10 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/11/2001 • 19h10

Tagada, tsoin-tsoin, voilà les super-hackers

11 septembre oblige, le mythe de la cyber-guerre revient en force. Attention aux dérapages.

Microsoft a réuni la fine fleur de l’industrie du logiciel à l’occasion de son Trusted Security Forum. En aparté de cet événement visant principalement à museler les débusqueurs de bugs, Richard Clarke, nouveau conseiller spécial du président américain George Bush, a expliqué sans rire aux responsables sécurité présents, et même sur le ton de la confidence bien comprise, que les hackers actuels (comprendre "pirates"), auteurs de virus et autres vers, étaient de la gnognotte. Une nouvelle génération arrive, a-t-il indiqué. Ceux-là seront très dangereux. Selon le conseiller présidentiel, ce n’est pas avec "les quelques milliards de dollars de dégâts informatiques causés par les attaques de déni de service et les virus que je vais convaincre" les entreprises de dépenser des millions de dollars en technologies de sécurité informatique. Il a laissé entendre que si un bon groupe de hackers connaissant les "failles que l’on connaît" (on en saura pas plus) se lançait à l’attaque des réseaux américains, cette fois, les dégâts seraient considérables.

Panique post-attentats

Le mythe du super-hacker est donc né. Richard Clarke est un habitué des rôles de Cassandre. Il annonce depuis un certain temps un Pearl Harbour électronique. Il avait vertement critiqué le Congrès qui n’approuverait pas assez de fonds pour la lutte contre le cyberterrorisme juste après le 11 septembre. Le House Energy and Commerce Committee’s Commerce, Trade and Consumer Protection Subcommittee", composé de membres du Congrès, va pour sa part auditionner les responsables de grosses entreprises comme Oracle ou Microsoft pour voir jusqu’à quel point ils se soucient de sécurité, toujours dans le contexte des événements du World Trade Center. Les membres du Congrès estiment à juste titre que la plupart des infrastructures essentielles du pays sont entre les mains du secteur privé. Si Pearl Harbour il doit y avoir, c’est donc de ce côté que se trouveront majoritairement les cibles. Il faut s’assurer que lesdites infrastructures sont correctement protégées. Toujours en pleine panique post-attentats, l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) qui gère les noms de domaines du Web, estime que les quelques serveurs qui détiennent la corrélation entre les adresses IP et les noms de domaines (autant dire le guide Michelin suprême du Web) pourraient être mise à plat avec quelques attaques de type déni de service.

Prétextes

Méfiance donc, le super-hacker est tapi dans l’ombre. Il est urgent d’agir et quelques lois liberticides supplémentaires seront les bienvenues. L’interdiction de diffuser des alertes de sécurité pouvant être utilisées pour pirater des sites est incontournable. Vive l’obscurité ! Paradoxalement, le 11 septembre (événement tragiquement physique et réel) a des répercussions importantes sur le cybermonde. Moins de liberté de parole, des sanctions plus dures pour les pirates informatiques (à un point qui deviendrait risible si les répercussions n’étaient pas graves), etc. Pourtant, ces textes, comme les peurs liées aux super-hackers ne sont pas, actuellement, justifiées. Les super-hackers existent depuis des lustres. Ils étaient là avant le 11 septembre et seront toujours là. L’obscurité leur sied. Les lois votées ces temps-ci ne les concernent pas. Ils ne tombent pas dans les mailles des filets, justement parce que ce sont des "super" hackers. Les lampistes trinqueront. Ils ont effectivement une capacité de nuisance qui peut ressembler à un Pearl Harbour électronique. Mais ils n’ont aucun intérêt à déclencher une quelconque attaque. Pour qu’éclate une guerre électronique tant annoncée par Richard Clarke et, plus généralement, par les autorités américaines, il faudrait à ces super hackers un but commun, une impunité offerte par un pays puissant, une envie de s’engager dans une telle (més)aventure, des moyens financiers et techniques énormes. Bref, une soupe qui ne peut cuire dans aucun chaudron. Continuez d’acheter vos billets de train sur www.sncf.fr tranquilles, la guerre n’est pas prête d’éclater...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse