12 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


4/09/2001 • 18h50

Vote électronique : une belle illusion ?

France Télécom peaufine e-poll, le projet européen de système de vote électronique. La technique semble au point, mais les conditions de sa mise en place paraissent peu satisfaisantes.

Les ingénieurs de France Télécom R&D planchent dessus depuis un an. Aujourd’hui, ils considèrent que leur système de vote électronique est pratiquement au point. Le premier test "live" se déroulera en octobre 2001 à Vélinéo, une ville de 100 000 habitants située près de Naples. Un second test aura lieu à Mérignac, près de Bordeaux, à l’occasion des prochaines élections législatives, au printemps prochain. Le principe ? "Faire simple et pas cher". Ce système de vote électronique doit pouvoir se mettre en place rapidement, "avec du matériel communal par exemple, emprunté dans les écoles ou les mairies", explique Gilles Grattard, ingénieur chez France Télécom R&D.

Invitation aux urnes

Ces recherches sont menées dans le cadre du projet européen "e-poll" (polling signifie élection en anglais). E-poll réunit des équipes française, italienne, polonaise et allemande (avec Siemens). Le système étudié invite les votants à se déplacer jusqu’aux urnes. Le contrôle d’identité s’effectue à l’entrée des bureaux de vote. Les électeurs possèdent une carte à puce qui mémorise leur empreinte digitale. Avant de pénétrer dans les bureaux, ils doivent poser leur doigt sur un scanner à empreinte digitale, de façon à établir une comparaison avec les données mémorisées sur leur carte. Une fois ce contrôle effectué, l’électeur se rend dans l’isoloir. Il insère sa carte dans un lecteur. Un premier serveur effectue alors toute une série de vérifications : âge, inscription sur les listes électorales, droits civiques, etc. L’électeur est ensuite invité à choisir, sur un écran tactile, le candidat. Un deuxième écran lui demande de confirmer son vote. Une fois ce choix validé, une icône qui représente le bulletin se glissant dans une enveloppe apparaît sur l’écran. Ce choix s’inscrit alors temporairement sur la carte à puce. Conformément aux textes de loi, le vote s’effectue en public. L’électeur sort de l’isoloir, et place sa carte dans une urne électronique. Une fois lu par cette machine, le vote est transmis à un serveur par "réseau sécurisé". Ce serveur, qui reçoit des paquets de bulletins validés par la première machine (celle qui effectue les vérifications sur les électeurs), signe "en aveugle" les informations transmises. Une technologie brevetée par David Chaum, le père des "cyberdollars" qui garantit, selon Gilles Grattard, "l’ impossibilité de relier le vote à l’authentification du votant".

3 questions à François Vernay, chef de projet et Gilles Grattard, ingénieur, qui se consacrent tous les deux à e-poll chez France Télécom R&D.

Vous devez concevoir un système "qui ne coûte pas cher". Peut-on vraiment faire un système à la fois bon marché et sécurisé ?

Oui, car les machines actuelles sont capables de faire des calculs qui garantissent la sécurisation des données transmises. De plus, les différentes machines reliées en réseau se surveilleront entre elles. Si un problème survient, nous en seront immédiatement avertis. Ce qui est plus compliqué, c’est de faire un système simple.

Justement, est-il possible de construire un système de vote électronique utilisable par tous, même par ceux qui n’ont jamais vu un ordinateur ?

C’était notre volonté. Au cours des quelques démonstrations que nous avons effectuées, nous nous sommes rendu compte que le système ne posait pas de difficulté. Mais il est vrai que ces personnes semblaient plutôt jeunes et qu’elles étaient sans doute habituées à utiliser des ordinateurs. Au cours des tests effectués en Italie et à Mérignac, ou seule une partie des bureaux sera équipé de ce système, nous évaluerons les difficultés qui peuvent se poser aux électeurs. Nous pourrons ensuite rectifier le tir si c’est nécessaire.

Comment peut-on faire un tel système avec des machines qui servent aussi dans les écoles ou dans les mairies ? Chacun sait qu’elles sont souvent obsolètes et peu puissantes ?

Effectivement, ce système ne sera efficace que s’il est suivi d’une véritable action politique. Nous sommes conscients que jusqu’à présent, on ne trouve pas d’écran tactile dans les écoles. La réduction de la fameuse fracture numérique doit passer par l’achat d’ordinateurs neufs. C’est une des conditions pour garantir la réussite du vote électronique.

http://www.rd.francetelecom.fr/
http://www.rd.francetelecom.fr/
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse