18 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/11/2000 • 13h10

Vainqueur par chaos :Andy Muller, élu à l’ICANN : ”Les compromis, on verra ça plus tard

Andy Müller-Maguhn, 28 ans, est porte-parole du Chaos Computer Club, un collectif allemand de hackers, qui compte 1 500 membres. En octobre, il a été élu représentant de l’Europe à l’ICANN, l’organisme qui attribue les noms de domaine et les adresses IP sur Internet. Interview d’un VRP libertaire, entre politique et science-fiction.

Qu’avez-vous fait cette semaine ?

Hier, je me suis couché à trois heures du matin pour me lever à cinq. Dans la semaine, je suis allé à Francfort, Düsseldorf, Munich, Helsinki et Francfort à nouveau. Toujours pour des interventions. C’est un peu frénétique, mais on finit par s’y habituer.

Vous êtes-vous mis dans la peau d’un homme politique depuis votre élection en tant que directeur européen de l’ICANN ?

J’ai su que j’étais élu directeur de l’ICANN le mercredi 11 octobre à 5 heures du matin. En 24 heures, j’ai reçu 200 messages de félicitations. 24 heures plus tard j’en avais 800. Il y avait des dizaines d’articles dans la presse. Dans le Berliner Zeitung, entre autres, on pouvait lire : "Internet gouverné par un hacker". Quand le CDU [parti chrétien démocrate, au pouvoir pendant tout le règne d’Helmut Kohl] a émis un communiqué de presse me félicitant, ça a vraiment commencé à m’énerver. Ces types sont quand même proches de ce qu’on pourrait appeler du "crime organisé et mafieux" [en référence aux scandales de financement du CDU, NDLR]. J’ai senti que l’establishment voulait me récupérer et je me disais : "Je ne veux pas entrer dans ce jeu." Vendredi, quand le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung m’a demandé d’écrire une "déclaration de gouvernement", ça m’a d’abord paru aussi incongru. Puis, j’ai pensé que c’était peut-être une chance de mettre les choses au point. Je ne voulais pas commencer par faire des compromis, j’aurai bien assez le temps d’en faire plus tard. C’était dimanche, vers minuit. Comme on me le demandait, j’ai joué à être un chef de gouvernement, d’où le début du texte, très officiel : "Mesdames, Mesdemoiselles..." Je ne voulais pas écrire ce texte comme ceux de mes interventions dans des conférences. J’ai relu la déclaration d’indépendance du cyberespace de John Perry Barlow. Je me suis aussi rappelé le vieux style de la Fraction Armée Rouge allemande dont je connais un des leaders repentis, Herr Baumann. J’en suis arrivé à me poser des questions peu confortables : "Qui suis-je ? Je n’aime pas les gouvernements..." Pourtant, je n’irai pas, comme Tim May, des cypherpunks [auteur du Manifeste crypto-anarchiste, NDLR], jusqu’à dire qu’ils ne sont que "des citoyens avec des armes à feu".

Quand j’étais petit, on m’a appris que les gouvernements étaient des groupes de personnes censés représenter les citoyens dans le but de diriger les infrastructures communes.

Dans votre Dans votre

C’était en partie provocateur, mais je l’ai écrit au premier degré. Cela vient d’une des réunions de préparation de nos émissions de radio mensuelles Chaos Radio. Dans notre local à Berlin, nous sommes partis dans un grand débat sur la propriété intellectuelle avec Ekke [voir interview], Tim [voir interview], Hans et quelques autres vieux membres. Quelqu’un a souligné le fait qu’en droit islamique, il n’y a pas de copyright. Nous nous sommes connectés sur des sites et avons trouvé des tonnes d’informations insoupçonnées sur islam.org et shariah.net. Nous avons découvert qu’il n’y avait pas non plus de systèmes de franchises, de licences, ni de brevets. À partir de ces bases, nous nous sommes engueulés sur la façon dont les artistes pourraient être rémunérés dans un tel contexte. C’était vraiment bizarre. J’ai mentionné la phrase "La propriété intellectuelle, c’est le vol..." et Ekke s’est mis à me traiter de "socialiste romantique". Il ne s’arrêtait plus : "romantique ! communiste !" Il vient d’Allemagne de l’Est et pensait vraiment que ce que je disais était naïf mais aucun de nous deux n’a plus raison que l’autre. Bref, nous avons beaucoup ri et je trouve que cela résume assez bien le débat entre réalisme et idéalisme. J’ai donc samplé sa voix disant "Socialiste romantique" pour le show radio. Dans la déclaration, cela a donné : "Sur Internet, nous avons la culture du cadeau. Un petit paradis électronique. Qui a dit socialisme romantique ? (...)"

Vous êtes vous-même devenu citoyen est-allemand, pourquoi ?

En 1990, j’habitais Hambourg et je devais subir un examen médical d’aptitude au service militaire. Comme je ne voulais pas me plier à un contrôle de l’...tat, je suis passé à Berlin-Est où je me suis rendu au bureau de l’immigration. Dans le grand bâtiment, il y avait une énorme queue pour passer à l’Ouest. Au guichet, les deux vieilles dames ne voulaient pas croire que je voulais devenir citoyen de la RDA. ...mues aux larmes, elles m’ont offert une chaise et un café. C’est comme ça que j’ai échappé au service militaire et que je me suis installé à Berlin. Je cherchais un appartement. Un ami m’a dit : "Il y en a plein de vides. Installe-toi et mets ton nom sur la porte." C’est ce que j’ai fait. C’était une période incroyable, dans un pays sans gouvernement. Dès que des policiers voulaient faire régner l’ordre, les gens contestaient leur autorité, les obligeant à être passifs et, surtout, gentils avec tout le monde. Tout cela a complètement changé mon état d’esprit.

Comment le Club avance-t-il avec des origines et des avis si différents ?

Le Club a toujours mis une priorité à la diversité. Depuis le début, nous avons des punks, des jeunes hackers, des squatters, des cadres high tech... Je crois que le critère commun est que nous sommes tous des fortes individualités. Une fois, nous avions un membre qui se faisait une fierté d’être encarté dans un parti politique classique. Tout le monde se moquait de lui. On dit souvent que si on met deux membres du Club dans une pièce, on obtient entre trois à cinq avis différents. Je crois que c’est une force, il n’y a jamais de soutien de bloc, chacun est libre. Malgré les structures des partis politiques, ils ne sont pas forcément plus efficaces. Par exemple, l’excellent travail de Jörg Tauss, le responsable Internet du SPD, a en partie été saccagé par son propre parti. Le débat et l’engueulade sont des forces pour le Club. Nous appelons cela le style "discordien", du nom de la déesse grecque de la querelle. Nous pensons qu’il y a toujours plusieurs vérités, dont chacun a une vision claire mais décentralisée Mais cela n’est possible que parce le Club a vécu de grands moments de partage, des expériences fortes. Ce n’est pas un modèle qui a pour vocation d’être généralisé. Beaucoup de gens me demandent pourtant depuis longtemps de rédiger une FAQ, une série de questions-réponses sur le fonctionnement du Club, mais je ne sais pas si c’est faisable.

Qu’avez-vous appris depuis que vous donnez des conférences aux politiques et aux patrons ?

À m’adapter. En 1995, j’ai été invité par le Parti des Verts allemand à un sommet du G7 au Brésil, sur la société de l’information. C’était dans un contexte particulier : sous la direction de M. Bangemann, un ancien ministre de l’économie allemand, l’Europe venait de privatiser tous les opérateurs de télécommunications. Toute mon intervention était fondée sur l’accès pour tous à l’information. J’avançais les concepts de "data pavement" [chaussée de données, NDLR] pour contrer l’idée d’autoroute de l’information. L’idée était simple : si on ne construit que des autoroutes, on arrive naturellement à des grands centres commerciaux et le piéton qui sort de chez lui se fait écraser par un poids lourd. Il faut bien des trottoirs publics pour arriver aux autoroutes à péages. Mes interlocuteurs étaient très intéressés mais complètement désemparés. Tous me disaient "Ah oui, mais c’est trop tard, on vient de tout privatiser." Enfin, je crois que j’aurais dû m’attendre à être pris pour un alien. Le problème c’est que l’industrie se pointe à Bruxelles et influe sur la politique européenne en prononçant un mot magique : "création d’emploi". C’est ce qu’on appelle un "Fnord". Ce concept qui nous est cher, vient d’un livre culte de Robert Anthon Wilson, Illuminatus Trilogie. C’est l’idée d’une fausse complicité sémantique, d’une manipulation invisible, ou d’un appât dans le langage. L’année dernière, j’étais à Vienne pour une conférence sur la fraude bancaire. Un des interlocuteurs a réussi à rendre tous les banquiers très nerveux en répétant une formule magique simple : "interruption d’exploitation". Il y a aussi un des épisodes de la BD Dilbert que nous avons accroché dans le local du Club : deux capitaux-risqueurs en costume viennent engueuler un hacker qui a dilapidé leur argent dans sa start-up. Alors qu’ils exigent une explication valable à son échec, le hacker leur cloue le bec avec un seul mot : "e-commerce". Pour moi, la diplomatie du Fnord, c’est s’adapter à son interlocuteur.

C’est ce que vous entendez quand vous parlez de

Le problème, c’est que les enjeux proviennent de tous les côtés. Vous vous en rendez compte si vous les regardez de près : la protection de la jeunesse sur Internet est impulsée par l’industrie du filtrage de contenu ; la régulation de la cryptographie est une pression de haut en bas exercée par les ...tats-Unis sur l’Allemagne ; le cybercrime vient des ministres de la justice des pays membres du G8 ; la dérégulation des télécommunications est du ressort des ministres de l’économie de l’Union européenne, etc. Le jeu de la cybernétique consiste donc toujours à identifier quelles personnes peuvent être influencées par quel message. Hacker la politique est complexe et il y a beaucoup de voies informelles pour y arriver sans toujours avoir à passer par les structures officielles.

Page personnelle d’Andy Müller-Maguhn:
https://www.ccc.de/~andy Chaos Computer Club:
https://www.ccc.de
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse