envers, qui sonnerait "léger et pas sérieux". Selon Emmanuel Laurent, de Spray France, le portail soutient avant tout "le combat pour le droit à l’indifférence" à défaut d’épouser celui du droit à la différence.

PACS téléchargeable


Yarps.fr, le portail communautaire destiné à
la communauté homosexuelle lancé par Spray

DR
Au programme, les rubriques habituelles d’un portail (shopping, sorties, infos...) orientées vers "les sensibilités homosexuelles". Et une particularité : la possibilité de télécharger, en ligne, le formulaire du PACS (Pacte civil de solidarité). "C’est le prêt à pacser", se réjouit-on chez Spray France. Une rubrique sera consacrée à des conseils pratiques délivrés en ligne (par mail) par un juriste. Les internautes ont aussi accès à un service de rencontre en ligne baptisé GayDate. Le pendant homo de SprayDate. Son principe ? Chaque membre dispose d’une page perso sur laquelle il livre ses goûts et ce qu’il déteste. Du genre : "j’aime pas le Nutella" ou "j’aime pas les racistes"... Une boussole du cœur est censée classer vos partenaires potentiels selon le degré d’affinités. Cinq cœurs et c’est l’idylle assurée...

Gay Pride

Spray a déjà testé en Suède ce concept de portail communautaire homosexuel : l’équivalent de Yarps s’y nomme Sylvester. Mais pour s’implanter dans la communauté homo française, Spray a choisi de devenir partenaire officiel de la Lesbian and Gay Pride 2000. Un char décoré aux couleurs de la société défilera donc samedi 24 juin dans les rues de Paris. Sur le site, les rubriques seront alimentées grâce à des accords éditoriaux avec, notamment, Gai Pied (pour les gays) et le site Dyke Planet (Planète lesbienne).

Gay.com débarque en France


Fr.gay.com, un portail gay issu du rachat de
Ooups par l'américain gay.com.

DR
Spray n’est pas le seul à s’intéresser au marché français. Le site américain gay.com vient d’annoncer le rachat du site gay français Ooups "pour plusieurs millions de francs". Mais Pierre Jouanny, chargé de développer les activités de gay.com à travers l’Europe, tient à souligner la spécificité de la démarche : "Ooups ou gay.com aux Etats-Unis ont été fondés par des gays. Désormais des portails généralistes comme Spray lancent des sites gays parce qu’ils voient dans la communauté homosexuelle une niche de marché pour se diversifier."
L’histoire de gay.com, le plus important site US de ce type (plus de 2,3 millions de visiteurs par mois), prend racine dans l’activisme de la communauté homosexuelle du quartier de Castro Street à San Francisco. Au comité de direction de Online Partners (la société qui édite gay.com) à San Francisco siège d’ailleurs David Bohnett, le fondateur de GeoCities, revendu en 1999 à Yahoo. Un entreprenaute gay, pionnier en matière de Web communautaire...

Naissance de "l’homonaute"

En fait, les sites homos s’adaptent à l’évolution générale du Web. "Désormais il s’agit pour certains sites gays de générer le maximum de pages vues afin de développer le commerce électronique", estime David Lebois, responsable de media-G, un observatoire sur le traitement de la communauté homosexuelle dans les médias. L’objectif ? Faire en sorte que "l’homonaute" consomme gay. "Je ne suis pas sûr que ce modèle économique fonctionne en France", poursuit David Lebois. Le lobby gay n’y aurait pas le même poids qu’aux ...tats-Unis... Difficile d’imaginer ici un projet comme celui du site américain glbank.com, une banque virtuelle en ligne destinée à la communauté homosexuelle. "En octobre 1999, ce site a lancé un système de compte courant. Dès le premier jour, il y avait déjà près de 14 000 ouvertures de comptes", souligne David Lebois. En avril 2000, la Gay and Lesbian Bank levait 40 millions de dollars ! Autre exemple : le site gfn.com (Gay Financial Network), un réseau financier homo qui propose un classement des entreprises selon leur politique sociale à l’égard des homosexuels. La France n’en est pas là.

Interview d’Olivier M., rédacteur en chef de Ooups, l’un des pionniers du Web gay français (aujourd’hui gay.com)


Olivier M., rédacteur en chef de Ooups

© E. Pansu / Transfert
Comment analysez-vous le succès de Ooups ?
À l’origine du site, en 1996, il y a une bande de copains issus du milieu gay. Nous sommes partis d’un constat simple : il existait un besoin important de lieu d’échanges et d’information destinées aux gays sur le Net. Depuis quatre ans, nous avons reçu des centaines de mails nous remerciant de cette initiative. Car il est encore difficile de pousser la porte d’une association ou de demander un magazine gay comme Têtu dans un kiosque. Internet offre l’avantage de l’anonymat...

Que va changer le rachat de Ooups par l’américain gay.com ?
Nous souhaitions acquérir une démarche professionnelle. Désormais les membres de l’équipe de Ooups deviennent des salariés. Avant ce rachat, nous avions tous des activités extérieures et Ooups fonctionnait grâce au bénévolat. Nous mettions en ligne le contenu du site le week-end... L’équipe américaine de gay.com est basée à San Francisco et possède une forte légitimité dans le milieu gay américain. Mais elle ne souhaitait pas aboutir à un site français qui serait une copie conforme du site américain...

Existe-t-il une spécificité française des sites gays sur le Web ?
Ce qui est évident, c’est que les gays américains disposent de ressources beaucoup plus importantes sur le Net. Mais aussi dans les médias traditionnels. Aux ...tats-Unis, par exemple, les sitcoms abordent plus facilement l’homosexualité et les magazines gays sont très nombreux.
Les annonceurs sont-ils encore frileux pour miser sur des sites gays ?
Ça commence à changer. D’abord parce qu’ils ont pris conscience que c’est un marché à part entière. Mais aussi parce que les gays ont de manière générale un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne... Même s’il faut se méfier des clichés. En 1997, la Fnac avait sponsorisé l’EuroPride qui avait lieu à Paris. Résultat : des centaines de courriers de protestation... Néanmoins, les choses changent et nous développons de plus en plus de partenariats commerciaux sur notre site.

Soutiendrez-vous sur gay.com les luttes concernant les droits de la communauté homosexuelle ? Bien sûr... Mais nous ne voulons pas nous substituer aux associations. Ponctuellement nous nous engagerons sur des sujets de société comme nous l’avions fait pour le Pacs par exemple. Récemment, le gouvernement a mis en place un numéro (le 114) destiné à recueillir les témoignages de discrimination raciale. Nous comptons mobiliser les internautes sur la possibilité d’intégrer à cette notion de discrimination celle qui vise les homosexuels. Nous allons aussi développer des activités de mécénat afin de soutenir financièrement le milieu associatif gay.

La Lesbian and Gay Pride 2000:
http://www.gaypride.fr/pride1.html Yarps
http://www.yarps.fr Le réseau financier homosexuel:
http://www.gfn.com Le site de Media-G:
http://www.media-g.net/ Gay.com
http://www.gay.com (France) La Gay and Lesbian Bank:
http://www.glbank.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse