27 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


24/06/2003 • 19h24

Tribune : "J’ai fauché des OGM" [Frédéric Prat]

Cet ingénieur agronome soutient Bové et l’action citoyenne face aux lobbies

Frédéric Prat est ingénieur agronome, salarié à l’association Geyser (agriculture durable, environnement, développement local), et administrateur de l’association Inf’OGM. Il travaille depuis 5 ans sur le thème des OGM, en publiant des articles, et en intervenant dans des débats publics. Sa dernière publication : numéro spécial du journal Terre citoyenne (numéro 6, mars 2003) sur les semences (en ligne sur www.zooide.com).
Transfert.net publie la tribune qu’il a fait parvenir à la rédaction.

C’est banal : la loi a toujours un train de retard sur les pratiques sociales. Dans les années 50, elles étaient nombreuses à avorter clandestinement, beaucoup moins à le revendiquer ouvertement. Mais c’est bien grâce à ces militantes que la loi sur l’avortement a évolué.

Il en est allé de même pour l’objection de conscience (avec les militants déserteurs), le logement social (avec les squatters) et de nombreux exemples plus anciens de luttes sociales, pas toujours pacifiques, auxquelles on doit aujourd’hui nos lois républicaines.

Et pour les OGM ? Ils seraient arrivés en catimini sur le territoire européen si en 1996 Greenpeace n’avait pas arraisonné, de façon tout à fait illégale, plusieurs bateaux chargés de soja transgénique. En catimini, mais surtout, plus grave, dans un environnement législatif totalement déficient. Certes, une directive européenne sur la dissémination d’OGM dans l’environnement existait (la 90/220), mais tellement imparfaite que les grandes mobilisations citoyennes, dont les arrachages d’OGM, ont réussi en quelques années à l’abroger pour la remplacer par une autre (la 2001/18), plus sévère bien qu’elle-même encore imparfaite.

Le 2 juillet, les parlementaires européens doivent se prononcer sur la traçabilité et l’étiquetage des OGM (1), preuve s’il en est que l’environnement législatif, toujours sous la pression des citoyens (et contre l’avis des multinationales et des pays producteurs), est en constante évolution.

Au cours d’un récent colloque organisé par la revue "l’Ecologiste" (2), Paul Lannoye, député du groupe des verts européen, confirmait que la fameuse démocratie, rempart supposé de toutes les injustices, reposait en fait, au moment des votes, sur les rapports de force des différents lobbies.

Car quel député peut en effet maîtriser tous les épais dossiers de propositions de réglementation sur lesquels il doit se prononcer ? C’est ainsi que l’on en arrive, comme pour la directive 98/44 sur la brevetabilité du vivant, à une situation où les députés européens ont approuvé cette directive, mais où la plupart des gouvernements n’ont pas voulu la transposer, ayant pris conscience seulement après coup des enjeux.

Pour le vote du 2 juillet, les parlementaires auront-ils perçu qu’ils sont en train de se prononcer sur un règlement inapplicable ? En effet, dans ce projet de réglementation, la présence accidentelle d’OGM non autorisés serait tolérée en dessous de 0,5% sans étiquetage. Mais la détection des OGM non autorisés est impossible dans la mesure où les laboratoires ne disposent pas des amorces spécifiques pour les repérer.

Dès lors, en l’absence d’une base de données mondiale identifiant tous les OGM commercialisés et en expérimentation (prévue par le Protocole de Carthagène, mais pas encore opérationnelle), l’application de ce règlement serait impossible. C’est Gilles Eric Séralini, chercheur en biologie moléculaire, qui l’a souligné lors de ce colloque.

Mais, là encore, les lobbies sont en action. Et la plainte des Etats Unis contre l’UE à l’OMC pour faire lever le moratoire est une arme supplémentaire qui embarrasse la Commission.

Face aux millions de dollars des multinationales probiotec, que reste-t-il aux citoyens pour se faire entendre, pour rééquilibrer ces rapports de force présents avant les votes des différentes assemblées, qu’elles soient nationales ou européenne ? L’action. Et si possible l’action médiatique. A visage découvert. Sans violence aux personnes, mais radicale dans ses cibles. Les arrachages de parcelles d’OGM, dont personne aujourd’hui ne peut garantir l’innocuité sur la santé (3), et dont on sait déjà qu’ils ont des répercussions sur l’environnement (nombreuses contaminations avérées, résistances induites), en font partie. Et je suis fier d’y avoir participé.

Mais cette marge de manoeuvre laissée aux syndicalistes et aux citoyens est en train de disparaître. Et si l’action ouvertement revendiquée n’est plus possible, que nous restera-t-il ? Les destructions de nuit, les sabotages anonymes ? Et la non violence pourrait paraître bien désuète aux plus radicaux.

Pour un gouvernement, il n’y a pas de honte à reconnaître écouter la rue. Car, si ce n’est pas elle qui gouverne, c’est bien elle qui contrôle (ou devrait contrôler) les gouvernants. Jacques Chirac sortirait grandi s’il accordait immédiatement la grâce présidentielle à José, et à tous les militants syndicalistes non violents qui se battent pour une société plus juste. Au nom d’une cohérence avec tous ses récents discours environnementalistes, il doit le faire.

Notes :

(1) Sept pays européens avaient adopté en 1999 un moratoire de facto sur l’approbation de nouveaux OGM jusqu’à ce que leur traçabilité et étiquetage soient assurés. Deux réglements portant sur ces sujets doivent être adoptés en seconde lecture au PE le 2 juillet, ouvrant la porte, s’ils ne sont pas amendés, à la levée du moratoire sur les OGM.

(2) OGM : de la contestation aux alternatives, 20 et 21 juin à Paris.

(3) L’argument « les américains en mangent depuis 5 ans et ne sont pas malades » ne résiste pas au minimum de bonne foi scientifique : aucune étude, aucun suivi épidémiologique, n’a été réalisé sur l’ingestion d’OGM. Rappelons, comme argumentait Hervé Gaymard à ses homologues américains, qu’ entre 8 à 9000 personnes meurent chaque année d’intoxication alimentaire aux Etats-Unis.

Le site d’Inf’OGM:
http://www.infogm.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse