18 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


8/02/2001 • 19h11

Yaoundé, capitale du Net africain

La capitale du Cameroun accueille jusqu’à dimanche la première édition de "Net Com 2001", un salon de professionnels africains des nouvelles technologies. But : démontrer les opportunités de développement que représente Internet pour le continent.


Julien Chambaud
Dimanche 11 février se déroule à Yaoundé la Fête annuelle de la jeunesse. Pendant tout le week-end, des concerts et des fêtes vont avoir lieu dans la capitale du Cameroun, ainsi qu’un peu partout dans le pays. La chambre de commerce du Cameroun a choisi cette occasion pour organiser la première édition de "Net Com 2001", un colloque qui réunira du 9 au 13 février quelques centaines de professionnels des nouvelles technologies de l’informatique et des communications (NTIC). ...quipement informatique, téléphonie mobile, Internet, transmission de données par satellite : la manifestation, d’accès gratuit, propose une centaine de stands où le public pourra mieux comprendre l’utilité des nouvelles technologies. Des débats, dont une synthèse doit être mise en ligne à la fin du colloque, mettront face à face les spécialistes locaux du secteur et les pouvoirs publics. Principal thème abordé : "Ce qu’il faut attendre des nouvelles technologies. Accès à l’information, accès au savoir, ouverture au monde, courrier, compétitivité, réactivité, formation." Pas moins.

Défiscalisation des ordinateurs pendant la Fête

C’est peu dire que l’Afrique (et en particulier l’Afrique centrale) connaît un retard important dans l’accès aux nouvelles technologies. Les estimations les plus généreuses évaluent à trois millions le nombre d’internautes africains, contre environ sept millions rien qu’en France. Et encore : le poids de l’Afrique du Sud et des pays du Maghreb au sein de cette population en ligne est très important. Ouvrir une discussion sur les nouvelles technologies peut "commencer à renverser la vapeur", assure Pierre Bouapda, qui dirige le comité d’organisation de Net Com 2001. Ce consultant camerounais spécialisé dans les télécommunications explique : "Nous voulons faire découvrir Internet au grand public, et sensibiliser les chefs d’entreprises et les responsables de l’administration aux opportunités de développement que représentent les NTIC." Pour Pierre Bouapda, ce sont avant tout les problèmes financiers qui freinent l’implantation d’Internet en Afrique. Un ordinateur demeure un outil inabordable, non seulement pour les particuliers, mais aussi pour les petites entreprises et les coopératives agricoles : "À l’exception notable du Sénégal et du Maroc, la TVA sur l’informatique est à 33 % dans la plupart des pays africains", explique Bouapda. La chambre de commerce du Cameroun a convaincu l’...tat de défiscaliser les ordinateurs... mais seulement pendant la durée de la Fête de la Jeunesse. À titre symbolique. "C’est un préalable aux préalables", plaisante Pierre Bouapda.

Hypothétique courrier

Si les NTIC tardent à prendre leur essor, c’est aussi à cause de la médiocrité des infrastructures de télécommunications. François Daniel, directeur régional de Mobilis (une filiale africaine d’Itinéris) témoigne : "Dans mon bureau, je n’arrive à me connecter à Internet qu’au bout d’une quinzaine de tentatives en moyenne." Les centraux téléphoniques de Yaoundé ou de Douala (la capitale économique) sont anciens et saturés. "Un particulier doit compter au moins un an pour se faire ouvrir une ligne téléphonique traditionnelle, explique François Daniel. Au Cameroun, même en zone urbaine, on est loin, très loin de pouvoir proposer des services performants, type e-commerce." Dans de telles conditions, comment Internet peut-il aider au développement de l’Afrique ? Sans rêver de connexions à haut débit, la simple arrivée de la messagerie électronique dans les régions enclavées permettrait de contourner "les difficultés posées par le mauvais état des réseaux routier et le mauvais fonctionnement de la poste", espère Pierre Bouapda. François Daniel, de Mobilis, raconte : "Aujourd’hui, si une coopérative agricole du nord du Cameroun veut se tenir au courant des cours du coton pour savoir à quel moment elle a intérêt à vendre, elle doit attendre l’arrivée d’un hypothétique courrier. En général, elle peut attendre longtemps."

Doutes sur l’ouverture d’esprit des politiques africains

Mais les intervenants de Net Com 2001 n’auront pas seulement à parler gros sous et infrastructures. Le docteur Wawa Ngenge est le représentant camerounais de l’Internet Society. Cet économiste spécialisé dans les questions agricoles est également membre du réseau de développement durable du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement). Il explique : "Nous voulons introduire Internet dans les écoles, favoriser l’émergence de sites locaux et pas en langue européenne. Mais les compétences techniques manquent encore pour atteindre ces objectifs." Il faut donc pousser les pouvoirs publics à ouvrir le chantier de la formation aux NTIC. Mais Wawa Ngenge émet de sérieux doutes quant à l’ouverture d’esprit de la plupart des hommes politiques africains vis-à-vis d’Internet. Il affirme : "Les décideurs politiques voient dans les nouvelles technologies et dans le libre accès à l’information qu’elles permettent, une entrave à leur capacité à capturer et à conserver le pouvoir."

Net Com 2001:
http://www.yaoundenet.com Le PNUD:
http://www.undp.org L’Internet Society:
http://www.isoc.org La page personnelle du docteur Wawa Ngenge:
http://www.sdnp.undp.org/sdncmr/wawa.htm
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse