08 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/10/2001 • 18h30

Une montagne de thunes un peu moins belle

Deux hébergeurs internet, poursuivis par le chanteur Jean Ferrat et ses producteurs, ont été mis hors de cause par le tribunal de Nanterre. On leur reprochait d’avoir affiché, sans droits, des chansons de l’artiste.

Tel un retour de flamme, une vieille affaire de responsabilité d’hébergeurs a trouvé sa conclusion, lundi 22 octobre, au tribunal de Nanterre. Le juge des référés a débouté le chanteur Jean Ferrat et ses producteurs, les sociétés Alleluia et Teme, qui réclamaient plus d’un million de francs de réparation à deux hébergeurs, Ifrance et l’américain Xoom.com. Le premier avait accueilli un site où étaient reproduits les textes de chansons de Ferrat (en réalité des poèmes de Louis Aragon, également exploités par Alleluia). Le second hébergeait des pages offrant des morceaux en téléchargement. Tous deux avaient été assignés en juin 2000, sans que les plaignants n’aient recherché l’identité des auteurs des sites. Le tribunal a finalement condamné Ferrat, Alleluia et Teme à verser 10 000 francs à Ifrance et 5 000 francs à Xoom, pour les frais de justice. Le trio a donc perdu l’une des deux affaires portées devant le juge, Ifrance étant poursuivi pour un autre site, cette fois aux côtés de son auteur.

Obligation de vigilance

Dans le cas présent, le juge a rappelé que la loi du 1er août 2000, qui limite sérieusement la responsabilité des hébergeurs, ne pouvait être prise en compte puisqu’elle était entrée en vigueur après les faits. Pour lui, quoi qu’il en soit, "il n’est pas démontré que les sociétés ont failli à leur obligation de vigilance et de prudence quant au contenu des sites accueillis". Autrement dit, il retient les arguments de Ifrance qui avait plaidé que son contrat d’hébergement prohibe les contenus contrevenant aux droits d’auteur. Il s’appuie aussi sur le fait que l’hébergeur, dès réception de l’assignation, avait coupé l’accès au site de façon préventive. La coupure préventive n’a jamais été incluse dans les textes de loi. Tout au plus Catherine Tasca, ministre de la Culture, la mentionnait-elle comme une éventualité lors des débats sur la loi du 1er août 2000. Dans le circuit de l’édition traditionnelle, la pratique reviendrait à ce qu’un libraire retire un livre des rayonnages avant même une décision judiciaire. "Nous coupons tout de même en fonction du contenu de l’assignation", précise Sandrine Léonardi, responsable juridique d’Ifrance. Mais, d’après Jean-Christophe Le Toquin, délégué général de l’Association des fournisseurs d’accès et de services Internet (AFA), dont Ifrance n’est pas membre, les hébergeurs, bien souvent, n’ont pas besoin de se poser beaucoup de questions lorsque des sites contreviennent aux droits d’auteur : "La plupart des sociétés prévoient cette éventualité dans leurs conditions d’utilisation du service."

Attaques déguisées

"Ils peuvent aussi, poursuit-il, fermer un site qui proposerait le dernier album de Johnny Halliday, parce qu’il crée un trafic de connexion supérieur à ce qui est autorisé pour un site personnel." Et devant un juge, la coupure préalable apparaît encore aujourd’hui comme un gage de sérieux. Mais, comme le reconnaît le délégué permanent de l’Afa, les attaques en propriété intellectuelle sont souvent une façon déguisée de s’en prendre aux propos d’un site. "Dans ce cas, qui reste résiduel, l’hébergeur peut prendre le risque d’aller jusqu’au procès", estime Jean-Christophe Le Toquin. Ifrance, pour sa part, affirme agir "avec bon sens". Quant aux auteurs du site, ils ont tout intérêt à voir leurs pages fermées tout de suite, comme en témoigne l’action bancale intentée par Jean Ferrat et ses producteurs, qui ont attendu... un an et quatre mois pour obtenir une décision du juge.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse